Agression marocaine à El Guerguerat: un parti mexicain exprime sa solidarité avec le peuple sahraoui    1re journée de Ligue 1 : Quatre matchs nuls, un coup d'épée dans l'eau    Le RND condamne vigoureusement la résolution du Parlement européen sur les droits de l'homme en Algérie    Décès du Moudjahid Said Bouhadja: l'Amenokal de l'Ahaggar présente ses condoléances    Elections du Conseil de la Fifa : Zetchi s'attend à "une rude concurrence"    Championnat d'Afrique d'Aviron en salle: L'Algérie participe avec 11 athlètes    Pluies orageuses sur plusieurs wilayas à partir de vendredi en fin de journée    Coronavirus: 1058 nouveaux cas, 612 guérisons et 20 décès ces dernières 24 en Algérie    Le Commandant de la Gendarmerie en visite au 4ème Commandement régional de Ouargla    France. Les archives cadenassées de la guerre d'Algérie.    SITUATION POLITIQUE EN ALGERIE : Goudjil dénonce une "campagne" contre l'Algérie    Ligue 1: ouverture d'un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    Lyon: Aouar sanctionné, Garcia approuve    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    MANQUE D'EAU A SIDI BEL ABBES : Ain Témouchent appelée à la rescousse    TIARET : Remise des clés à 2322 bénéficiaires de logements    OUED LILI (TIARET) : 2 voleurs de cheptel arrêtés après un accident de la route    ABANDONNES PAR L'ENTREPRENEUR : Des bénéficiaires de LPA crient à l'injustice à Mascara    ORAN : Explosion d'un transformateur électrique 60/30 kV à El Kerma    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Conseil des MAE de l'OCI: Boukadoum conduira la délégation algérienne    L'APLS poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Europa League: Ghoulam dans l'équipe type de la 4e journée !    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    Saïd Bouhadja n'est plus    Des journalistes créent une association nationale de soutien avec le peuple sahraoui    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    L'ONU confirme la poursuite des affrontements avec le Maroc    De nombreux établissements scolaires paralysés    "La sécurité, c'est mieux !"    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oran : la protesta en mode "Dégagez tous !"
Les rues noires de monde
Publié dans Liberté le 20 - 04 - 2019

Il n'était pas étonnant de voir les photos de Ziari et de Belaïd — qui se sont rendus à la présidence jeudi — brandies au côté de celles de toutes les figures vilipendées depuis le 22 février.
Le principal message délivré par les milliers d'Oranais à l'occasion du 9e vendredi de la contestation n'est pas différent de celui des précédentes semaines : le pouvoir et ses représentants sont indésirables, ils doivent dégager. "Il ne s'agit pas seulement des Bouteflika, de Bensalah, de Belaïz ou de Bedoui mais de tous ceux qui composent le système au pouvoir depuis l'indépendance", ont expliqué les manifestants en répétant qu' "il n'y a pas de négociations possibles avec les fossoyeurs de l'Algérie". Les consultations lancées par Abdelkader Bensalah ? "Rejetées et tous ceux qui répondront à cet appel seront considérés comme les alliés objectifs du pouvoir et, par conséquent, ennemis du peuple", ont-ils tranché.
Il n'était donc pas étonnant de voir les photos de Ziari et de Belaïd — qui se sont rendus à la présidence jeudi — brandies aux côtés de celles de toutes les figures vilipendées depuis le 22 février. Les Oranais ont exprimé leur refus des consultations, mais aussi rappelé leur rejet de l'élection présidentielle que le gouvernement veut organiser coûte que coûte. "Nous ne voulons pas d'un scrutin arrangé par les mêmes personnes qui sont passées maîtres dans le trucage des élections", ont encore répété les manifestants en scandant des slogans hostiles à Bensalah, à Bedoui, mais aussi à Ahmed Gaïd Salah qui, ont-ils estimé, doit également laisser sa place, "lui qui a toujours soutenu le pouvoir corrompu de Bouteflika". Malgré le temps maussade, les milliers de manifestants, hommes, femmes et enfants, ont défilé à travers les grandes artères et places du centre-ville d'Oran en dénonçant l'obstination du pouvoir à rester en place mais, également, en affirmant leur détermination à continuer de marcher jusqu'à obtenir son départ. "Ils misent sur l'essoufflement du mouvement, la proximité du mois de Ramadhan…, mais nous ne céderons pas et, s'il le faut, nous romprons le jeûne dans la rue !", a juré un manifestant au micro d'un espace de débat organisé face au lycée Lotfi.
De nombreux meneurs ont, par ailleurs, appelé les manifestants à rester vigilants face aux tentatives de la içaba d'infiltrer le formidable mouvement pour la liberté. "Il faut rester unis autour du seul et même objectif : le départ de l'ensemble du système en place. Après, il sera toujours temps de débattre et de s'organiser", a expliqué un jeune organisateur. La marche de ce 9e vendredi a également été l'occasion de commémorer le Printemps noir et les 126 morts de 2001, tués pour avoir manifesté contre les pratiques arbitraires du pouvoir Bouteflika. "Le 18 avril 2001, j'avais 8 ans, Massinissa en avait 18. Le 19 avril 2019, j'ai 26 ans, Massinissa aurait pu en avoir 36. Mais", a regretté une manifestante sur une affiche en hommage à Massinissa Guermah. Une minute de silence a été observée en hommage aux militants de la cause amazighe qui ont lutté pacifiquement, malgré la terrible répression qu'ils ont subie.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.