APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Projets d'infrastructures sportives en souffrance à Alger    CAN 2019, Groupe C Algérie 2 - Kenya 0 : Débuts réussis pour la sélection algérienne    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Création d'une commission spécialisée en vue des JM-2021    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Côte d'Ivoire : Scandale des 18.000 tonnes de riz avarié importé de Birmanie    Secteur de l'hydraulique à Mostaganem : Une enveloppe de 5,5 milliards DA pour financer cinq projets    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs, les priorités    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    La nécessaire diversification énergétique    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    Le Sénat examine le dossier Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    Les Algériens suffoquent !    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    ALGERIE TELECOM : L'ex-PDG devant le procureur jeudi prochain    ACCUSES D'ENGENDRER DE GRAVES DOMMAGES POUR LE PARTI : Ould Abbes et Bouchareb indésirables au FLN    REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    La conjoncture impose des solutions structurelles    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Premiers incidents post-congrès    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oran : la protesta en mode "Dégagez tous !"
Les rues noires de monde
Publié dans Liberté le 20 - 04 - 2019

Il n'était pas étonnant de voir les photos de Ziari et de Belaïd — qui se sont rendus à la présidence jeudi — brandies au côté de celles de toutes les figures vilipendées depuis le 22 février.
Le principal message délivré par les milliers d'Oranais à l'occasion du 9e vendredi de la contestation n'est pas différent de celui des précédentes semaines : le pouvoir et ses représentants sont indésirables, ils doivent dégager. "Il ne s'agit pas seulement des Bouteflika, de Bensalah, de Belaïz ou de Bedoui mais de tous ceux qui composent le système au pouvoir depuis l'indépendance", ont expliqué les manifestants en répétant qu' "il n'y a pas de négociations possibles avec les fossoyeurs de l'Algérie". Les consultations lancées par Abdelkader Bensalah ? "Rejetées et tous ceux qui répondront à cet appel seront considérés comme les alliés objectifs du pouvoir et, par conséquent, ennemis du peuple", ont-ils tranché.
Il n'était donc pas étonnant de voir les photos de Ziari et de Belaïd — qui se sont rendus à la présidence jeudi — brandies aux côtés de celles de toutes les figures vilipendées depuis le 22 février. Les Oranais ont exprimé leur refus des consultations, mais aussi rappelé leur rejet de l'élection présidentielle que le gouvernement veut organiser coûte que coûte. "Nous ne voulons pas d'un scrutin arrangé par les mêmes personnes qui sont passées maîtres dans le trucage des élections", ont encore répété les manifestants en scandant des slogans hostiles à Bensalah, à Bedoui, mais aussi à Ahmed Gaïd Salah qui, ont-ils estimé, doit également laisser sa place, "lui qui a toujours soutenu le pouvoir corrompu de Bouteflika". Malgré le temps maussade, les milliers de manifestants, hommes, femmes et enfants, ont défilé à travers les grandes artères et places du centre-ville d'Oran en dénonçant l'obstination du pouvoir à rester en place mais, également, en affirmant leur détermination à continuer de marcher jusqu'à obtenir son départ. "Ils misent sur l'essoufflement du mouvement, la proximité du mois de Ramadhan…, mais nous ne céderons pas et, s'il le faut, nous romprons le jeûne dans la rue !", a juré un manifestant au micro d'un espace de débat organisé face au lycée Lotfi.
De nombreux meneurs ont, par ailleurs, appelé les manifestants à rester vigilants face aux tentatives de la içaba d'infiltrer le formidable mouvement pour la liberté. "Il faut rester unis autour du seul et même objectif : le départ de l'ensemble du système en place. Après, il sera toujours temps de débattre et de s'organiser", a expliqué un jeune organisateur. La marche de ce 9e vendredi a également été l'occasion de commémorer le Printemps noir et les 126 morts de 2001, tués pour avoir manifesté contre les pratiques arbitraires du pouvoir Bouteflika. "Le 18 avril 2001, j'avais 8 ans, Massinissa en avait 18. Le 19 avril 2019, j'ai 26 ans, Massinissa aurait pu en avoir 36. Mais", a regretté une manifestante sur une affiche en hommage à Massinissa Guermah. Une minute de silence a été observée en hommage aux militants de la cause amazighe qui ont lutté pacifiquement, malgré la terrible répression qu'ils ont subie.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.