AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    CAMPAGNE DE RECOLTE DE POMMES DE TERRE DE SAISON : Un rendement record à Mostaganem    SAISON ESTIVALE A MOSTAGANEM : Les citoyens invités à rationaliser l'eau potable    AFIN DE RAPATRIER LES FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Air France annonce 4 vols quotidiens entre Alger et Paris    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    DETERIORATION DE LA FRESQUE MURALE A ALGER : L'auteur arrêté par les services de sécurité    L'artiste Hakim Dekkar infecté par Coronavirus    197 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    MASCARA : Aid El Fitr cette année était plus virtuel    SURETE DE WILAYA DE TLEMCEN : Saisie de 146 kg de kif en 3 mois    GEL DESINFECTANT : La commune de Mascara passe au stade de fabrication    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    Fédération algérienne de Golf : "Une AG Ordinaire avant la fin de l'année"    Covid19-Saison estivale: vers un protocole sanitaire pour protéger les citoyens    Accidents de la circulation et noyades : 4 décès en 48 heures    "La triste histoire de Maria Magdalina", troisième roman de Abdelkader Hmida    Tizi-Ouzou: l'Aïd célébré à l'ombre des mesures de confinement    Sonatrach : la reprise du travail des employés se fera progressivement    Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    CIO : Report des JO-2021 ?    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    5 ans de prison ferme requis    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    La production de la fraise en net recul à Jijel    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oran : la protesta en mode "Dégagez tous !"
Les rues noires de monde
Publié dans Liberté le 20 - 04 - 2019

Il n'était pas étonnant de voir les photos de Ziari et de Belaïd — qui se sont rendus à la présidence jeudi — brandies au côté de celles de toutes les figures vilipendées depuis le 22 février.
Le principal message délivré par les milliers d'Oranais à l'occasion du 9e vendredi de la contestation n'est pas différent de celui des précédentes semaines : le pouvoir et ses représentants sont indésirables, ils doivent dégager. "Il ne s'agit pas seulement des Bouteflika, de Bensalah, de Belaïz ou de Bedoui mais de tous ceux qui composent le système au pouvoir depuis l'indépendance", ont expliqué les manifestants en répétant qu' "il n'y a pas de négociations possibles avec les fossoyeurs de l'Algérie". Les consultations lancées par Abdelkader Bensalah ? "Rejetées et tous ceux qui répondront à cet appel seront considérés comme les alliés objectifs du pouvoir et, par conséquent, ennemis du peuple", ont-ils tranché.
Il n'était donc pas étonnant de voir les photos de Ziari et de Belaïd — qui se sont rendus à la présidence jeudi — brandies aux côtés de celles de toutes les figures vilipendées depuis le 22 février. Les Oranais ont exprimé leur refus des consultations, mais aussi rappelé leur rejet de l'élection présidentielle que le gouvernement veut organiser coûte que coûte. "Nous ne voulons pas d'un scrutin arrangé par les mêmes personnes qui sont passées maîtres dans le trucage des élections", ont encore répété les manifestants en scandant des slogans hostiles à Bensalah, à Bedoui, mais aussi à Ahmed Gaïd Salah qui, ont-ils estimé, doit également laisser sa place, "lui qui a toujours soutenu le pouvoir corrompu de Bouteflika". Malgré le temps maussade, les milliers de manifestants, hommes, femmes et enfants, ont défilé à travers les grandes artères et places du centre-ville d'Oran en dénonçant l'obstination du pouvoir à rester en place mais, également, en affirmant leur détermination à continuer de marcher jusqu'à obtenir son départ. "Ils misent sur l'essoufflement du mouvement, la proximité du mois de Ramadhan…, mais nous ne céderons pas et, s'il le faut, nous romprons le jeûne dans la rue !", a juré un manifestant au micro d'un espace de débat organisé face au lycée Lotfi.
De nombreux meneurs ont, par ailleurs, appelé les manifestants à rester vigilants face aux tentatives de la içaba d'infiltrer le formidable mouvement pour la liberté. "Il faut rester unis autour du seul et même objectif : le départ de l'ensemble du système en place. Après, il sera toujours temps de débattre et de s'organiser", a expliqué un jeune organisateur. La marche de ce 9e vendredi a également été l'occasion de commémorer le Printemps noir et les 126 morts de 2001, tués pour avoir manifesté contre les pratiques arbitraires du pouvoir Bouteflika. "Le 18 avril 2001, j'avais 8 ans, Massinissa en avait 18. Le 19 avril 2019, j'ai 26 ans, Massinissa aurait pu en avoir 36. Mais", a regretté une manifestante sur une affiche en hommage à Massinissa Guermah. Une minute de silence a été observée en hommage aux militants de la cause amazighe qui ont lutté pacifiquement, malgré la terrible répression qu'ils ont subie.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.