Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko
Présidentielle en Ukraine
Publié dans Liberté le 22 - 04 - 2019

Le second tour de l'élection présidentielle en Ukraine oppose dimanche le comédien Volodymyr Zelensky, novice en politique, à Petro Porochenko, homme d'affaires élu à la tête de l'Etat à la suite du mouvement du Maïdan de 2014.
Zelensky, le "clown" aux portes de la présidence
La scène était encore inimaginable pour bien des Ukrainiens il y a encore trois semaines : Volodymyr Zelensky, comédien surtout connu pour ses spectacles de stand-up, montant les marches de l'Elysée pour discuter avec le président français Emmanuel Macron de la guerre qui ravage son pays. Avec plus de 30% au premier tour et certains sondages qui lui donnent plus de 70% au second dimanche, il apparaît comme le grand favori. Volodymyr Zelensky a déjà été président... à l'écran, dans la série télévisée Serviteur du peuple. Il y incarne un professeur d'histoire arrivé subitement à la tête de l'Etat. À 41 ans, ce comédien, humoriste et entrepreneur prospère du spectacle a profité du mécontentement des Ukrainiens à l'égard de leurs élites, jugées corrompues et inefficaces. Ses partisans estiment qu'il apporte une bouffée d'air frais dans la politique ukrainienne, tandis que ses détracteurs dénoncent un programme flou et un manque d'expérience dangereux pour un pays en guerre. Face à ces critiques, il s'est entouré de conseillers réformateurs et a assuré vouloir maintenir le cap pro-occidental de son pays, tout en menant des négociations avec la Russie, impliquant les Etats-Unis, pour régler le conflit.
Il est également accusé d'être une marionnette de l'oligarque Igor Kolomoïski, ennemi du président Petro Porochenko, ce que le comédien dément. M. Zelensky a évité les meetings électoraux, limitant les contacts avec les électeurs aux spectacles de stand-up de sa troupe Kvartal 95. Il s'exprime dans des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux plutôt qu'à la télévision ou dans la presse. Père de deux enfants et diplômé en droit, il est originaire de la ville industrielle de Kryvy Rig, dans le centre de l'Ukraine. Mais c'est sur scène et à l'écran qu'il a fait carrière, dans des show humoristiques et des films populaires en Ukraine mais aussi en Russie. Annonçant la couleur d'une campagne spectacle, son annonce de candidature a été diffusée la nuit du Nouvel an par une chaîne privée à la place des vœux du président Porochenko. "Quand j'ai annoncé que je briguais la présidence, on m'a qualifié de clown. Je suis clown et j'en suis très fier", déclarait-il en début de campagne.
D'ascendance juive, ce russophone a indiqué considérer la religion comme une affaire privée.

Porochenko, roi du chocolat
Riche homme d'affaires ayant fait fortune dans la confiserie, Petro Porochenko a été élu président en 2014 après la fuite en Russie de son prédécesseur.
Il promettait alors de terrasser la corruption omniprésente et de mettre rapidement fin au conflit armé qui venait d'éclater dans l'Est.
Cinq ans après, son retard abyssal au premier tour et dans les sondages du second ressemble à un échec cinglant.
Confronté à une crise sans précédent en près de trois décennies d'indépendance, avec l'annexion de la Crimée, un conflit armé et des tensions extrêmes avec Moscou, il peut se targuer d'avoir réussi à renforcer les liens de l'Ukraine avec les Occidentaux et lancé de vastes réformes, notamment dans les secteurs énergétique et bancaire. Peu ont cependant été menées à leur terme, notamment en termes de modernisation de la justice et de lutte contre la corruption, un mal qui ronge le pays.
Surtout, son pays reste en proie à une guerre qui a fait près de 13 000 morts et les accords de paix de Minsk, signés en 2015, demeurent inappliqués.
L'un des hommes les plus riches d'Ukraine avant son élection, il a perdu en 2015 son statut de milliardaire en dollars selon le magazine américain Forbes.
Ce père de quatre enfants, âgé de 53 ans, est entré en politique comme député en 1998. Originaire d'une région russophone, il est l'un des fondateurs du parti prorusse de M. Ianoukovitch en 2010.
Après avoir changé de camp dans les années suivantes en adoptant des vues pro-occidentales, il a été un temps l'allié de Ioulia Timochenko lors de la Révolution orange de 2004-2005.
Fidèle de longue date d'une Eglise orthodoxe relevant du Patriarcat de Moscou, M. Porochenko a œuvré pour la création en Ukraine d'une Eglise orthodoxe indépendante de la tutelle religieuse de Moscou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.