Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko
Présidentielle en Ukraine
Publié dans Liberté le 22 - 04 - 2019

Le second tour de l'élection présidentielle en Ukraine oppose dimanche le comédien Volodymyr Zelensky, novice en politique, à Petro Porochenko, homme d'affaires élu à la tête de l'Etat à la suite du mouvement du Maïdan de 2014.
Zelensky, le "clown" aux portes de la présidence
La scène était encore inimaginable pour bien des Ukrainiens il y a encore trois semaines : Volodymyr Zelensky, comédien surtout connu pour ses spectacles de stand-up, montant les marches de l'Elysée pour discuter avec le président français Emmanuel Macron de la guerre qui ravage son pays. Avec plus de 30% au premier tour et certains sondages qui lui donnent plus de 70% au second dimanche, il apparaît comme le grand favori. Volodymyr Zelensky a déjà été président... à l'écran, dans la série télévisée Serviteur du peuple. Il y incarne un professeur d'histoire arrivé subitement à la tête de l'Etat. À 41 ans, ce comédien, humoriste et entrepreneur prospère du spectacle a profité du mécontentement des Ukrainiens à l'égard de leurs élites, jugées corrompues et inefficaces. Ses partisans estiment qu'il apporte une bouffée d'air frais dans la politique ukrainienne, tandis que ses détracteurs dénoncent un programme flou et un manque d'expérience dangereux pour un pays en guerre. Face à ces critiques, il s'est entouré de conseillers réformateurs et a assuré vouloir maintenir le cap pro-occidental de son pays, tout en menant des négociations avec la Russie, impliquant les Etats-Unis, pour régler le conflit.
Il est également accusé d'être une marionnette de l'oligarque Igor Kolomoïski, ennemi du président Petro Porochenko, ce que le comédien dément. M. Zelensky a évité les meetings électoraux, limitant les contacts avec les électeurs aux spectacles de stand-up de sa troupe Kvartal 95. Il s'exprime dans des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux plutôt qu'à la télévision ou dans la presse. Père de deux enfants et diplômé en droit, il est originaire de la ville industrielle de Kryvy Rig, dans le centre de l'Ukraine. Mais c'est sur scène et à l'écran qu'il a fait carrière, dans des show humoristiques et des films populaires en Ukraine mais aussi en Russie. Annonçant la couleur d'une campagne spectacle, son annonce de candidature a été diffusée la nuit du Nouvel an par une chaîne privée à la place des vœux du président Porochenko. "Quand j'ai annoncé que je briguais la présidence, on m'a qualifié de clown. Je suis clown et j'en suis très fier", déclarait-il en début de campagne.
D'ascendance juive, ce russophone a indiqué considérer la religion comme une affaire privée.

Porochenko, roi du chocolat
Riche homme d'affaires ayant fait fortune dans la confiserie, Petro Porochenko a été élu président en 2014 après la fuite en Russie de son prédécesseur.
Il promettait alors de terrasser la corruption omniprésente et de mettre rapidement fin au conflit armé qui venait d'éclater dans l'Est.
Cinq ans après, son retard abyssal au premier tour et dans les sondages du second ressemble à un échec cinglant.
Confronté à une crise sans précédent en près de trois décennies d'indépendance, avec l'annexion de la Crimée, un conflit armé et des tensions extrêmes avec Moscou, il peut se targuer d'avoir réussi à renforcer les liens de l'Ukraine avec les Occidentaux et lancé de vastes réformes, notamment dans les secteurs énergétique et bancaire. Peu ont cependant été menées à leur terme, notamment en termes de modernisation de la justice et de lutte contre la corruption, un mal qui ronge le pays.
Surtout, son pays reste en proie à une guerre qui a fait près de 13 000 morts et les accords de paix de Minsk, signés en 2015, demeurent inappliqués.
L'un des hommes les plus riches d'Ukraine avant son élection, il a perdu en 2015 son statut de milliardaire en dollars selon le magazine américain Forbes.
Ce père de quatre enfants, âgé de 53 ans, est entré en politique comme député en 1998. Originaire d'une région russophone, il est l'un des fondateurs du parti prorusse de M. Ianoukovitch en 2010.
Après avoir changé de camp dans les années suivantes en adoptant des vues pro-occidentales, il a été un temps l'allié de Ioulia Timochenko lors de la Révolution orange de 2004-2005.
Fidèle de longue date d'une Eglise orthodoxe relevant du Patriarcat de Moscou, M. Porochenko a œuvré pour la création en Ukraine d'une Eglise orthodoxe indépendante de la tutelle religieuse de Moscou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.