Real : Benzema rejoint Messi, Ronaldo et Raùl    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    LDC : Le programme de ce mercredi    Taoufik Makhloufi : "Je suis un athlète propre"    ZLECAf : Rezig prend part à la réunion préparatoire    Conférence nationale sur l'œuvre de Malek Bennabi: les participants appellent à réhabiliter sa pensée    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Affaire Rooney : Un nouveau document qui enfonce le Camerounais    La Constitution de novembre 2020 "vient pour parachever le processus d'édification d'un Etat national"    Campagne référendaire : agir positivement pour une Algérie nouvelle    Zoukh bénéficie d'un nouveau et dernier report    Changement dans la continuité    Toyota en leader dans l'automobile    Succès annoncé pour le colosse électrique    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Trois ans de prison ferme requis contre l'activiste Yanis Adjlia    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Sofiane Kherraz, Saied Abderraouf et Saïdoune Mohamed Anis, les dernières recrues    La deuxième vague de la Covid-19 pourrait plomber la mobilité    Quelle parade face au virus ?    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    La Sadeg lance l'opération Siyana    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    Santé du président Tebboune : «Aucune inquiétude», selon la présidence    La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'indépendance de la justice en question
Non-respect de la présomption d'innocence, procès sélectifs et digression du chef de l'ANP
Publié dans Liberté le 24 - 04 - 2019

Comment expliquer qu'une chaîne de télévision publique annonce, sans citer de sources, les chefs d'inculpation avant même que le concerné ne comparaisse devant le procureur ?
L'information est tombée peu après minuit : le P-DG du groupe Cevital, Issad Rebrab, a été placé, dans la nuit de lundi à mardi, sous mandat de dépôt au terme de sa comparution devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed.Peu de choses ont filtré sur les motifs de cette incarcération. Mais selon la télévision publique, qui, curieusement, a pour une fois la primeur de l'information après avoir excellé dans la langue de bois et la désinformation des lustres durant, l'homme d'affaires devait répondre devant le procureur des chefs d'accusation de "fausse déclaration relative aux transferts illicites de capitaux de et vers l'étranger, surfacturation d'équipements importés et importation de matériels d'occasion alors qu'il avait bénéficié d'avantages douaniers, fiscaux et bancaires". Un seul soupçon, en revanche, était retenu dans le PV remis au procureur, d'après des sources au sein du Groupe cité par Liberté hier : une possibilité de surfacturation de la machine EvCon, bloquée par les douanes au port sec de Boudouaou.
S'il ne s'agit pas ici de commenter la décision de la justice, il reste que les péripéties ayant entouré cette affaire, le timing de l'arrestation d'un homme qui a affiché ouvertement son soutien au mouvement populaire dans un contexte révolutionnaire réclamant l'indépendance de la justice suscitent de légitimes interrogations. Car, enfin, au moment où juges et avocats réclament publiquement l'indépendance d'une justice dont ils admettent qu'elle est aux ordres et dénoncent son instrumentalisation, rejoignant ainsi une aspiration populaire massive, l'appareil judiciaire est-il fondé à jeter en pâture un homme dont le tort est, semble-t-il, de n'être pas dans les bonnes grâces du régime ? Quel crédit accorder à un appareil qui ne s'est jamais autosaisi jusque-là pour des affaires révélées par la presse ? Comment expliquer qu'une télévision publique annonce, sans citer de sources, les chefs d'inculpation avant même que le concerné ne comparaisse devant le procureur ? Et pourquoi le procureur de la République ne s'exprime-t-il pas sur la question, comme le lui confère la loi, et comme cela se fait sous d'autres latitudes ? Comment expliquer que de grands scandales, dans lesquels ont trempé des pontes du régime, des ministres, des députés et d'autres figures connues de tous, ayant défrayé la chronique, ne suscitent pas encore l'intérêt de la justice ? Si Issad Rebrab est coupable de faits délictueux, il demeure justiciable comme tous les autres Algériens, mais devra en répondre devant une justice indépendante, celle-là que réclament des millions d'Algériens depuis le 16 février dernier.
La justice qui reste encore à construire. Mais pas celle du "téléphone" ou de la "nuit", pour reprendre une expression d'Ali Benflis. Et rien de plus emblématique de cette "indépendance" que cette digression d'Ahmed Gaïd Salah dans son discours, hier, à Blida : "(...) J'ai appelé l'appareil de la justice, dans mes interventions précédentes, à accélérer la cadence des poursuites judiciaires concernant les affaires de corruption et de dilapidation des deniers publics et à juger tous ceux qui ont pillé l'argent du peuple." De quoi renforcer le scepticisme des Algériens vis-à-vis d'une démarche qui fleure le règlement de comptes, lorsqu'elle ne dissimule pas quelques plans visant à torpiller la marche du peuple algérien vers le recouvrement de sa souveraineté.

Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.