Justice L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi mis sous contrôle judiciaire    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Hommage à Ahmed Kellil    Dialogue… ?    Conférence nationale de la société civile : Quelques observations sur les propositions du 15 juin 2019    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Dispersion d'un sit-in début juin à Khartoum (Soudan): Résultats de l'enquête des militaires    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le réseau routier en dégradation permanente à Benaga    Les énergies renouvelables en débat    BAC 2019 : Connexion perturbée et silence des autorités    Des noms communs devenus des toponymes composés    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    La campagne présidentiellebat son plein    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    Qui veut enflammer le Golfe ?    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous continuerons de rejeter les élections"
Réactions des étudiants à Oran
Publié dans Liberté le 07 - 05 - 2019

Le discours prononcé dimanche par le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, n'a pas convaincu les étudiants d'Oran qui sortiront encore ce mardi pour réitérer leur revendication première, à savoir le départ de l'ensemble du pouvoir pour l'avènement d'une nouvelle République. "On ne peut faire du neuf avec du vieux. Nous voulons qu'ils partent tous, y compris Bensalah et Gaïd Salah, parce qu'ils font partie du même système", a résumé un étudiant de l'université d'Es-Sénia. Un changement radical du système qu'ils expriment clairement. "Nous continuons de rejeter l'élection que Bensalah et Gaïd Salah s'entêtent à vouloir organiser parce que nous doutons de sa transparence et nous ne faisons pas confiance au gouvernement censé l'encadrer", a encore expliqué notre interlocuteur.
Un autre étudiant de la cité universitaire le Volontaire d'Es-Sénia, s'est insurgé contre cet attachement à la tenue de l'élection rejetée par le peuple algérien. "Les Algériens ont déjà exprimé leur refus d'élections organisées par des représentants de l'ancien système. Pourquoi Bensalah refuse-t-il de se plier à la volonté populaire !?", s'est-il exclamé en s'interrogeant sur la multiplication des arrestations et des poursuites judiciaires "opérées par une partie contre une autre partie du même système au pouvoir". "Ce sont des mises en scène qui ne trompent personne sur la volonté du système à se maintenir", a-t-il encore déclaré. L'avènement du Ramadhan n'a pas altéré la détermination des étudiants à poursuivre la lutte pour la disqualification du pouvoir et ses représentants. Ni le jeûne ni la répression répétée des manifestations à Alger n'entameront cette volonté à aller au bout de la lutte. "Nous nous battons contre les personnes au pouvoir, mais nous voulons surtout venir à bout du système en place. C'est ce que Bensalah et Gaïd ne veulent pas ou feignent ne pas comprendre", avait lancé l'un des manifestants lors de la marche de vendredi dernier.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.