NAAMA : Près de 5000 candidats au baccalauréat    Le FLN insiste toujours sur la démission de Bouchareb    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Les idées sont au chevet des actions    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une page témoin de la sauvagerie coloniale
Evénements du 8 Mai 1945 à Guelma
Publié dans Liberté le 09 - 05 - 2019

Le 8 mai 1945, tandis que la France fêtait la victoire, son armée massacrait des milliers d'Algériens à Sétif, Guelma et Kherrata (Béjaïa). C'est le cadeau fait par la France coloniale aux Algériens qui l'ont aidée à se libérer de l'occupation de ses terres par les nazis.
Il est 16 heures, ce 8 mai 1945 à Guelma, et la manifestation n'a été autorisée que la veille au soir par les autorités et le sous-préfet a prévenu le comité des AML qui organise cette marche pacifique : "Attention à vous ! Je suis blanc comme le lait. Trop longtemps au feu, je déborde !" En voyant le drapeau algérien, le sous-préfet fend la foule, fou de rage, et frappe le porte-drapeau. Les gendarmes tirent dans le tas, provoquant une fuite éperdue : deux morts, une dizaine de blessés. André Achiary, ancien commissaire de police, sous-préfet de Guelma organise la répression, réunit les colons et leur dit : "Il faut que vous repreniez votre dignité face à ces pouilleux !" Il ne confie pas la répression aux militaires de la garnison car les trois compagnies sont composées de tirailleurs algériens qui seront consignés dans la caserne et leurs armes seront confiées aux Européens.
C'est la milice populaire qui va rafler les musulmans, les battre, les torturer et les fusiller par centaines après une mascarade de procès expéditif. En début de soirée, des arrestations massives sont opérées et le couvre-feu est instauré. Le sous-préfet fait exécuter à l'intérieur de la caserne les neuf membres les plus importants des AML. Les arrestations se poursuivent partout et des avions, volant à rase-motte, bombardent les mechtas et douars et engendrent la mort de centaines de familles de pauvres campagnards. Les prisonniers sont entassés dans un commissariat désaffecté et à la gendarmerie où siège un pseudo-tribunal qui prononce la peine capitale à leur encontre. Chaque matin et soir, des camions emmènent les condamnés qui sont exécutés à l'écart de la ville, notamment à Kef-El-Bomba et Hadj Embarek. Les miliciens abattent froidement des innocents qu'ils traquent. Les cadavres sont arrosés d'essence et brûlés, d'autres disparaissent dans le four à chaux d'un colon à Héliopolis. "Je me souviens de cette odeur comme si c'était hier, on entendait des salves et puis on voyait une fumée noire monter dans le ciel", nous confie un témoin de cette tragédie, enfant à l'époque. Alors que la paix est revenue dans la région, les meurtres continuent à Guelma pendant un mois environ.
Les exécutions sommaires au hasard des campagnes ont remplacé les fusillades. Un octogénaire nous confie qu'une bande de miliciens menée par le maire de Millésimo (actuellement Belkheir) a encore massacré toute une famille de fellahs dans une ferme. Guelma a versé un lourd tribut durant ces tragiques évènements qui ont engendré un sursaut nationaliste puisque le 1er novembre 1954, la guerre de Libération nationale a été déclenchée par des hommes aguerris qui ont rejoint le maquis et tenu la dragée haute à l'armée coloniale qui abdiquera quelques années plus tard.

HAMID BAALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.