Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Coronavirus : 94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    Report du jugement et proposition de procès à distance    Pétrole : le prix du panier des bruts de l'OPEP à 21,19 dollars    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    Situation des prisonniers sahraouis dans les geôles marocaines : Le Front Polisario alerte Human Rights Watch    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Le permafrost, un milieu peu connu    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    ONU: Réunion jeudi du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des crédits Rfig refusés à des fermes-pilotes
Secteur de l'agriculture à Guelma
Publié dans Liberté le 11 - 05 - 2019

Celles qui ont sollicité des crédits conséquents, supérieurs à un milliard de centimes, se sont heurtées à des écueils bureaucratiques.
Les pouvoirs publics accordent un intérêt particulier au secteur de l'agriculture afin d'assurer l'autosuffisance alimentaire à toutes les familles du territoire national et réduire la facture des importations qui engendrent un déficit de la balance commerciale. Dans ce contexte, le ministère de l'Agriculture et du Développement rural avait mis en place ces dernières années un dispositif efficace, à savoir le crédit Rfig, qui est accordé systématiquement à tous les agriculteurs patentés qui désirent créer des projets innovants sur leurs terres.
L'agence Badr de Guelma chargée de cette formule déploie de grands efforts en direction des fellahs en organisant chaque année, dès le mois d'octobre, des campagnes de sensibilisation pour les encourager à solliciter ces crédits au taux bonifié de 5,5% soutenu par le ministère. De toute évidence, des centaines d'agriculteurs obtiennent des crédits Rfig dont le montant est de l'ordre de quelques dizaines, voire de centaines de millions de centimes, pour s'adonner au travail de la terre, à l'élevage, à l'aviculture, à l'apiculture et autres. Cependant, des fermes-pilotes performantes de la wilaya de Guelma, réputées pour leurs rendements, qui ont sollicité des crédits Rfig conséquents, supérieurs à un milliard de centimes, se sont heurtées à des écueils bureaucratiques. Le directeur général de la ferme-pilote Abdelmadjid-Richi, implantée dans la commune de Belkheir, à quelques encablures de Guelma, déclare à Liberté : "Le 11 octobre 2018, nous avions déposé un dossier complet auprès de l'agence Badr du chef-lieu de wilaya, dont le bilan fiscal, le bilan comptable, le rapport du commissaire aux comptes, un acte de concession, le registre du commerce pour obtenir un crédit Rfig de l'ordre de 2,7 milliards de centimes.
Tout crédit dépassant un milliard de centimes est transmis à la direction générale de la Badr qui statue sur la suite à donner à la demande. Nous avons été destinataires de correspondances d'Alger afin de compléter, le 19 février 2019, notre requête à un crédit Rfig pour parachever notre plan annuel de travail, à savoir mettre en place les grandes cultures céréalières et le programme national de pomme de terre de semence première génération." Hadj Brahim Boucetta, ingénieur agronome de formation, qui dirige depuis des lustres la ferme-pilote Richi, classée première à l'échelle nationale et qui couvre une superficie totale de 1014 ha, affiche un sentiment de dépit et de frustration face au silence affiché par la direction générale de la Badr en dépit des 700 ha de cultures céréalières dont le rendement avoisine 50 q/ha et les 7,5 ha de semences de pomme de terre sous serre ! Notre interlocuteur poursuit : "Grâce à mes relations de travail, j'ai tout de même parachevé à 100% mon programme de travail, et j'espère l'octroi de ce crédit Rfig pour régler mes dettes et honorer mes engagements. Je suis déterminé avec le concours des 80 travailleurs permanents à donner le meilleur de moi-même pour atteindre des rendements record et contribuer par voie de conséquence au décollage économique de mon pays !" D'autre part, sa collègue qui gère la ferme-pilote Saïd-Boumaza, sise également à Belkheir, est confrontée à ce problème : "J'avais obtenu un crédit Rfig d'un milliard de centimes par le biais de l'agence Badr de Guelma, sachant que j'avais sollicité un montant de 2 milliards de centimes. Le complément est toujours en instance au niveau central de la Badr et toutes nos réclamations ont été vaines."
Ces deux gestionnaires accomplissent un travail remarquable, et un appel pressant est lancé aux pouvoirs publics et aux responsables nationaux de la Badr aux fins de prendre en charge ces légitimes doléances.

HAMID BAALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.