Copa America : Une première complètement ratée pour l'Argentine    5 exercices qui n'affecteront pas vos genoux    Brésil : Dani Alves mécontent du public    Régularisation foncière: 3.700 actes délivrés et 90 milliards de recettes    Société civile: Une feuille de route pour sortir de l'impasse politique    Entendus aujourd'hui: Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant la Cour suprême    Les manipulateurs ont été mis en échec    Relizane: Près de 10.500 candidats au bac    Selon un récent bilan de la wilaya: Plus de 600 constructions illicites démolies depuis le début de l'année    Pour la réussite de la saison estivale: 78 gestionnaires des plages en formation    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Cour suprême : Abderrachid Tabi installé au poste de Premier président    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Coupe d'Algérie 2019 : Le CR Bélouizdad honoré par le wali d'Alger    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    CAN-2019 de football, préparation Algérie - Mali, ce soir à Doha : Vaincre et convaincre avant l'Egypte    XXe réunion de l'Association des Sénats d'Europe : Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Guerre commerciale : Huawei réclame plus d'un milliard de dollars à Verizon sur des brevets    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Delort, en pompier ou en messie ?    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Pas de vote avec el-issaba"
Les oranais inflexibles
Publié dans Liberté le 18 - 05 - 2019

Les manifestants ont rejeté les velléités de "sissification" de l'Algérie.
Hier, pour le deuxième vendredi de jeûne, le chef d'état-major, Ahmed Gaïd Salah, a cristallisé l'essentiel du ressentiment des Oranais qui ne lui pardonnent pas son attachement à la tenue de l'élection présidentielle du 4 juillet. "Il n'y aura pas d'élection… Allez voter seul… Nous refusons des élections supervisées par el-issaba…", ont été quelques-uns des slogans scandés par les Oranais qui sont descendus dans la rue pour ce 13e vendredi de contestation. Beaucoup d'entre eux ont également accusé Ahmed Gaïd Salah d'être à la tête de ladite bande dont il œuvre à préserver les intérêts. "Leblad bladna et Gaïd khanena" (Le pays est le nôtre, et Gaïd nous a trahis), ont-ils scandé lors de la marche qui les a menés de la place du 1er-Novembre à la place Zabana. Les interpellations de Saïd Bouteflika, des généraux et des hommes d'affaires ? Une comédie qui ne trompe personne : "Gaïd Salah et ceux qui sont derrière ces arrestations médiatiques font également partie du système honni. Il revient à la justice, et à elle seule, d'engager des poursuites judiciaires", ont-ils indiqué. Pour les manifestants, des élections transparentes et régulières sont impossibles avec Bensalah, Bedoui et tous les responsables qui forment le système en place et dont ils continuent d'exiger le départ. "Ces élections sont conçues pour reconduire le même système dans une version remaniée. Or, nous voulons nous débarrasser de l'ADN même du pouvoir qui est à l'origine du malheur des Algériens", a-t-on encore expliqué parmi les manifestants qui rejettent également les velléités d'instaurer un Etat militaire, une "sissification" de l'Algérie. "Le pouvoir doit revenir au civil, le rôle de l'armée et des services de sécurité consiste à protéger la nation".
Les marcheurs — parmi lesquels des personnes âgées et des familles qui ont bravé la faim et la soif de ce Ramadhan — se sont ensuite rassemblés place Zabana, pour scander des slogans hostiles au pouvoir et réitérer leurs principales revendications, celles-là mêmes qui ont mis le feu aux poudres de la révolte le 22 février. Entre deux Qassaman chantés à l'unisson, les manifestants ont multiplié les slogans appelant au départ de tous les symboles du système, au retour à la souveraineté populaire et à l'Etat de droit. "Nous en sommes au 13e vendredi, combien de semaines vous faut-il encore pour comprendre ?", pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un jeune. Hier, comme lors des précédents vendredis, les Oranais ont réitéré leur détermination à marcher et à manifester autant de semaines qu'il le faudra pour pousser le pouvoir vers la sortie. "Saïmoun, samidoun", ont-ils répété devant les innombrables smartphones qui transmettaient sur les réseaux sociaux ces moments historiques. "Nous n'abandonnerons jamais. Le mouvement s'essouffle, faiblit peut-être, mais il ne s'arrêtera jamais. Pacifique, il continuera jusqu'à ce que l'Algérien recouvre sa liberté et sa dignité", a juré un des manifestants de la première heure en rappelant qu'en 20 ans, "les dirigeants ont dilapidé des milliards, pillé le pays et poussé des milliers de jeunes à l'exil et au suicide".
S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.