L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    Les réserves hydriques "suffisantes" pour satisfaire les besoins des citoyens en 2020    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Le procès de Karim Tabbou fixé pour le 04 mars    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    Nomination d'un nouveau DG à la tête de la Douane    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Tebboune préside un Conseil des ministres    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Pas de vote avec el-issaba"
Les oranais inflexibles
Publié dans Liberté le 18 - 05 - 2019

Les manifestants ont rejeté les velléités de "sissification" de l'Algérie.
Hier, pour le deuxième vendredi de jeûne, le chef d'état-major, Ahmed Gaïd Salah, a cristallisé l'essentiel du ressentiment des Oranais qui ne lui pardonnent pas son attachement à la tenue de l'élection présidentielle du 4 juillet. "Il n'y aura pas d'élection… Allez voter seul… Nous refusons des élections supervisées par el-issaba…", ont été quelques-uns des slogans scandés par les Oranais qui sont descendus dans la rue pour ce 13e vendredi de contestation. Beaucoup d'entre eux ont également accusé Ahmed Gaïd Salah d'être à la tête de ladite bande dont il œuvre à préserver les intérêts. "Leblad bladna et Gaïd khanena" (Le pays est le nôtre, et Gaïd nous a trahis), ont-ils scandé lors de la marche qui les a menés de la place du 1er-Novembre à la place Zabana. Les interpellations de Saïd Bouteflika, des généraux et des hommes d'affaires ? Une comédie qui ne trompe personne : "Gaïd Salah et ceux qui sont derrière ces arrestations médiatiques font également partie du système honni. Il revient à la justice, et à elle seule, d'engager des poursuites judiciaires", ont-ils indiqué. Pour les manifestants, des élections transparentes et régulières sont impossibles avec Bensalah, Bedoui et tous les responsables qui forment le système en place et dont ils continuent d'exiger le départ. "Ces élections sont conçues pour reconduire le même système dans une version remaniée. Or, nous voulons nous débarrasser de l'ADN même du pouvoir qui est à l'origine du malheur des Algériens", a-t-on encore expliqué parmi les manifestants qui rejettent également les velléités d'instaurer un Etat militaire, une "sissification" de l'Algérie. "Le pouvoir doit revenir au civil, le rôle de l'armée et des services de sécurité consiste à protéger la nation".
Les marcheurs — parmi lesquels des personnes âgées et des familles qui ont bravé la faim et la soif de ce Ramadhan — se sont ensuite rassemblés place Zabana, pour scander des slogans hostiles au pouvoir et réitérer leurs principales revendications, celles-là mêmes qui ont mis le feu aux poudres de la révolte le 22 février. Entre deux Qassaman chantés à l'unisson, les manifestants ont multiplié les slogans appelant au départ de tous les symboles du système, au retour à la souveraineté populaire et à l'Etat de droit. "Nous en sommes au 13e vendredi, combien de semaines vous faut-il encore pour comprendre ?", pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un jeune. Hier, comme lors des précédents vendredis, les Oranais ont réitéré leur détermination à marcher et à manifester autant de semaines qu'il le faudra pour pousser le pouvoir vers la sortie. "Saïmoun, samidoun", ont-ils répété devant les innombrables smartphones qui transmettaient sur les réseaux sociaux ces moments historiques. "Nous n'abandonnerons jamais. Le mouvement s'essouffle, faiblit peut-être, mais il ne s'arrêtera jamais. Pacifique, il continuera jusqu'à ce que l'Algérien recouvre sa liberté et sa dignité", a juré un des manifestants de la première heure en rappelant qu'en 20 ans, "les dirigeants ont dilapidé des milliards, pillé le pays et poussé des milliers de jeunes à l'exil et au suicide".
S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.