Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"
Il a animé un gala à la Maison de la culture Mouloud-Mammeri
Publié dans Liberté le 19 - 05 - 2019

À chaque fois qu'il se produit à la Maison de la culture, Rabah Asma se donne à fond la caisse et son fidèle public ne rate jamais l'occasion de faire la fête et de se laisser envoûter par la musique endiablée de celui qu'on appelle le "Monsieur 100 000 volts" de la chanson kabyle.
En fait, Rabah Asma éprouve beaucoup de plaisir à revenir à Tizi Ouzou, sa ville d'enfance dorée, lui qui est natif du village de Redjaouna, surplombant la "ville des Genêts", là-haut perché sur le mont du Belloua. De plus, la maison de la culture Mouloud-Mammeri est son véritable temple où, très jeune, il a effectué ses premiers pas dans la chanson kabyle, et a grandi la guitare à la main.
Ce lieu était devenu pour lui un tremplin harmonieux qui l'amènera à se produire dans l'Algérie profonde avant de traverser la Méditerranée pour se payer de nouveaux galons et une place sur le concert international. "C'est vrai que j'éprouve beaucoup de plaisir à me produire à travers toutes les villes de mon pays que j'adore par-dessus tout", nous dira l'artiste qui vit beaucoup plus à Paris, mais qui avoue que "c'est un pur bonheur que de revenir chanter à Tizi Ouzou, revoir les proches et les amis, et faire la fête dans une ambiance exceptionnelle". En tout cas, le superbe gala qu'il a animé, mercredi passé, à la maison de la culture Mouloud-Mammeri n'a pas laissé de marbre son fidèle public, puisque ses fans ont chanté avec lui dans une communion totale et ont dansé frénétiquement durant une bonne partie de la nuit.
"Quand vous avez devant vous un public connaisseur et enthousiaste à souhait comme celui de Tizi, vous ne pouvez pas vous retenir sur scène surtout que les belles soirées du Ramadhan ont un charme particulier fait d'ambiance, d'évasion, de complicité et d'intimité tout à la fois", dira encore Rabah Asma qui a eu beaucoup de plaisir à animer, jeudi dernier encore, un superbe gala dans la ville d'Azazga avant de se produire cette semaine encore à Béjaïa, puis à Akbou où il compte un grand nombre d'admirateurs. "Nous avons la chance d'avoir un public merveilleux pratiquement dans toutes les villes d'Algérie, car il faut rappeler que l'Algérien aime la fête, les distractions, la belle vie et l'extase en toutes circonstances et j'avoue que je ne me prive pas pour me libérer totalement sur scène", dira encore Rabah Asma qui, à 57 ans bien portés, donne toujours la nette impression qu'il vit pleinement sa fraîcheur juvénile de 18 ans avec son ton jovial, son sourire éternel et sa guitare en bandoulière comme au bon vieux temps. Sacré Asma !
Mohamed Haouchine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.