DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paidoyer pour une conférence de concertation
front des forces socialistes
Publié dans Liberté le 20 - 05 - 2019

Quelques jours après l'annonce de sa proposition de sortie de crise faite d'une période de transition jumelée à la mise sur pied d'une Assemblée nationale constituante, le Front des forces socialistes appelle, cette fois-ci, les "forces vives de l'alternative démocratique" à accélérer la cadence. Dans son appel rendu public, hier, le FFS estime que "l'heure est grave", rappelant que "l'initiative politique est à portée de main pourvu que les bonnes volontés s'affichent et les organisations politiques, sociales, syndicales et les personnalités nationales indépendantes se décident enfin à prendre le train de l'histoire au bon quai et dans le bon sens".
Concernant sa proposition en faveur de l'avènement de la deuxième république, le FFS précise qu'il a déjà entamé un programme de rencontres avec des personnalités nationales et associatives évoluant dans divers horizons. "Aujourd'hui, il est plus qu'indispensable, voire urgent, d'accélérer la cadence de ces rapprochements d'idées et de visions", souligne le parti, précisant que la proposition consiste en la tenue d'"une conférence nationale de concertation et de dialogue" regroupant "les forces vives du changement démocratique dans des délais raisonnables". "Cette rencontre, détaille le FFS, servira d'assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans le pays". "Nous constatons avec beaucoup de fierté et de satisfaction que l'opposition sous toutes ses formes, partis politiques, organisations sociales, syndicales et autres personnalités nationales, est en pleine effervescence. Cette nouvelle dynamique ne peut être que bénéfique et salvatrice pour accompagner le peuple dans sa révolution pacifique contre l'ordre établi", ajoute le FFS, indiquant que "la multiplication des initiatives politiques de sortie de crise traduit parfaitement la volonté de ces acteurs politiques et sociaux à contribuer efficacement et sincèrement à l'édification d'une nouvelle république qui prendra en charge les attentes et les aspirations légitimes du peuple algérien". Concernant toujours les initiatives lancées par l'opposition, le FFS considère qu'il ne peut être que réceptif et attentif à l'évolution de ces propositions de sortie de crise, affirmant, à l'occasion, "son entière disponibilité à les discuter et à les débattre dans un cadre approprié et favorable à l'émergence d'une issue consensuelle et adaptée à la crise multidimensionnelle qui mine l'avenir de pays". "Nous devons immédiatement apporter notre pierre à cet édifice de transition démocratique tout en restant en phase avec les revendications légitimes exprimées par la rue", a encore souligné le parti, ajoutant que "nous devrions agir et travailler ensemble sans préjugés et sans calculs, afin de faire triompher cette formidable révolution populaire et la délivrer de la persécution du pouvoir despotique". Abordant les réactions du pouvoir, le FFS a dénoncé "les manœuvres et les manigances" dont l'unique espoir "est de mettre en échec cette déferlante citoyenne". "La dernière forfaiture politique ‘fabriquée de toutes pièces' par les laboratoires du régime a été un simulacre de dialogue qui a été boudé par tout le monde, y compris par les partis proches du sérail ainsi que par le chef de l'Etat par intérim lui-même", a encore dénoncé le communiqué du FFS.
Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.