Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    Foot-Affaire Ibara: l'USMA échappe à une tentative d'escroquerie    ALGERIE-ESPAGNE : Le ministre espagnol de l'Intérieur reçu par le président    FEUX DE FORETS, COUPURES D'ELECTRICITE ET PENURIE D'EAU : Le président Tebboune ordonne l'accélération des enquêtes    Algérie-Espagne: le développement de la coopération sécuritaire mise en avant    REOUVERTURE DE PLUS DE 4000 MOSQUEES : Le ministre Belmahdi appelle à la raison    PLAGES AUTORISEES A LA BAIGNADE : La DGSN met en place 70 postes de sécurisation    Accidents de la route: 2 morts et 83 blessés le week-end dernier    TENANT COMPTE DES CONDITIONS SANITAIRES : Retour graduel aux bancs des universités    Boumerdès: 274 algériens rapatriés d'Arabie Saoudite confinés    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED (ALGER) : Lourde peine pour le journaliste Khaled Drarni    Séismes à Mila : une réplique de 3,2 sur l'échelle de Richter enregistrée à Grarem-Gouga    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    D'anciens responsables de la gendarmerie arrêtés    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Hôtes du Soir : Une tradition solidement ancrée    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    13 relaxes et une condamnation avec sursis    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    Le coach Zeghdoud donne son accord de principe    "Il est urgent de reprendre les entraînements"    "Nous déposerons une plainte contre Benmedjber"    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les pourparlers de paix "sur le point" de débuter    Guerre de tranchées entre Ennahdha et Saïed    Peu d'espoir de retrouver des survivants    Les révélations glaçantes de sa famille    Hachemi Cherif, le précurseur de la double rupture !    Une "bande criminelle" démantelée    "Mohammed Dib était un écrivain public de son peuple"    Une chaîne de télévision libanaise boycotte la classe politique    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Aéroport de Francfort : 3000 à 4000 emplois supprimés    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le TTO, les tréteaux d'Oran : Le dynamisme du présent succède à la gloire des temps passés    Hommage à Lamine Bechichi : Un repère d'historicité de la révolution et de la culture algériennes    Protocole d'entente algéro-américain sur la protection des biens culturels : Préservation commune du patrimoine    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Conférence nationale de concertation
NOUVELLE INITIATIVE DU FFS
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2019

Hakim Belahcel (au centre) premier secrétaire du FFS
«Elle servira d'assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel...»
Très présent sur la scène politique depuis ces derniers mois, le FFS est revenu encore hier avec une nouvelle proposition de sortie d crise. Dans un communiqué signé par son premier secrétaire, Hakim Belahcel, le plus vieux parti d'opposition suggère en effet, la tenue «d'une conférence nationale de concertation et de dialogue» regroupant les forces vives du changement démocratique dans des délais raisonnables. «Cette rencontre servira, d'assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans le pays», peut-on lire sur ce communiqué. A l'évidence, le FFS ne balance pas son initiative à qui veut la prendre, il explique tout le processus à suivre pour aboutir au résultat escompté.
«La première rencontre se tient sans préalables et sans conditions», estime-t-on. Le vieux parti d'opposition a déjà entamé, dans ce sens, «un programme de rencontres avec des personnalités nationales et associatives». Aujourd'hui, il considère qu' «il est urgent d'accélérer la cadence de ces rapprochements d'idées et de visions». «Devant cette situation de flottement politique généralisé et face à l'entêtement pesant du pouvoir, les vraies forces du changement doivent agir et être à la hauteur du contexte politique qui devient de plus en plus épineux», est-il souligné.
«L'heure est grave! Et l'initiative politique est à portée de main pourvu que les bonnes volontés s'affichent et les organisations politiques, sociales, syndicales et personnalités nationales indépendantes se décident enfin à prendre le train de l'Histoire dans le bon quai et dans le bon sens», est-il encore relevé. Ce parti a appelé aussi à «agir et travailler ensemble sans préjugés et sans calculs pour délivrer la révolution de la persécution du pouvoir despotique».
Le parti du défunt Hocine Aït Ahmed, indique également qu' «il adhère à toute initiative politique capable de s'inscrire dans un vrai processus démocratique de transition, protégé et garanti par l'institution militaire sans que celle-ci ne s'interfère dans ses tenants et aboutissants». «Notre parti constate avec beaucoup de satisfaction que l'opposition sous toutes ses formes, partis politiques, organisations sociales, syndicales et autres personnalités nationales, est en pleine effervescence», a-t-on soutenu. Pour le FFS «cette nouvelle dynamique ne peut être que salvatrice pour accompagner le peuple dans sa révolution pacifique contre l'ordre établi».
«La multiplication des initiatives politiques de sortie de crise traduit parfaitement la volonté de ces acteurs politiques et sociaux à contribuer efficacement et sincèrement à l'édification d'une «nouvelle République» qui prendra en charge les attentes et les aspirations légitimes du peuple algérien.
«Le FFS ne peut qu'être réceptif et attentif à l'évolution de ces propositions de sortie de crise émanant de l'opposition et affirme son entière disponibilité à les discuter et à les débattre dans un cadre approprié et favorable à l'émergence d'une issue consensuelle et adaptée à la crise multidimensionnelle qui mine l'avenir de pays», a-t-on appuyé. Ce parti a mis en avant depuis bientôt un mois une initiative de sortie de crise pour l'avènement de la «IIe République».
Par ailleurs, il est rappelé que «le peuple algérien entame son quatrième mois de sa formidable dynamique révolutionnaire, qui a drainé la quasi-totalité d'un peuple plus que jamais décidé et déterminé à imposer un changement radical du régime autoritaire algérien». Face à cette légendaire démonstration de force populaire, le pouvoir algérien a multiplié «ses manoeuvres et ses manigances dans l'unique espoir de mettre en échec cette déferlante citoyenne», précise-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.