ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Conférence nationale de concertation
NOUVELLE INITIATIVE DU FFS
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2019

Hakim Belahcel (au centre) premier secrétaire du FFS
«Elle servira d'assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel...»
Très présent sur la scène politique depuis ces derniers mois, le FFS est revenu encore hier avec une nouvelle proposition de sortie d crise. Dans un communiqué signé par son premier secrétaire, Hakim Belahcel, le plus vieux parti d'opposition suggère en effet, la tenue «d'une conférence nationale de concertation et de dialogue» regroupant les forces vives du changement démocratique dans des délais raisonnables. «Cette rencontre servira, d'assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans le pays», peut-on lire sur ce communiqué. A l'évidence, le FFS ne balance pas son initiative à qui veut la prendre, il explique tout le processus à suivre pour aboutir au résultat escompté.
«La première rencontre se tient sans préalables et sans conditions», estime-t-on. Le vieux parti d'opposition a déjà entamé, dans ce sens, «un programme de rencontres avec des personnalités nationales et associatives». Aujourd'hui, il considère qu' «il est urgent d'accélérer la cadence de ces rapprochements d'idées et de visions». «Devant cette situation de flottement politique généralisé et face à l'entêtement pesant du pouvoir, les vraies forces du changement doivent agir et être à la hauteur du contexte politique qui devient de plus en plus épineux», est-il souligné.
«L'heure est grave! Et l'initiative politique est à portée de main pourvu que les bonnes volontés s'affichent et les organisations politiques, sociales, syndicales et personnalités nationales indépendantes se décident enfin à prendre le train de l'Histoire dans le bon quai et dans le bon sens», est-il encore relevé. Ce parti a appelé aussi à «agir et travailler ensemble sans préjugés et sans calculs pour délivrer la révolution de la persécution du pouvoir despotique».
Le parti du défunt Hocine Aït Ahmed, indique également qu' «il adhère à toute initiative politique capable de s'inscrire dans un vrai processus démocratique de transition, protégé et garanti par l'institution militaire sans que celle-ci ne s'interfère dans ses tenants et aboutissants». «Notre parti constate avec beaucoup de satisfaction que l'opposition sous toutes ses formes, partis politiques, organisations sociales, syndicales et autres personnalités nationales, est en pleine effervescence», a-t-on soutenu. Pour le FFS «cette nouvelle dynamique ne peut être que salvatrice pour accompagner le peuple dans sa révolution pacifique contre l'ordre établi».
«La multiplication des initiatives politiques de sortie de crise traduit parfaitement la volonté de ces acteurs politiques et sociaux à contribuer efficacement et sincèrement à l'édification d'une «nouvelle République» qui prendra en charge les attentes et les aspirations légitimes du peuple algérien.
«Le FFS ne peut qu'être réceptif et attentif à l'évolution de ces propositions de sortie de crise émanant de l'opposition et affirme son entière disponibilité à les discuter et à les débattre dans un cadre approprié et favorable à l'émergence d'une issue consensuelle et adaptée à la crise multidimensionnelle qui mine l'avenir de pays», a-t-on appuyé. Ce parti a mis en avant depuis bientôt un mois une initiative de sortie de crise pour l'avènement de la «IIe République».
Par ailleurs, il est rappelé que «le peuple algérien entame son quatrième mois de sa formidable dynamique révolutionnaire, qui a drainé la quasi-totalité d'un peuple plus que jamais décidé et déterminé à imposer un changement radical du régime autoritaire algérien». Face à cette légendaire démonstration de force populaire, le pouvoir algérien a multiplié «ses manoeuvres et ses manigances dans l'unique espoir de mettre en échec cette déferlante citoyenne», précise-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.