Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Sans préalables ni conditions»: Le FFS propose une «conférence nationale de concertation»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 05 - 2019


  Le Front des Forces socialistes (FFS) a lancé, hier, un «appel aux forces vives de l'alternative démocratique » pour la tenue «dans des délais raisonnables» d'une «conférence nationale de concertation et de dialogue». L'appel, signé par le premier secrétaire du Parti, Hakim Belahcel, explique que «cette rencontre servira d'assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel qui définira, par la suite, les contours du processus de transition démocratique dans le pays». Le document du FFS salue la «formidable dynamique révolutionnaire peuple algérien», (qui) entame son quatrième mois» et dont le but est d'« imposer un changement radical du régime autoritaire». «Face à cette légendaire démonstration de force populaire, le pouvoir algérien a multiplié ses manœuvres et ses manigances dans l'unique espoir de mettre en échec cette déferlante citoyenne », affirme le FFS qui note que «le Pouvoir réel est assumé et exercé, entièrement, par l'état-major de l'armée» et «qui lègue, occasionnellement, quelques-unes de ses attributions de façade à un fonctionnaire à la tête de l'Etat et à un gouvernement factice et impopulaire». Cependant, et «devant cette situation de flottement politique généralisée et face à l'entêtement pesant du pouvoir», le FFS estime que «les vraies forces du changement doivent agir» et «être à la hauteur du contexte politique (...) de plus en plus épineux». Le FFS juge que «l'heure est grave», mais qu'une «initiative politique» est «à portée de mains» si «les bonnes volontés s'affichent» et si «les organisations politiques, sociales, syndicales et personnalités nationales indépendantes se décident, enfin, à prendre le train de l'histoire dans le bon quai et dans le bon sens». «Aujourd'hui, il est plus qu'indispensable, voire urgent, d'accélérer la cadence de ces rapprochements d'idées et de visions»; lit-on dans l'appel du FFS qui rappelle qu'il «a toujours été un fervent défenseur du principe du dialogue et des solutions politiques concertées et négociées». Le FFS annonce avoir déjà entamé un «programme de rencontres». «Evidemment, notre parti n'est pas resté au stade de propositions puisqu'il a déjà entamé un programme de rencontres avec des personnalités nationales et associatifs évoluant dans divers horizons», souligne encore le FFS. Et de constater «avec beaucoup de fierté et de satisfaction, que l'opposition sous toutes ses formes, partis politiques, organisations sociales, syndicales et autres personnalités nationales, est en pleine effervescence. Cette nouvelle dynamique ne peut être que bénéfique et salvatrice pour accompagner le peuple dans sa révolution pacifique contre l'ordre établi». Le FFS affirme qu'il «ne peut qu'être réceptif et attentif à l'évolution de ces propositions de sortie de crise émanant de l'opposition et affirme son entière disponibilité à les discuter et à les débattre dans un cadre approprié et favorable à l'émergence d'une issue consensuelle et adaptée à la crise multidimensionnelle qui mine l'avenir de pays». «Soucieux de l'impératif du succès de cette initiative de rapprochement politique et conscient de sa portée sur le devenir du pays, le FFS propose que cette première rencontre se tienne, sans préalables et sans conditions». Le FFS «n'épargnera aucun effort afin de faire aboutir toute initiative politique capable de nous s'inscrire dans un vrai processus démocratique de transition, protégé et garanti par l'institution militaire sans que celle-ci ne s'interfère dans ses tenants et aboutissants».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.