Proposition de sortie de crise    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    L'EN rejoint son camp de base au Caire    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Une bien triste leçon égyptienne    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    De l'éthique du personnel politique    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Une beauté loin d'être déserte"
Eltsova Maria expose l'esthétique du Sahara à la galerie I-Fru.design
Publié dans Liberté le 21 - 05 - 2019

Poussé à l'aide d'une vague de fraîcheur, le traîneau de l'artiste peintre Eltsova Maria a fait une halte samedi 18 mai à la galerie I-Fru.design. Le choix d'élire bivouac à Telemly n'est pas fortuit. Loin s'en faut, car "voyager au-delà de la mère Russie, c'est aller de soi à soi en passant par les autres", s'est-elle dit dans l'optique qu'elle se réchauffe à l'immensité du Sahara qu'elle désigne d'"une beauté loin d'être déserte". Impériale du diadème d'une tsarine, l'élève de l'Académie d'Etat des arts plastiques Sourikov de Moscou a planté son chevalet qu'elle a convoyé sur sa troïka lochadiey tirée par trois chevaux de sa lointaine steppe jusqu'à Tala Oumlil de Telemly. Mais "qu'importe si le chemin est long, du moment qu'au bout il y a un puits", et ce puits ne peut-être que la source blanche de l'ancien chemin de l'Aqueduc, où l'avaient précédée ses aïeux et auteurs de notes de voyages : L'Algérie des temps modernes (1849) de Modeste Bagdanovitch et L'Algérie (1877) d'Alexander Kouropatkine (*). Cela dit, l'artiste peintre Eltsova Maria s'escorte d'une parade de "matriochkas" (poupées russes) qui rétrécissent lorsqu'elles se déboitent l'une de l'autre pour offrir la toile peinte à l'huile qu'il y a en chacune d'elle. "Outre qu'elle est fertile, l'huile est d'essence inventive, d'où l'euphorie que je ressens à l'ausculter dans l'intimité de mes pinceaux", a déclaré cette diplômée de magistère of fine arts lors d'un intermède volé à sa cérémonie de vernissage. Férue d'une terre où l'hiver se fond au soleil, l'artiste peintre Eltsova Maria a éclairé la nuit polaire de sa Russie à la chaleur de l'oasis de Aïn Sefra, ce pays d'adoption d'Isabelle Wilhelmine Marie Eberhardt (1877- 1904) où "on n'a rien, mais on ne manque de rien". C'est dire l'éclat de l'astre qui poudroie les toiles de l'artiste peintre Eltsova Maria qu'elle puise de l'alliance de tranches de vie et de l'allégorie d'hommes au bleu céleste de "Kel Tamasheq" et d'intrépides femmes touareg qui font frémir l'historien au monocorde de l'imzad. Mieux, l'artiste peintre Eltsova Maria a évacué le folklore local pour offrir au visiteur la pureté du blanc et l'écarlate rubis d'un "thé au Sahara". En ce sens, l'artiste Eltsova Maria a su créer l'alchimie des nuances pastel où s'allie l'ambré du henné à la peau cuivrée du Targui. Talentueuse à l'air qu'elle a tété de sa datcha, Eltsova Maria a rétabli les tons qui s'amalgament aux grains de sable d'une dune. "Il y a des jours où l'on est poète, musicien, tout ce qu'on veut, et quand tu possèdes la musique, tu possèdes tout", lit-on en légende des toiles 1 et 6. D'où qu'il est aisé de deviner le pressentiment d'une quête identitaire qui couve dans les pinceaux de l'artiste peintre Eltsova Maria. Liée qu'elle est au trait d'union avec l'Algérie, l'artiste peintre s'est enchaînée d'abord à Alger depuis le jour où elle s'est envoûtée à l'eau bénite du saint Sidi Abderrahmane qu'elle honora d'une exposition à Moscou au retour de sa "tahwissa" (promenade) à la Casbah d'Alger. En ce sens, le soleil d'où luit l'inégalable lumière de la baie d'Alger reste l'argument maître qui lie l'artiste peintre Eltsova Maria à la terre qui a fasciné des générations durant d'artistes d'obédience "orientaliste" ou pensionnaires de Dar Abdeltif du Hamma. Donc, autant y aller vers le talent d'Eltsova Maria qui témoigne jusqu'au 3 juin prochain de l'esthétique d'un Sahara qui se vit au lieu qu'il se conte.
Louhal Nourreddine
(*) Voir le livre L'Algérie vue par les orientalistes russes, de Abdelaziz Boubakir (éd. Mim).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.