Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'Algérie vue par les orientalistes russes»
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 11 - 2018

L'écrivain Abdelaziz Boubakir présente à travers son dernier ouvrage, «L'Algérie vue par les orientalistes russes», un guide en langue arabe à l'attention des chercheurs et spécialistes des relations algéro-russes, et des études russes sur l'Algérie.
Dans cet opus de 100 pages, fraîchement publié chez Mim édition Algérie à l'occasion du 23ème Sila, l'auteur livre la quintessence des écrits russes sur l'Algérie à travers sa littérature, sa sociologie et son économie, dans un style concis, direct et sans fioritures. Dès le premier chapitre de son guide, qui en compte sept, Boubakir avertit que l'Algérie -comme objet d'études sur le monde arabe- apparaît au XVIIe siècle dans les récits de voyage d'auteurs russes. Il cite, en exemple, «L'Algérie des temps modernes», un livre de de Modeste Bagdanovitch paru en 1849 et «L'Algérie» d'Alexander Kouropatkine (1877). Ces auteurs, souligne-t-il, étaient des militaires de haut rang, dont l'un avait assumé les fonctions de ministre de la Guerre.
Dans le deuxième chapitre, l'écrivain affirme que contrairement aux récits français et allemands, les écrits de voyageurs russes sur l'Algérie demeurent méconnus, quittant rarement les rayons de bibliothèques de Moscou et Saint-Pétersbourg. Et évoque, parmi ces ouvrages ignorés des chercheurs algériens, le «Récit du voyageur inconnu» dont la date, rapporte Boubakir, remonte à 1674. L'écrivain réserve un chapitre à part aux écrits russes consacrés à L'Emir Abdelkader pour monter l'intérêt précoce des auteurs Russes pour cette figure dont la stature a suscité la curiosité d'écrivains. Dès 1847, L'Emir fera l'objet de nombreux écrits dont sa biographie parue dans la série «La vie des célébrités», vingt ans plus tard.
Dans la partie consacrée à la critique russe de la littérature algérienne, Boubakir avance que cette dernière a commencé par se faire connaître en Russie grâce aux oeuvres de Dib, Mammeri, K. Yacine, Benhaddouga et Ouattar, outre les contributions de Abou El Kacem Saadallah dans la presse locale. A ses yeux, le mérite revient au critique Victor Balashov, «le premier, en Russie, à avoir dirigé les regards d'un (premier) noyau de chercheurs et d'étudiants vers la littérature algérienne. Les nombreux ouvrages et articles de presse de Balashov, assure l'auteur, ont permis à la littérature algérienne de faire son entrée dans l' "L'Encyclopédie abrégée de la littérature». La critique russe, affirme Boubakir, considère la littérature algérienne, arabophone ou francophone soit-elle, comme une et voit dans ce bilinguisme la preuve de l'existence d'une «conscience collective multiforme».
Pour les Russes, affirme l'auteur du guide, cette littérature résolument algérienne, d'où sont exclus les auteurs d'origine française et les algérianistes, est «une contribution inestimable à la lutte du peuple algérien». Dans un autre chapitre intitulé «A propos de la traduction (au Russe) des oeuvres littéraires algériennes», Boubakir poursuit le développement de ce thème et atteste que Dib demeure l'auteur le plus traduit à travers «La Grande Maison», «L'Incendie», «Le Métier à tisser» -qui complète sa trilogie-Algérie-, «Au Café», son recueil de nouvelles, entre autres oeuvres du grand romancier. Si Mouloud Mammeri, Mouloud Feraoun et Malek Haddad ont été successivement traduits à la langue russe, celle-ci ne s'intéressera vraiment à la littérature algérienne en Arabe qu'à partir de 1966, avec la traduction de Tahar Ouettar et à sa suite Rachid Boudjedra. Le guide consacre également toute une section à un des plus éminents spécialistes des études algériennes en Russie, l'orientaliste Robert Land.
Outre un ouvrage collectif, cet auteur a signé pas moins de dix-neuf livres sur l'Algérie, rappelle son auteur. Pour clore son ouvrage, Boubakir propose une nomenclature des études prospectives russo-soviétiques sur l'Algérie au XIXe et XXe siècle ayant pour objet la littérature, la sociologie, la politique, l'histoire, l'économie, parmi d'autres disciplines. Universitaire et critique littéraire, Abdelaziz Boubakir s'est distingué par ses nombreuses contributions dans la presse et sa présence sur la scène culturelle algérienne. Spécialiste des relations algéro-russes, il a notamment traduit du russe «L'intelligentsia maghrébine» de Vladimir Maximenko.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.