Hanoune temporise et avertit    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les Mozabites    «Pas de poursuites judiciaires contre les promoteurs Ansej, Cnac, Angem en situation d'échec»    À la recherche de produits hors hydrocarbures algériens    Les assurances de Temmar    Arama fustige la CAF    Le dernier carré passe par Omdourman    Du huis clos pour le MOB et un an de suspension pour Harkabi    Grève les 26 et 27 février    Décès d'un policier agressé dans un bus    14 800 logements seront livrés cette année    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    On vous le dit    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    CR Belouizdad : Soumana qualifié, le Chabab prépare la coupe    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Mostaganem : Des voleurs de voitures arrêtés    Brèves    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Un show diplomatique raté    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'Algérie vue par les orientalistes russes»
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 11 - 2018

L'écrivain Abdelaziz Boubakir présente à travers son dernier ouvrage, «L'Algérie vue par les orientalistes russes», un guide en langue arabe à l'attention des chercheurs et spécialistes des relations algéro-russes, et des études russes sur l'Algérie.
Dans cet opus de 100 pages, fraîchement publié chez Mim édition Algérie à l'occasion du 23ème Sila, l'auteur livre la quintessence des écrits russes sur l'Algérie à travers sa littérature, sa sociologie et son économie, dans un style concis, direct et sans fioritures. Dès le premier chapitre de son guide, qui en compte sept, Boubakir avertit que l'Algérie -comme objet d'études sur le monde arabe- apparaît au XVIIe siècle dans les récits de voyage d'auteurs russes. Il cite, en exemple, «L'Algérie des temps modernes», un livre de de Modeste Bagdanovitch paru en 1849 et «L'Algérie» d'Alexander Kouropatkine (1877). Ces auteurs, souligne-t-il, étaient des militaires de haut rang, dont l'un avait assumé les fonctions de ministre de la Guerre.
Dans le deuxième chapitre, l'écrivain affirme que contrairement aux récits français et allemands, les écrits de voyageurs russes sur l'Algérie demeurent méconnus, quittant rarement les rayons de bibliothèques de Moscou et Saint-Pétersbourg. Et évoque, parmi ces ouvrages ignorés des chercheurs algériens, le «Récit du voyageur inconnu» dont la date, rapporte Boubakir, remonte à 1674. L'écrivain réserve un chapitre à part aux écrits russes consacrés à L'Emir Abdelkader pour monter l'intérêt précoce des auteurs Russes pour cette figure dont la stature a suscité la curiosité d'écrivains. Dès 1847, L'Emir fera l'objet de nombreux écrits dont sa biographie parue dans la série «La vie des célébrités», vingt ans plus tard.
Dans la partie consacrée à la critique russe de la littérature algérienne, Boubakir avance que cette dernière a commencé par se faire connaître en Russie grâce aux oeuvres de Dib, Mammeri, K. Yacine, Benhaddouga et Ouattar, outre les contributions de Abou El Kacem Saadallah dans la presse locale. A ses yeux, le mérite revient au critique Victor Balashov, «le premier, en Russie, à avoir dirigé les regards d'un (premier) noyau de chercheurs et d'étudiants vers la littérature algérienne. Les nombreux ouvrages et articles de presse de Balashov, assure l'auteur, ont permis à la littérature algérienne de faire son entrée dans l' "L'Encyclopédie abrégée de la littérature». La critique russe, affirme Boubakir, considère la littérature algérienne, arabophone ou francophone soit-elle, comme une et voit dans ce bilinguisme la preuve de l'existence d'une «conscience collective multiforme».
Pour les Russes, affirme l'auteur du guide, cette littérature résolument algérienne, d'où sont exclus les auteurs d'origine française et les algérianistes, est «une contribution inestimable à la lutte du peuple algérien». Dans un autre chapitre intitulé «A propos de la traduction (au Russe) des oeuvres littéraires algériennes», Boubakir poursuit le développement de ce thème et atteste que Dib demeure l'auteur le plus traduit à travers «La Grande Maison», «L'Incendie», «Le Métier à tisser» -qui complète sa trilogie-Algérie-, «Au Café», son recueil de nouvelles, entre autres oeuvres du grand romancier. Si Mouloud Mammeri, Mouloud Feraoun et Malek Haddad ont été successivement traduits à la langue russe, celle-ci ne s'intéressera vraiment à la littérature algérienne en Arabe qu'à partir de 1966, avec la traduction de Tahar Ouettar et à sa suite Rachid Boudjedra. Le guide consacre également toute une section à un des plus éminents spécialistes des études algériennes en Russie, l'orientaliste Robert Land.
Outre un ouvrage collectif, cet auteur a signé pas moins de dix-neuf livres sur l'Algérie, rappelle son auteur. Pour clore son ouvrage, Boubakir propose une nomenclature des études prospectives russo-soviétiques sur l'Algérie au XIXe et XXe siècle ayant pour objet la littérature, la sociologie, la politique, l'histoire, l'économie, parmi d'autres disciplines. Universitaire et critique littéraire, Abdelaziz Boubakir s'est distingué par ses nombreuses contributions dans la presse et sa présence sur la scène culturelle algérienne. Spécialiste des relations algéro-russes, il a notamment traduit du russe «L'intelligentsia maghrébine» de Vladimir Maximenko.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.