«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'Algérie vue par les orientalistes russes»
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 11 - 2018

L'écrivain Abdelaziz Boubakir présente à travers son dernier ouvrage, «L'Algérie vue par les orientalistes russes», un guide en langue arabe à l'attention des chercheurs et spécialistes des relations algéro-russes, et des études russes sur l'Algérie.
Dans cet opus de 100 pages, fraîchement publié chez Mim édition Algérie à l'occasion du 23ème Sila, l'auteur livre la quintessence des écrits russes sur l'Algérie à travers sa littérature, sa sociologie et son économie, dans un style concis, direct et sans fioritures. Dès le premier chapitre de son guide, qui en compte sept, Boubakir avertit que l'Algérie -comme objet d'études sur le monde arabe- apparaît au XVIIe siècle dans les récits de voyage d'auteurs russes. Il cite, en exemple, «L'Algérie des temps modernes», un livre de de Modeste Bagdanovitch paru en 1849 et «L'Algérie» d'Alexander Kouropatkine (1877). Ces auteurs, souligne-t-il, étaient des militaires de haut rang, dont l'un avait assumé les fonctions de ministre de la Guerre.
Dans le deuxième chapitre, l'écrivain affirme que contrairement aux récits français et allemands, les écrits de voyageurs russes sur l'Algérie demeurent méconnus, quittant rarement les rayons de bibliothèques de Moscou et Saint-Pétersbourg. Et évoque, parmi ces ouvrages ignorés des chercheurs algériens, le «Récit du voyageur inconnu» dont la date, rapporte Boubakir, remonte à 1674. L'écrivain réserve un chapitre à part aux écrits russes consacrés à L'Emir Abdelkader pour monter l'intérêt précoce des auteurs Russes pour cette figure dont la stature a suscité la curiosité d'écrivains. Dès 1847, L'Emir fera l'objet de nombreux écrits dont sa biographie parue dans la série «La vie des célébrités», vingt ans plus tard.
Dans la partie consacrée à la critique russe de la littérature algérienne, Boubakir avance que cette dernière a commencé par se faire connaître en Russie grâce aux oeuvres de Dib, Mammeri, K. Yacine, Benhaddouga et Ouattar, outre les contributions de Abou El Kacem Saadallah dans la presse locale. A ses yeux, le mérite revient au critique Victor Balashov, «le premier, en Russie, à avoir dirigé les regards d'un (premier) noyau de chercheurs et d'étudiants vers la littérature algérienne. Les nombreux ouvrages et articles de presse de Balashov, assure l'auteur, ont permis à la littérature algérienne de faire son entrée dans l' "L'Encyclopédie abrégée de la littérature». La critique russe, affirme Boubakir, considère la littérature algérienne, arabophone ou francophone soit-elle, comme une et voit dans ce bilinguisme la preuve de l'existence d'une «conscience collective multiforme».
Pour les Russes, affirme l'auteur du guide, cette littérature résolument algérienne, d'où sont exclus les auteurs d'origine française et les algérianistes, est «une contribution inestimable à la lutte du peuple algérien». Dans un autre chapitre intitulé «A propos de la traduction (au Russe) des oeuvres littéraires algériennes», Boubakir poursuit le développement de ce thème et atteste que Dib demeure l'auteur le plus traduit à travers «La Grande Maison», «L'Incendie», «Le Métier à tisser» -qui complète sa trilogie-Algérie-, «Au Café», son recueil de nouvelles, entre autres oeuvres du grand romancier. Si Mouloud Mammeri, Mouloud Feraoun et Malek Haddad ont été successivement traduits à la langue russe, celle-ci ne s'intéressera vraiment à la littérature algérienne en Arabe qu'à partir de 1966, avec la traduction de Tahar Ouettar et à sa suite Rachid Boudjedra. Le guide consacre également toute une section à un des plus éminents spécialistes des études algériennes en Russie, l'orientaliste Robert Land.
Outre un ouvrage collectif, cet auteur a signé pas moins de dix-neuf livres sur l'Algérie, rappelle son auteur. Pour clore son ouvrage, Boubakir propose une nomenclature des études prospectives russo-soviétiques sur l'Algérie au XIXe et XXe siècle ayant pour objet la littérature, la sociologie, la politique, l'histoire, l'économie, parmi d'autres disciplines. Universitaire et critique littéraire, Abdelaziz Boubakir s'est distingué par ses nombreuses contributions dans la presse et sa présence sur la scène culturelle algérienne. Spécialiste des relations algéro-russes, il a notamment traduit du russe «L'intelligentsia maghrébine» de Vladimir Maximenko.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.