Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les soutiens encombrants de Gaïd Salah
Les leaders du RND, du MPA, de TAJ et du FLN traînent des casseroles
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2019

Au dernier discours alambiqué du chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, les rares échos favorables sont venus, paradoxalement, des quatre partis politiques, qui formaient, jusqu'à un passé récent, l'alliance présidentielle. Les leaders du FLN, du RND, du MPA et de Taj, qui ont défendu avec zèle l'option de la continuité sous forme d'un cinquième mandat et qui ont applaudi l'annulation du scrutin du 18 avril et l'organisation d'une conférence nationale inclusive proposée par le président Bouteflika le 11 mars dernier, ont jugé opportune sa démission le 2 avril puis ont adhéré inconditionnellement à l'activation de l'article 102 de la Constitution… Aujourd'hui, ils soutiennent mordicus l'attachement du général de corps d'armée à la tenue de l'élection présidentielle dans les délais constitutionnels, après avoir tenté –sans y parvenir — d'intégrer le hirak. Sans état d'âme, les directions de ces quatre entités politiques changent de position au gré des annonces de l'autorité réelle ou supposée du pays. Ces revirements impromptus et récurrents discréditent fondamentalement leurs auteurs, à telle enseigne qu'ils deviennent désormais un boulet pour l'homme ou la partie auxquels ils apportent un soutien, intéressé évidemment. La force du vent les fait tourner, ces jours-ci, comme des girouettes autour de Gaïd Salah. L'opinion publique entrevoit, dans cet empressement à s'aligner sur la feuille de route du chef de l'institution militaire, une tentative de régénérer le système avec les mêmes méthodes et la même clientèle qui ont entretenu les quatre mandats du président déchu, Abdelaziz Bouteflika. Considérant que le peuple se mobilise, depuis trois mois, contre ce régime, la caution des coalisés nuit grandement à l'image du vice-ministre de la Défense nationale, déjà assez écornée à cause de ses incursions intempestives dans la gestion de la crise politique. Au-delà, Ahmed Ouyahia, ex-Premier ministre, Amara Benyounès, ancien ministre de la Santé, puis de l'Industrie et des Mines, et Amar Ghoul, ancien ministre des Travaux publics actuellement sénateurs, sont cités dans des enquêtes de corruption, liées aux marchés publics, de crédits et de privilèges accordés de manière douteuse à des hommes d'affaires proches du sérail. Le SG du RND et le président du MPA ont été entendus, jeudi dernier, par le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed.
Leurs dossiers ont été transférés à la Cour suprême car leurs cas relèvent d'une juridiction d'exception. Une demande de levée de l'immunité parlementaire du président de Taj a été transmise au Sénat. Il devient incongru, à ce titre, que le chef de l'institution militaire s'accommode, dans son entourage, d'hommes sur lesquels pèsent de sérieux soupçons de corruption et de trafic d'influence, alors qu'il martèle, à chacune de ses interventions, qu'il s'échine à lutter contre le fléau.

Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.