Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye
Une réunion du conseil de sécurité lui a été consacrée
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2019

L'émissaire onusien pour la Libye, Ghassan Salame, et le commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine, Smaïl Chergui, ont indiqué que ce pays était devenu le théâtre d'une guerre par procuration entre acteurs extérieurs défendant leurs propres intérêts nationaux.
Le chef de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) a fait part mardi soir devant les membres du Conseil de sécurité de sa grande inquiétude face à l'intensification des combats entre camps rivaux en Libye, accusant certains pays de "se nourrir de ce conflit".
Il a déclaré que les violences autour de Tripoli "ne sont que le début d'une guerre sanglante dans la rive sud de la Méditerranée qui met davantage en danger la sécurité des voisins immédiats et méditerranéens". Il a indiqué que plusieurs rapports font état de la présence au sein des deux camps rivaux d'extrémistes et de personnes qui font l'objet de mandats d'arrêt par la Cour pénale internationale (CPI). Selon des indiscrétions de diplomates à l'ONU, Ghassan Salame en serait arrivé à désigner certains pays comme responsables de l'envoi de terroristes en Libye.
Dans la foulée, il a appelé les deux camps à se dissocier de ces personnes en remettant ceux qui font l'objet d'un mandat d'arrêt à la CPI. L'émissaire onusien a recommandé au Conseil de sécurité de mettre en place une commission d'enquête pour exclure ces éléments.
Soutenant que les Libyens avaient besoin que la communauté internationale travaille de concert pour atténuer leurs divisions et non pas pour les amplifier, il a martelé qu'"il n'y a pas de solution militaire en Libye. Ce n'est pas un cliché, c'est un fait, et il est grand temps que ceux qui ont nourri cette illusion ouvrent les yeux et s'adaptent à cette réalité". Pour clore son intervention, Ghassan Salame a demandé au Conseil de sécurité de prendre sa responsabilité en appelant à un cessez-le-feu immédiat entre les deux autorités rivales et au retour au processus politique inclusif sous l'égide de l'ONU.
Intervenant en vidéo-conférence depuis Addis-Abeba lors du briefing au Conseil de sécurité, le commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine, Smaïl Chergui, a versé dans le même sens que l'envoyé spécial de l'ONU en Libye. Il a déclaré que Libye "était devenu le théâtre d'une guerre par procuration entre acteurs extérieurs défendant leurs propres intérêts nationaux". "La situation est encore compliquée par le fait que la Libye est devenue essentiellement un champ de bataille par procuration entre certains acteurs extérieurs qui défendent leurs intérêts nationaux par le biais de mandataires locaux", a-t-il indiqué. Smaïl Chergui a relevé qu'il était impératif pour la communauté internationale de reconnaître "l'ingérence extérieure toxique sans précédent en Libye".
Ces acteurs extérieurs ont contribué à inonder la Libye d'armes, créant un environnement propice au développement de l'activité des groupes terroristes, a souligné le haut responsable de l'UA. "Ces interférences aggravent la situation déjà instable sur le terrain", a-t-il alerté en lançant un appel aux différents acteurs à "œuvrer dans l'intérêt du peuple libyen et de la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Libye".
Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.