POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère
Clôture du mois du patrimoine
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2019

La 15e sahra (veillée) du mois de Ramadhan s'est harmonisée, lundi 20 mai, avec la nuit du conte où a été feuilleté, à l'oral et à la lueur de la bougie, le recueil de nos m'hadji (historiettes) du terroir par le quatuor de Perles d'eau, composé des conteuses Djazia Aït Kaki, Hanifa Hamouche, Zakia Gaouaou et Yamina Toubal. Illuminée à l'aura du "mesbah" (bougeoir) et au brasillement de l'âtre, la soirée de "timouchouha" (contes) a débuté avec le préambule ou la formule d'usage : "Amachahou, rabbi ats iselhou, ats ighzif anechth ousarou" (écoutez, que je vous conte une histoire, Dieu fasse qu'elle soit belle, longue et se déroule comme un long ruban ou film). C'est l'espiègle chérubin à peine plus haut qu'un "aaqar l'hammas" (pois chiche) qu'a conté la dame Djazia Aït Kaki féministe et fondatrice de l'association Tharwa Lalla Fadhma n'Soumer. Nantie de la pédagogie d'enseignante qu'elle était, la poétesse Djazia Aït Kaki a charmé l'auditoire à l'aide du récit d'un garnement si cruel envers ses parents qu'à la fin il s'abîmera dans l'abyssal fond de l'oreille d'un chien errant. Ainsi, tour à tour, a succédé Zakia Gaouaou, l'auteure des Contes et légendes d'El-Kantara (éd. Nait), qui a gratifié l'assistance du conte du roi lion désireux de convoler en secondes noces et qui s'est heurté au refus de la gazelle qui repoussa ses avances à cause de son haleine fétide. Déçu, le lion s'en est allé vieillir dans l'ermitage de la solitude où il médita le proverbe persan : "La flèche sort de la blessure, mais le coup de langue reste dans le cœur." S'ensuivit l'apport poétique de la rimeuse Hanifa Hamouche, la co-auteure du recueil de poésie intitulé Paroles de symbole qu'elle a écrit de concert avec son frère, l'artiste peintre Nourredine Hamouche, ce familier du legs séculaire d'aouchem (signes et motifs) du terroir et préfacé par Nadia Ihaddadène, professeur de lettres françaises : "C'est l'histoire de l'île aux sentiments où cohabitaient l'amour aux côtés de l'exil, de la solitude, de l'avidité, de la richesse, de l'éphémère bonheur qui ne fait toujours que passer, de l'arrogance, de l'orgueil, du temps que l'on n'a plus et de la sagesse du savoir. Tout y allait pour le mieux sur l'îlot jusqu'au jour où l'existence a fini d'être ce long fleuve tranquille qui menaça d'engloutir l'île". Alors, qui des sept passions allaient survivre ? L'amour pardi ! "Parce qu'il n'y a que le temps qui sait que la vie est intimement liée à l'amour." Et en tomber de rideau sur la nuit du conte et le mois du patrimoine, l'auditoire a entonné la chanson d'Idir adaptée du conte Lvaz d tsekkourt (l'aigle et la perdrix) qu'a narrée à son tour Yamina Toubal, la bloggeuse de "L'atelier d'écriture destiné aux femmes algériennes". Pour conclure, ressuscitons la formule qui clôture aussi le conte : "Hadjitek madjitek, châali chemâa ourouhi el-bitek."
Louhal Nourreddine

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.