Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère
Clôture du mois du patrimoine
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2019

La 15e sahra (veillée) du mois de Ramadhan s'est harmonisée, lundi 20 mai, avec la nuit du conte où a été feuilleté, à l'oral et à la lueur de la bougie, le recueil de nos m'hadji (historiettes) du terroir par le quatuor de Perles d'eau, composé des conteuses Djazia Aït Kaki, Hanifa Hamouche, Zakia Gaouaou et Yamina Toubal. Illuminée à l'aura du "mesbah" (bougeoir) et au brasillement de l'âtre, la soirée de "timouchouha" (contes) a débuté avec le préambule ou la formule d'usage : "Amachahou, rabbi ats iselhou, ats ighzif anechth ousarou" (écoutez, que je vous conte une histoire, Dieu fasse qu'elle soit belle, longue et se déroule comme un long ruban ou film). C'est l'espiègle chérubin à peine plus haut qu'un "aaqar l'hammas" (pois chiche) qu'a conté la dame Djazia Aït Kaki féministe et fondatrice de l'association Tharwa Lalla Fadhma n'Soumer. Nantie de la pédagogie d'enseignante qu'elle était, la poétesse Djazia Aït Kaki a charmé l'auditoire à l'aide du récit d'un garnement si cruel envers ses parents qu'à la fin il s'abîmera dans l'abyssal fond de l'oreille d'un chien errant. Ainsi, tour à tour, a succédé Zakia Gaouaou, l'auteure des Contes et légendes d'El-Kantara (éd. Nait), qui a gratifié l'assistance du conte du roi lion désireux de convoler en secondes noces et qui s'est heurté au refus de la gazelle qui repoussa ses avances à cause de son haleine fétide. Déçu, le lion s'en est allé vieillir dans l'ermitage de la solitude où il médita le proverbe persan : "La flèche sort de la blessure, mais le coup de langue reste dans le cœur." S'ensuivit l'apport poétique de la rimeuse Hanifa Hamouche, la co-auteure du recueil de poésie intitulé Paroles de symbole qu'elle a écrit de concert avec son frère, l'artiste peintre Nourredine Hamouche, ce familier du legs séculaire d'aouchem (signes et motifs) du terroir et préfacé par Nadia Ihaddadène, professeur de lettres françaises : "C'est l'histoire de l'île aux sentiments où cohabitaient l'amour aux côtés de l'exil, de la solitude, de l'avidité, de la richesse, de l'éphémère bonheur qui ne fait toujours que passer, de l'arrogance, de l'orgueil, du temps que l'on n'a plus et de la sagesse du savoir. Tout y allait pour le mieux sur l'îlot jusqu'au jour où l'existence a fini d'être ce long fleuve tranquille qui menaça d'engloutir l'île". Alors, qui des sept passions allaient survivre ? L'amour pardi ! "Parce qu'il n'y a que le temps qui sait que la vie est intimement liée à l'amour." Et en tomber de rideau sur la nuit du conte et le mois du patrimoine, l'auditoire a entonné la chanson d'Idir adaptée du conte Lvaz d tsekkourt (l'aigle et la perdrix) qu'a narrée à son tour Yamina Toubal, la bloggeuse de "L'atelier d'écriture destiné aux femmes algériennes". Pour conclure, ressuscitons la formule qui clôture aussi le conte : "Hadjitek madjitek, châali chemâa ourouhi el-bitek."
Louhal Nourreddine

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.