Proposition de sortie de crise    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    L'EN rejoint son camp de base au Caire    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Une bien triste leçon égyptienne    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    De l'éthique du personnel politique    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grève de deux jours à partir de mardi
Crise politique au Soudan
Publié dans Liberté le 26 - 05 - 2019

La contestation est allée crescendo depuis le 19 décembre, poussant au départ de l'ancien président al-Bachir. Mais la guerre politique n'est pas encore gagnée pour les Soudanais qui n'ont pas utilisé toutes leurs cartes.
Annoncée en fin de semaine dernière, la grève générale aura lieu ces mardi et mercredi, en réponse au refus de l'armée soudanaise de transférer intégralement le pouvoir aux civils, a annoncé dans la nuit de vendredi à hier l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC). Cette grève de deux jours constitue un moyen de pression supplémentaire sur le Conseil militaire de transition, formé par d'anciens proches du président destitué Omar al-Bachir, alors que le dernier round des négociations s'est terminé lundi dernier par un échec. Pour l'ALC, fer de lance de la contestation, elle a été "contrainte de recourir à cette action pacifique faute d'alternatives" pour une sortie de crise à Khartoum. "Des grèves générales seront lancées mardi et mercredi dans les entreprises et sociétés publiques et privées et dans tous les secteurs professionnels. Des sit-in seront organisés parallèlement dans la capitale et dans les provinces", est-il précisé dans le communiqué. Ce mouvement de grève, qui sera levé jeudi, est destiné, selon l'ALC, à "rectifier le processus de la révolution et parachever ses objectifs" dans un pays plongé dans l'incertitude politique.
Et la grève n'est qu'un premier pas vers la désobéissance civile, une option également envisagée par l'ALC, dans le cas où les militaires ne se décideraient pas à renoncer à leur ambition de garder une grande partie du pouvoir. Car, le Conseil de transition militaire n'a montré, pour le moment, aucune volonté de céder totalement les rênes du pays aux civils, comme le réclament la rue et la communauté internationale. Pour rappel, les discussions avec l'armée ont été suspendues lundi en raison de désaccords sur la composition du futur Conseil souverain, qui doit être mis en place pour gérer la transition, et sur la personne — un civil ou un militaire — qui doit en prendre la tête.
Depuis, nul n'a indiqué si les négociations allaient reprendre. Les généraux à la tête du pays ont jusqu'ici refusé les demandes de la contestation pour un transfert du pouvoir aux civils et insistent pour que l'un des leurs prenne la tête du Conseil souverain, censé diriger le pays pendant trois ans. L'armée fait ainsi la sourde oreille aux appels de la communauté internationale à céder le pouvoir à un gouvernement civil. Depuis le 6 avril, des milliers de Soudanais campent nuit et jour devant le QG de l'armée à Khartoum. Ils exigent une administration civile pour remplacer les généraux, au pouvoir depuis la chute de Omar al-Bachir à la suite d'un mouvement de contestation déclenché le 19 décembre 2018 par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain en pleine crise économique.
L. M./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.