Mokhtar Reguieg placé sous mandat de dépôt    Le Président promet un large débat télévisé au Parlement    Tebboune les interdit    "Volonté de changement de la situation économique"    Nourddine Khaldi installé à la tête de la direction générale    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    24 harraga arrêtés à Skikda    L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Tebboune préside un Conseil des ministres    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Surenchère américaine au Moyen-Orient
Tensions avec l'Iran
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2019

Dans un contexte inédit, depuis l'arrivée de Donald Trump au pouvoir, les Etats-Unis poussent le bouchon de plus en plus loin au Moyen-Orient, où Washington va déployer plus d'un millier de soldats supplémentaires, a annoncé hier le chef du Pentagone, Patrick Shanahan. "J'ai autorisé l'envoi de 1000 militaires supplémentaires à des fins défensives pour répondre à des menaces aériennes, navales et terrestres au Moyen-Orient", a annoncé M. Shanahan, soulignant que "les récentes attaques iraniennes valident les renseignements fiables et crédibles que nous avons reçus sur le comportement hostile des forces iraniennes", faisant référence à l'attaque, jeudi dernier, de deux navires en mer d'Oman. Alors qu'aucun indice ne montre la culpabilité de l'Iran, le Pentagone affirme disposer des vidéos prouvant son implication directe. Mais de nombreux pays et organisations doutent de la version américaine. Aussi, tout en affirmant que "les Etats-Unis ne cherchent pas à entrer en conflit avec l'Iran", Washington ne peut s'empêcher de menacer l'Iran et de tenter de l'isoler à coups de guerre médiatique et commerciale, en s'appuyant sur ses relais dans la région, à leur tête l'Arabie Saoudite, considéré comme un pays exportateur d'instabilité et de terrorisme islamiste.
Réagissant à cette dangereuse montée de tensions entre les deux pays, la Russie et la Chine ont appelé "à la retenue", ont rapporté les agences de presse. "Nous préférerions ne pas voir de mesures susceptibles de provoquer une montée des tensions dans cette région déjà instable", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Nous appelons toutes les parties à garder la tête froide (...) et à ne pas ouvrir la boîte de Pandore", a déclaré devant la presse le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, interrogé sur les renforts américains. "Les Etats-Unis notamment devraient changer leur pratique de pression maximale (...) Non seulement cela ne permet pas de résoudre le problème, mais cela aggrave la crise", a-t-il indiqué. Depuis le retrait des Etats-Unis, en mai 2018, de l'accord sur le nucléaire, Washington a rétabli les sanctions économiques et commerciales contre l'Iran, dans une tentative d'affaiblir Téhéran dont l'influence ne cesse de grandir au Proche et Moyen-Orient. Face au manque d'engagement des autres parties signataires de l'Accord de Vienne sur le programme nucléaire iranien, en 2015, Téhéran a décidé de s'en désengager progressivement. "Le compte à rebours pour passer au-dessus des 300 kg pour les réserves d'uranium enrichi a commencé, et dans dix jours, c'est-à-dire le 27 juin, nous dépasserons cette limite", a déclaré Behrouz Kamalvandi, porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.