Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Surenchère américaine au Moyen-Orient
Tensions avec l'Iran
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2019

Dans un contexte inédit, depuis l'arrivée de Donald Trump au pouvoir, les Etats-Unis poussent le bouchon de plus en plus loin au Moyen-Orient, où Washington va déployer plus d'un millier de soldats supplémentaires, a annoncé hier le chef du Pentagone, Patrick Shanahan. "J'ai autorisé l'envoi de 1000 militaires supplémentaires à des fins défensives pour répondre à des menaces aériennes, navales et terrestres au Moyen-Orient", a annoncé M. Shanahan, soulignant que "les récentes attaques iraniennes valident les renseignements fiables et crédibles que nous avons reçus sur le comportement hostile des forces iraniennes", faisant référence à l'attaque, jeudi dernier, de deux navires en mer d'Oman. Alors qu'aucun indice ne montre la culpabilité de l'Iran, le Pentagone affirme disposer des vidéos prouvant son implication directe. Mais de nombreux pays et organisations doutent de la version américaine. Aussi, tout en affirmant que "les Etats-Unis ne cherchent pas à entrer en conflit avec l'Iran", Washington ne peut s'empêcher de menacer l'Iran et de tenter de l'isoler à coups de guerre médiatique et commerciale, en s'appuyant sur ses relais dans la région, à leur tête l'Arabie Saoudite, considéré comme un pays exportateur d'instabilité et de terrorisme islamiste.
Réagissant à cette dangereuse montée de tensions entre les deux pays, la Russie et la Chine ont appelé "à la retenue", ont rapporté les agences de presse. "Nous préférerions ne pas voir de mesures susceptibles de provoquer une montée des tensions dans cette région déjà instable", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Nous appelons toutes les parties à garder la tête froide (...) et à ne pas ouvrir la boîte de Pandore", a déclaré devant la presse le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, interrogé sur les renforts américains. "Les Etats-Unis notamment devraient changer leur pratique de pression maximale (...) Non seulement cela ne permet pas de résoudre le problème, mais cela aggrave la crise", a-t-il indiqué. Depuis le retrait des Etats-Unis, en mai 2018, de l'accord sur le nucléaire, Washington a rétabli les sanctions économiques et commerciales contre l'Iran, dans une tentative d'affaiblir Téhéran dont l'influence ne cesse de grandir au Proche et Moyen-Orient. Face au manque d'engagement des autres parties signataires de l'Accord de Vienne sur le programme nucléaire iranien, en 2015, Téhéran a décidé de s'en désengager progressivement. "Le compte à rebours pour passer au-dessus des 300 kg pour les réserves d'uranium enrichi a commencé, et dans dix jours, c'est-à-dire le 27 juin, nous dépasserons cette limite", a déclaré Behrouz Kamalvandi, porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.