Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les solutions en dehors de la justice
Infraction à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux
Publié dans Liberté le 20 - 06 - 2019

Les autorités doivent être vigilantes quant à la fuite de capitaux qui risque de s'accélérer ces jours-ci, à cause de la conjoncture politico-économique encombrante pour certains hommes politiques et affairistes. Acculées, menacées, mises à l'index, jetées à la vindicte populaire et traduites en justice, ces personnes tentent de préserver leurs biens, mal acquis pour la majorité d'ailleurs, quitte à utiliser, pour cela, les moyens les plus illicites. Et parmi ces sentiers illégaux empruntés par ces opérateurs indélicats, le transfert de capitaux reste le plus court et le mieux indiqué. Ce qui met ces gens directement en situation d'infraction à l'ordonnance n°03-01 du 19 février 2003 relative à la répression de l'infraction à la législation et à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l'étranger.
L'ordonnance prévoit une peine de 2 à 7 ans de prison avec confiscation du "corps du délit" et une "amende qui ne saurait être inférieure au double de la somme sur laquelle a porté l'infraction ou la tentative d'infraction". Selon la loi, l'infraction ou tentative d'infraction à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l'étranger peut être la fausse déclaration, l'inobservation des obligations de déclaration, le défaut de rapatriement des capitaux, l'inobservation des procédures prescrites ou des formalités exigées, le défaut d'autorisations requises ou le non-respect des conditions dont elles sont assorties.
Les poursuites pénales pour ce type d'infractions ne peuvent être exercées, précise l'article 9, que sur plainte du ministre chargé des Finances ou du gouverneur de la Banque d'Algérie ou de l'un de leurs représentants habilités à cet effet. L'article 9 bis de cette ordonnance stipule, en revanche, qu'il est créé un comité national des transactions, composé des représentants de la présidence de la République, du Premier ministre, du ministre des Finances, du gouverneur de la Banque d'Algérie.
Le représentant de la présidence de la République préside le comité national des transactions et y a voix prépondérante. Le contrevenant peut introduire une demande de transaction auprès de ce comité. Il s'agit en fait d'une faveur accordée au contrevenant lui évitant les poursuites judiciaires prévues par la réglementation en vigueur. Cette transaction se veut, en fait, une amende que le contrevenant doit payer suivant des barèmes liés au montant de l'infraction (corps du délit). Pour bénéficier de la transaction, le contrevenant doit procéder au dépôt, auprès du comptable public chargé du recouvrement, d'une caution égale à 200% de la valeur du corps du délit.
Ainsi, le "comité national des transactions peut consentir une transaction lorsque la valeur du corps du délit est inférieure à 50 000 000 DA. Lorsque la valeur du corps du délit est égale ou supérieure à cinquante millions de dinars, le comité national des transactions émet un avis et transmet le dossier au gouvernement, pour décision en Conseil des ministres". Lorsque l'infraction est commise sans relation avec une opération de commerce extérieur et quand la valeur du corps du délit est inférieure ou égale à 500 000 DA, la transaction peut être consentie par un comité local des transactions. Il est à noter que la procédure de traitement de la demande de transaction ne fait pas obstacle aux poursuites pénales. Toute transaction consentie met ainsi fin aux poursuites.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.