Tamanrasset: un terroriste capturé à In M'guel (MDN)    La classe politique sort de sa léthargie    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    "L'Algérie accueillera les pourparlers interlibyens"    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Le FFS face au défi du rassemblement    COVID-19: Benbouzid met l'accent sur une meilleure prise en charge du citoyen    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    De nouvelles mesures prises à Oran    8 décès et 470 nouveaux cas en 24 heures    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Kafkaien    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    La nouvelle feuille de route    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les solutions en dehors de la justice
Infraction à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux
Publié dans Liberté le 20 - 06 - 2019

Les autorités doivent être vigilantes quant à la fuite de capitaux qui risque de s'accélérer ces jours-ci, à cause de la conjoncture politico-économique encombrante pour certains hommes politiques et affairistes. Acculées, menacées, mises à l'index, jetées à la vindicte populaire et traduites en justice, ces personnes tentent de préserver leurs biens, mal acquis pour la majorité d'ailleurs, quitte à utiliser, pour cela, les moyens les plus illicites. Et parmi ces sentiers illégaux empruntés par ces opérateurs indélicats, le transfert de capitaux reste le plus court et le mieux indiqué. Ce qui met ces gens directement en situation d'infraction à l'ordonnance n°03-01 du 19 février 2003 relative à la répression de l'infraction à la législation et à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l'étranger.
L'ordonnance prévoit une peine de 2 à 7 ans de prison avec confiscation du "corps du délit" et une "amende qui ne saurait être inférieure au double de la somme sur laquelle a porté l'infraction ou la tentative d'infraction". Selon la loi, l'infraction ou tentative d'infraction à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l'étranger peut être la fausse déclaration, l'inobservation des obligations de déclaration, le défaut de rapatriement des capitaux, l'inobservation des procédures prescrites ou des formalités exigées, le défaut d'autorisations requises ou le non-respect des conditions dont elles sont assorties.
Les poursuites pénales pour ce type d'infractions ne peuvent être exercées, précise l'article 9, que sur plainte du ministre chargé des Finances ou du gouverneur de la Banque d'Algérie ou de l'un de leurs représentants habilités à cet effet. L'article 9 bis de cette ordonnance stipule, en revanche, qu'il est créé un comité national des transactions, composé des représentants de la présidence de la République, du Premier ministre, du ministre des Finances, du gouverneur de la Banque d'Algérie.
Le représentant de la présidence de la République préside le comité national des transactions et y a voix prépondérante. Le contrevenant peut introduire une demande de transaction auprès de ce comité. Il s'agit en fait d'une faveur accordée au contrevenant lui évitant les poursuites judiciaires prévues par la réglementation en vigueur. Cette transaction se veut, en fait, une amende que le contrevenant doit payer suivant des barèmes liés au montant de l'infraction (corps du délit). Pour bénéficier de la transaction, le contrevenant doit procéder au dépôt, auprès du comptable public chargé du recouvrement, d'une caution égale à 200% de la valeur du corps du délit.
Ainsi, le "comité national des transactions peut consentir une transaction lorsque la valeur du corps du délit est inférieure à 50 000 000 DA. Lorsque la valeur du corps du délit est égale ou supérieure à cinquante millions de dinars, le comité national des transactions émet un avis et transmet le dossier au gouvernement, pour décision en Conseil des ministres". Lorsque l'infraction est commise sans relation avec une opération de commerce extérieur et quand la valeur du corps du délit est inférieure ou égale à 500 000 DA, la transaction peut être consentie par un comité local des transactions. Il est à noter que la procédure de traitement de la demande de transaction ne fait pas obstacle aux poursuites pénales. Toute transaction consentie met ainsi fin aux poursuites.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.