L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un secteur en quête de professionnalisation
Journée d'étude sur le cinéma amazigh à l'INALCO de Paris
Publié dans Liberté le 20 - 06 - 2019

Cette journée d'étude réalisée sous la direction de Daniela Merolla, professeure de littérature et des arts berbères, était axée essentiellement sur les aspects techniques : mise en scène, caméra, photographie…

L'Institut national des langues et cultures orientales (Inalco-Paris 13) a organisé dernièrement une journée d'étude sur le cinéma amazigh, axée essentiellement sur les aspects techniques : mise en scène, caméra, photographie… sous la direction de Daniela Merolla, professeure de littérature et des arts berbères. Des universitaires et spécialistes de l'image y ont contribué. Pour Daniela Merolla, "cette journée s'est focalisée sur la mise en scène, avec des questionnements sur l'utilisation des techniques dans le film amazigh et sur sa professionnalisation, sachant qu'il y a des problèmes de formation de réalisateurs. Il y a eu des analyses de cas sur des extraits de films". Pour cette universitaire, "si le cinéma amazigh est toujours critique, c'est à une échelle nationale et globale, et même universelle". Au plan technique, Mme Merolla constate une évolution sur le terrain : "D'amateurs, les cinéastes amazighs travaillent maintenant pour la télé et produisent des films. Ce cinéma a de l'avenir, car il y a une passion et une volonté d'aller de l'avant chez les réalisateurs." Pour Hocine Redjala, réalisateur et producteur algérien, qui a traité de la transposition de l'imaginaire vers la mise en scène, "nous avons nos spécificités, espaces, sujets, imaginaires, personnages.
Le cinéma amazigh émerge avec des œuvres qui ont une identité et qui rivalisent au niveau international… Dans le Serment rebelle, dont je présente des extraits, j'ai traité d'un documentaire de fond et de recherche scientifique sur l'histoire des bandits d'honneur et des hors-la-loi". Ancien économiste et journaliste, Hocine Redjala a reçu une formation dans le reportage en Allemagne, puis a lancé une société de production audiovisuelle. "J'ai réalisé des documentaires comme l'Apanage des sages, qui raconte les problèmes découlant de l'indisponibilité de terres fertiles dans les villages de montagne. La gardienne de la mémoire retrace le vécu d'une vieille qui habite toute seule dans un village. Un autre travail montre des villages abandonnés durant la période du terrorisme. J'ai effectué des accompagnements de films comme Le tuteur de Madame la ministre, de Djamila Amzal, et de documentaires comme La Symphonie pour deux mémoires, qui raconte l'histoire d'un déserteur français qui a rejoint l'ALN."
Mustapha El-Adak, professeur de linguistique et de littérature berbères à l'université d'Oujda, a abordé le cinéma rifain à travers le film Iperita de Mohamed Bouzaggou, qui traite de l'utilisation des armes chimiques dans la guerre du Rif (1921-1926 ) : "C'est un cinéma authentique, qui commence à faire son chemin dans le champ de la création amazighe en général. Le cinéma amazigh marocain émerge lentement mais sûrement avec des films vidéo au début, dont le succès a tracé la voie au cinéma d'aujourd'hui. L'avenir du cinéma amazigh est certain, car déjà au Maroc et en Algérie, l'amazighité a fait du chemin. Rien n'empêche l'éclosion de ce cinéma.
On est passé de l'oral à l'écrit, aujourd'hui on va passer à l'image." Revenons au Djurdjura avec Djamila Amzal, comédienne et réalisatrice, qui a joué dans les films amazighs La Colline oubliée, de Abderrahmane Bouguermouh (1994), Machahou, de Belkacem Hadjadj (1995), La Montagne de Baya, de Azzedine Meddour (1997) et Si Mohand Oumhand l'insoumis, de Lyazid Khodja et Rachid Benallal (2008). Elle ose une critique : "Très franchement, je pense que le cinéma amazigh n'a pas beaucoup évolué et manque de professionnalisme, ce qui s'applique d'ailleurs à mon film Le tuteur de Madame la ministre." Pour elle, cela relève d'un manque de moyens : "Les grands centres cinématographiques ont disparu : CAIAC, ENPA…" Cependant, pense-t-elle, "cette journée d'étude approfondit la réflexion sur le cinéma amazigh, ce qui permet d'avancer". Vivant en Italie, elle écrit des scénarii qu'elle souhaite réaliser un jour et travaille sur les contes et légendes destinés au cinéma.

A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.