La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un secteur en quête de professionnalisation
Journée d'étude sur le cinéma amazigh à l'INALCO de Paris
Publié dans Liberté le 20 - 06 - 2019

Cette journée d'étude réalisée sous la direction de Daniela Merolla, professeure de littérature et des arts berbères, était axée essentiellement sur les aspects techniques : mise en scène, caméra, photographie…

L'Institut national des langues et cultures orientales (Inalco-Paris 13) a organisé dernièrement une journée d'étude sur le cinéma amazigh, axée essentiellement sur les aspects techniques : mise en scène, caméra, photographie… sous la direction de Daniela Merolla, professeure de littérature et des arts berbères. Des universitaires et spécialistes de l'image y ont contribué. Pour Daniela Merolla, "cette journée s'est focalisée sur la mise en scène, avec des questionnements sur l'utilisation des techniques dans le film amazigh et sur sa professionnalisation, sachant qu'il y a des problèmes de formation de réalisateurs. Il y a eu des analyses de cas sur des extraits de films". Pour cette universitaire, "si le cinéma amazigh est toujours critique, c'est à une échelle nationale et globale, et même universelle". Au plan technique, Mme Merolla constate une évolution sur le terrain : "D'amateurs, les cinéastes amazighs travaillent maintenant pour la télé et produisent des films. Ce cinéma a de l'avenir, car il y a une passion et une volonté d'aller de l'avant chez les réalisateurs." Pour Hocine Redjala, réalisateur et producteur algérien, qui a traité de la transposition de l'imaginaire vers la mise en scène, "nous avons nos spécificités, espaces, sujets, imaginaires, personnages.
Le cinéma amazigh émerge avec des œuvres qui ont une identité et qui rivalisent au niveau international… Dans le Serment rebelle, dont je présente des extraits, j'ai traité d'un documentaire de fond et de recherche scientifique sur l'histoire des bandits d'honneur et des hors-la-loi". Ancien économiste et journaliste, Hocine Redjala a reçu une formation dans le reportage en Allemagne, puis a lancé une société de production audiovisuelle. "J'ai réalisé des documentaires comme l'Apanage des sages, qui raconte les problèmes découlant de l'indisponibilité de terres fertiles dans les villages de montagne. La gardienne de la mémoire retrace le vécu d'une vieille qui habite toute seule dans un village. Un autre travail montre des villages abandonnés durant la période du terrorisme. J'ai effectué des accompagnements de films comme Le tuteur de Madame la ministre, de Djamila Amzal, et de documentaires comme La Symphonie pour deux mémoires, qui raconte l'histoire d'un déserteur français qui a rejoint l'ALN."
Mustapha El-Adak, professeur de linguistique et de littérature berbères à l'université d'Oujda, a abordé le cinéma rifain à travers le film Iperita de Mohamed Bouzaggou, qui traite de l'utilisation des armes chimiques dans la guerre du Rif (1921-1926 ) : "C'est un cinéma authentique, qui commence à faire son chemin dans le champ de la création amazighe en général. Le cinéma amazigh marocain émerge lentement mais sûrement avec des films vidéo au début, dont le succès a tracé la voie au cinéma d'aujourd'hui. L'avenir du cinéma amazigh est certain, car déjà au Maroc et en Algérie, l'amazighité a fait du chemin. Rien n'empêche l'éclosion de ce cinéma.
On est passé de l'oral à l'écrit, aujourd'hui on va passer à l'image." Revenons au Djurdjura avec Djamila Amzal, comédienne et réalisatrice, qui a joué dans les films amazighs La Colline oubliée, de Abderrahmane Bouguermouh (1994), Machahou, de Belkacem Hadjadj (1995), La Montagne de Baya, de Azzedine Meddour (1997) et Si Mohand Oumhand l'insoumis, de Lyazid Khodja et Rachid Benallal (2008). Elle ose une critique : "Très franchement, je pense que le cinéma amazigh n'a pas beaucoup évolué et manque de professionnalisme, ce qui s'applique d'ailleurs à mon film Le tuteur de Madame la ministre." Pour elle, cela relève d'un manque de moyens : "Les grands centres cinématographiques ont disparu : CAIAC, ENPA…" Cependant, pense-t-elle, "cette journée d'étude approfondit la réflexion sur le cinéma amazigh, ce qui permet d'avancer". Vivant en Italie, elle écrit des scénarii qu'elle souhaite réaliser un jour et travaille sur les contes et légendes destinés au cinéma.

A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.