En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    L'Alliance présidentielle décapitée    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    La présidence dit oui    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    La cérémonie en Egypte    Pas de représentant algérien à la CAF    Les syndicats ne cachent pas leur colère    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie
Le rapport fait état de facteurs défavorables au secteur privé
Publié dans Liberté le 25 - 06 - 2019

Le Forum euroméditerranéen des instituts de sciences économiques (Femise) vient de publier son rapport euroméditerranéen 2019 qui porte sur le secteur privé dans les pays méditerranéens. Plusieurs raisons ont poussé les experts du réseau Femise à consacrer ce rapport au secteur privé dans la région. Le rapport fait état d'une conjonction de facteurs défavorables au secteur privé des pays méditerranéens. Par le témoignage de chercheurs du réseau ou d'entrepreneurs avec lesquels Femise est en contact, des difficultés concrètes ont été soulevées. "Il s'agit essentiellement, dans le cas de l'Algérie, de la persistance d'un système de rente, de l'accès au capital et au foncier qui échappe au marché, de l'accès au crédit bancaire soumis au pouvoir discrétionnaire de l'administration, de la faiblesse de l'état de droit et de la non-garantie de la propriété privée qui découragent l'investissement et d'un secteur commercial quasi monopolistique", relève le rapport.
Najat Zatla (enseignante chercheure, membre du Femise) indique, dans son témoignage, que le passage à l'économie de marché, initiée dans les années 90, n'a pas bouleversé l'ordre social. "Le consentement apparent aux transformations institutionnelles préconisées et l'adoption de nombreuses règles formelles importées sont contournés", affirme-t-elle. De fait, l'ouverture commerciale ou les privatisations, analyse Najat Zatla, "sont ainsi un modèle de maintien de leurs rentes par les tenants de l'ordre social, qui prend souvent la forme de transferts, au sein du même système d'insiders, de rentes monopolistiques du public au privé (distribution de la rente pétrolière, transfert de rentes foncières, création de rentes commerciales, etc.)". Pour elle, les élites politiques continuent de contrôler l'accès à toutes formes de rentes. Najat Zatla relève que l'accès au capital et au foncier échappe en grande partie au marché.
Le recours (ou l'accès) au crédit bancaire est soumis au pouvoir discrétionnaire de l'administration. "Des liquidités abondantes, un taux d'intérêt réel négatif durant la période 2000-2014 et une stabilité sociale retrouvée auraient dû se traduire par une forte croissance des investissements, ce qui n'est pas le cas", constate-t-elle. Najat Zatla ajoute que "bien que le secteur commercial se soit fortement développé au cours des deux dernières années, il est caractérisé par des positions quasi monopolistiques". 0,23% des entreprises recensées, note-t-elle, déclarent un chiffre d'affaires supérieur à 2 milliards de dinars, alors qu'à l'opposé, 97,7% d'entre elles déclarent un chiffre d'affaires inférieur à 200 millions de de dinars.
Pour Najat Zatla, on peut tout à fait reprendre pour l'Algérie cette analyse de Hibou (1998) relative à la Tunisie de la fin des années 90. "On n'assiste pas à une libéralisation en bonne et due forme, qui signifierait autonomisation de l'économique par rapport au politique, concurrence, transparence et abolition des comportements rentiers et monopolistiques. L'évolution réelle combine, d'une part, la diminution de l'usage des instruments traditionnels de protection et l'existence d'une certaine concurrence sur certains segments de marché et, d'autre part, une concentration des activités économiques autour des acteurs dominants et la perpétuation de l'immixtion du politique dans les affaires économiques, même si celle-ci change de nature."

Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.