Plus de 24 millions d'électeurs suivis par 501.031 encadreurs    Election présidentielle de 12 décembre L'heure du choix !    Un rendez-vous crucial pour la nation ! La sentence du peuple    Direction régionale des douanes de Chlef : 13 opérations d'exportation en novembre    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Boumerdes : Projet de traduction des plus importants écrits de la littérature populaire algérienne    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    Bounedjah buteur face à Hienghène Sport    LDC : L'Atalanta réalise un exploit historique    Naples : Ancelotti fait ses adieux    Le chef de l'Etat signe la loi de Finances 2020    Une grande marche en cours à Alger    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: près de 3.000 affaires traitées en novembre    Banques : installation du nouveau P-dg de la BEA    Aucun "dépassement" enregistré lors du vote de la communauté nationale en Tunisie    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Le président annonce des mesures d'apaisement    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Le capitaine Chammam finalement apte pour le rendez-vous de Doha    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Subsistance de divergences    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    Benflis dénonce une «cabale»    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien
Exposition "Planète Malek" par Habibi Funk au Mama
Publié dans Liberté le 25 - 06 - 2019

Après la sortie de la compilation consacrée aux œuvres d'Ahmed Malek par le label Habibi Funk, ce dernier organise, jusqu'au 31 juillet au Mama, une exposition qui met en valeur "certains épisodes d'une vie singulière et hétéroclite".
Ahmed Malek, ce nom méconnu de la nouvelle génération, notamment des comédiens et des professionnels du secteur, est l'une des personnalités ayant marqué le 7e art algérien des années 70-80. Afin de faire renaître ce compositeur, musicien et arrangeur de ses cendres, une exposition en son honneur "Planète Malek-Une rétrospective" se tient au Mama (Musée public national d'art moderne et contemporain d'Alger) jusqu'au 31 juillet prochain. Organisée par le label Habibi Funk, en collaboration avec le Mama et le Goethe Institut d'Alger, cette manifestation a été inaugurée dans l'après-midi du 22 juin, en présence de nombreuses personnalités du cinéma et de la scène musicale. Ce personnage au talent prolifique, dont la carrière est fortement liée à l'âge d'or du 7e art DZ, a marqué les esprits, dont ses compos, fredonnées par nombreux d'entre nous. Parmi elles, les bandes originales (BO) des Vacances de l'inspecteur Tahar, Omar Gatlato ou encore Leïla et les autres. Dans le but de rafraîchir la mémoire et rendre un bel hommage à Ahmed Malek pour toutes ses réalisations, cette exposition donne à voir "un aperçu inédit d'archives d'Ahmed Malek collectées par ses filles. L'exposition met en valeur certains épisodes d'une vie singulière et hétéroclite à travers des photos capturées par son épouse Danielle Berkmans, d'articles de journaux, des documents contenant des interviews et des extraits de films, sans oublier le documentaire ‘Planète Malek' produit en 2019". Afin de sortir cette icône de l'oubli, le vernissage a été ponctué d'une table ronde intitulée "Réflexion partagée autour d'un artiste". La directrice du Mama, Mme Laggoune, a informé que cette exposition était une initiative du DJ allemand Jannis Stürtz. "Ce dernier s'intéresse énormément à la musique arabe, il a sillonné plusieurs pays à la recherche de vinyles. Au festival Mawazine, il découvre le raï, à ce moment-là Jannis s'intéresse à l'Algérie et tombe sur l'œuvre de Malek." Le Berlinois effectue alors un travail de recherche qui donne naissance à une compilation signée par son label Habibi Funk (dédiée à la musique arabe des années 70-80). D'ailleurs, cet amoureux des auteurs d'Orient et d'Afrique du Nord vient de "réhabiliter" Ahmed Malek en produisant entre autres le docu Planète Malek de la réalisatrice Paloma Colombe.
Ahmed Malek : un homme affable, professionnel et talentueux
La table ronde organisée en marge du vernissage a réuni un panel de professionnels ayant travaillé ou côtoyé le virtuose, à l'instar des réalisateurs Sid-Ali Mazif, Djamel Bendedouche et Merzak Allouache ainsi que le metteur en scène et musicien Safy Boutella. Modérée par la productrice Amina Haddad, cette rencontre a permis de mettre en lumière l'homme qu'était Ahmed Malek. Les intervenants étaient unanimes sur son professionnalisme, sa gentillesse et son génie, revenant tour à tour sur leur parcours, notamment les films sur lesquels le compositeur a travaillé. Au sujet de la collaboration d'Ahmed Malek dans Leila et les autres, Sid-Ali Mazif a insisté sur le fait qu'il "était soucieux de faire du bon travail. Il ne se plaignait jamais des difficultés auxquelles il faisait face. Il comprenait les réalisateurs et avait leur confiance". Selon Djamel Bendedouche, c'était un musicien polyvalent à la carrière prolifique. "Je l'ai connu à la télé quand il faisait partie de l'orchestre. Nous n'avons jamais collaboré ensemble, car la télé n'avait pas de budget pour la musique, cela était impensable dans l'esprit des décideurs de l'époque", a-t-il indiqué. Et d'ajouter : "Ahmed Malek avait beaucoup de talent et il le développait dans les films." Pour sa part, Merzak Allouache est revenu longuement sur la création artistique des années 70-80, durant laquelle les réalisateurs devaient suivre "et respecter des règles de travail bien précises sous le règne du parti unique". "J'ai collaboré avec Malek sur trois films, notamment Omar Gatlato, il était le musicien de toutes les productions. À cette période, nous n'avions pas d'autre choix, il n'y avait que Malek. Alors que des réalisateurs comme Rachedi et Hamina avaient la possibilité de partir à l'étranger pour travailler avec les musiciens", a raconté l'auteur du Repenti. Durant son intervention, Allouache a entre autres évoqué sa relation avec le chef d'orchestre, leur rassemblement au "13" (un ancien bar algérois), de leur discussion autour de la musique et de ses films.
De son côté, Safy Boutella estime que cette exposition est une belle initiative, car "nous sommes dans un pays où la mémoire est rarement invoquée". À propos du lien cinéma-musique, il a martelé que "la musique est un art fort et puissant à part entière, et le cinéma ne peut s'en passer. C'est un mélange savant qui demande une très grande intelligence, je parle de l'intelligence de situation ; dans un film, la musique intervient à un moment donné, c'est de l'intelligence entre le réalisateur, son film et le compositeur". Dans le même sillage, le monteur Rachid Ben Allal, qui a partagé sa première expérience avec Ahmed Malek sur Les vacances de l'inspecteur Tahar, a souligné que cet artiste "était un homme passionné et rigoureux. Pour lui, la musique n'était pas seulement un accompagnateur mais un élément aussi important que le son". En somme, cette table ronde a permis à l'assistance de découvrir ou redécouvrir cette personnalité atypique, qui malheureusement a fini par tomber dans l'oubli comme le cinéma DZ à son âge d'or !

H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.