Le dispositif de la réouverture progressive des mosquées fixé    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Pas de compensations financières pour les agriculteurs    Effondrement total de 3 habitations et d'autres lézardées    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    Rebond des contaminations par la Covid-19 à Constantine    L'alimentation en eau potable perturbée    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    El Tarf: Trois pistolets automatiques et des munitions saisis    El Tarf: Deux morts par noyade    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pas de représentant algérien à la CAF
Bahloul a obtenu 22 voix lors des élections du Comex
Publié dans Liberté le 20 - 07 - 2019

Ammar Bahloul, vice-président de la FAF, n'a pas pu intégrer le très fermé comité exécutif de la CAF (Comex) au cours de l'élection tenue ce jeudi au Caire, siège de la CAF. Il a obtenu 22 voix contre 29 pour son concurrent direct, le Libyen Abdelhakim Shemani, qui a bénéficié d'un soutien direct du président de la CAF Ahmad Ahmad et son vice-président le Congolais Constan Omari, comme l'explique en marge des élections Bahloul à Liberté. "J'estime que j'ai réalisé un très bon score par rapport à beaucoup de paramètres exogènes ayant influé directement sur le scrutin, notamment le vice-président de la CAF qui avait pourtant donné des garanties pour soutenir le candidat algérien. Tout s'est précipité les deux derniers jours où il a pris un virage à 180° pour des raisons que personnellement je connais et que je dévoilerai au moment opportun", a-t-il déclaré et d'ajouter : "La CAF ne voulait pas d'une Algérie forte, notamment après la belle qualification de notre équipe nationale à la finale de la CAN. Je suis stupéfait qu'on accepte au sein du Comex des gens qui ne savent ni lire ni écrire l'anglais et le français. Pour moi, c'est une belle expérience, j'ai mieux fait qu'en 2017 où le candidat algérien n'a obtenu que 7 voix. Aujourd'hui, je fier de moi, j'ai fait une campagne électorale propre basée sur des réalités. Je n'ai pas offert de cadeaux, des parures d'or ou des dollars dans les enveloppes. La FAF a fait une campagne propre à la hauteur de sa notoriété, ceux qui jubilent sur cet échec n'ont rien d'algérien, ce sont des traîtres à la nation. J'ai représenté dignement mon pays, je suis fier de mon parcours, et les 22 voix obtenues, en dépit des consignes de vote données par les deux responsables de la CAF en faveur du Libyen, soutenu par des gens que tout le monde connaît. Ce n'est pas la fin du monde, c'est une expérience enrichissante pour moi." Toujours est-il que le cercle fermé du comité exécutif de la CAF exige des conditions que tout le monde connaît. En effet, les membres du comité exécutif de la CAF sont principalement tous des présidents de fédération. Or la FAF aurait pu choisir son président Kheireddine Zetchi lors de ces élections. C'est dire que ce genre d'élections se prépare minutieusement afin de permettre à l'Algérie de placer un membre dans le bureau exécutif qui pourra défendre les intérêts du football algérien et africain au sein de cette puissante structure.

R. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.