L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Illizi: recensement de plus de 17.690 sites archéologiques depuis 2016    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    LDC : Le programme de ce mardi    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Tergiversations au Conseil de la Nation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    L'héritage    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Les habitants pris au dépourvu    Aigle Azur va rembourser ses clients    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    EHU 1er Novembre: 60 malades du Covid-19 en soins intensifs ou en réanimation    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    L'INVICIBILITE DU TEMPS    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marche pacifique avant-hier à Djelfa
Les protestataires réclament la relance du projet du Centre anticancer
Publié dans Liberté le 19 - 08 - 2019

Des centaines de citoyens de la ville de Djelfa ont organisé, samedi, une marche pacifique pour revendiquer la relance du projet du centre de lutte contre le cancer, a-t-on constaté.
La marche des citoyens a démarré vers 17h du centre-ville en face du siège de la mairie vers la rue principale menant à la wilaya. La plupart des protestataires portaient des gilets jaunes, des ballons de la même couleur et des pancartes sur lesquelles était portée leur revendication en vue de "mettre fin à la souffrance des malades de cette wilaya et leur épargner les longs déplacements vers les hôpitaux de la capitale et de Blida".
Dans une déclaration à l'APS, l'un des jeunes protestataires, Aziz Bouzekri a affirmé que "l'objectif de ce sit-in et de cette marche pacifique est de faire entendre notre voix aux autorités centrales pour répondre à une revendication commune des citoyens de la wilaya concernant l'impératif de relancer le projet de réalisation du centre de lutte contre le cancer".
Un autre jeune a indiqué que "les cris des malades ont fait de cette marche une nécessité pour accomplir le devoir et ne pas fuir la responsabilité d'être à leurs côtés".
Un marcheur a indiqué à l'APS qu'il souffre depuis dix ans de cette maladie et que "le moment est venu de mettre fin à la souffrance de tous les malades, notamment les longs déplacements pour se soigner".
Ont pris part à cette marche pacifique des anciens députés, des acteurs de la société civile et du mouvement associatif ainsi que des citoyens et des proches des malades, a-t-on indiqué. La protestation ainsi organisée à Djelfa est annonciatrice d'une rentrée sociale chaude. Engagés dans le hirak depuis plus de 5 mois, les citoyens n'entendent pas se taire sur les projets de développement locaux laissés en rade ou carrément abandonnés par les autorités. Les problèmes se sont accumulés au fil des années, éprouvant les citoyens alors que des sommes colossales ont été dépensées.
Des milliards ont été engloutis par des projets sans que les conditions de vie des citoyens s'améliorent. Le mouvement du 22 février, soulèvement populaire généreux, a forcé l'ouverture de la boîte de Pandore. Et ce qui en est sorti, jusque-là, est stupéfiant, tant il dévoile deux mondes parallèles, celui des nantis qui vivent dans le luxe et se soignent dans les meilleurs hôpitaux étrangers et une majorité d'Algériens qui meurent de toutes sortes de maladies parce qu'ils n'ont pas où se soigner. Le problème posé par les habitants de Djelfa illustre parfaitement cette situation.
Cependant si à Djelfa, on réclame la relance d'un projet, promis mais vite oublié, les autres localités du pays ne sont pas mieux loties. L'été a été particulièrement éprouvant pour beaucoup de citoyens qui souffrent du manque d'eau, un calvaire surtout quand le thermomètre affiche des températures très élevées. Le gouvernement, désigné pour gérer les affaires courantes mais qui voit son magistère prolongé au-delà de l'intérim présidentiel légal, est impuissant, sinon occupé exclusivement au chantier qui prépare la présidentielle.

R. N./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.