Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Et les dégâts causés par les essais nucléaires français ?    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Arrestation de 2 individus recherchés par la justice    Générale de la pièce «Cadavre»    Rencontre sur la culture et l'exercice de la citoyenneté    Commémoration du 64e anniversaire de la mort du héros Larbi Ben M'hidi    Le MCA en quête de sa première victoire    Le stade de l'Unité-Maghrébine de Béjaïa homologué    Les derbies RCK-USMH et WAB-USMB à l'affiche    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Tizi Ouzou : Une rencontre du FFS perturbée par des militants contestataires    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Des milliers de citoyens ont marché hier à Bouira : « Nous irons jusqu'au bout »    Repentez-vous, avant qu'il ne soit trop tard !    Coronavirus: 187 nouveaux cas, 152 guérisons et 5 décès    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    Améliorer d'abord les conditions de vie    Huiles de table - Communiqué de Cevital    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marche pacifique avant-hier à Djelfa
Les protestataires réclament la relance du projet du Centre anticancer
Publié dans Liberté le 19 - 08 - 2019

Des centaines de citoyens de la ville de Djelfa ont organisé, samedi, une marche pacifique pour revendiquer la relance du projet du centre de lutte contre le cancer, a-t-on constaté.
La marche des citoyens a démarré vers 17h du centre-ville en face du siège de la mairie vers la rue principale menant à la wilaya. La plupart des protestataires portaient des gilets jaunes, des ballons de la même couleur et des pancartes sur lesquelles était portée leur revendication en vue de "mettre fin à la souffrance des malades de cette wilaya et leur épargner les longs déplacements vers les hôpitaux de la capitale et de Blida".
Dans une déclaration à l'APS, l'un des jeunes protestataires, Aziz Bouzekri a affirmé que "l'objectif de ce sit-in et de cette marche pacifique est de faire entendre notre voix aux autorités centrales pour répondre à une revendication commune des citoyens de la wilaya concernant l'impératif de relancer le projet de réalisation du centre de lutte contre le cancer".
Un autre jeune a indiqué que "les cris des malades ont fait de cette marche une nécessité pour accomplir le devoir et ne pas fuir la responsabilité d'être à leurs côtés".
Un marcheur a indiqué à l'APS qu'il souffre depuis dix ans de cette maladie et que "le moment est venu de mettre fin à la souffrance de tous les malades, notamment les longs déplacements pour se soigner".
Ont pris part à cette marche pacifique des anciens députés, des acteurs de la société civile et du mouvement associatif ainsi que des citoyens et des proches des malades, a-t-on indiqué. La protestation ainsi organisée à Djelfa est annonciatrice d'une rentrée sociale chaude. Engagés dans le hirak depuis plus de 5 mois, les citoyens n'entendent pas se taire sur les projets de développement locaux laissés en rade ou carrément abandonnés par les autorités. Les problèmes se sont accumulés au fil des années, éprouvant les citoyens alors que des sommes colossales ont été dépensées.
Des milliards ont été engloutis par des projets sans que les conditions de vie des citoyens s'améliorent. Le mouvement du 22 février, soulèvement populaire généreux, a forcé l'ouverture de la boîte de Pandore. Et ce qui en est sorti, jusque-là, est stupéfiant, tant il dévoile deux mondes parallèles, celui des nantis qui vivent dans le luxe et se soignent dans les meilleurs hôpitaux étrangers et une majorité d'Algériens qui meurent de toutes sortes de maladies parce qu'ils n'ont pas où se soigner. Le problème posé par les habitants de Djelfa illustre parfaitement cette situation.
Cependant si à Djelfa, on réclame la relance d'un projet, promis mais vite oublié, les autres localités du pays ne sont pas mieux loties. L'été a été particulièrement éprouvant pour beaucoup de citoyens qui souffrent du manque d'eau, un calvaire surtout quand le thermomètre affiche des températures très élevées. Le gouvernement, désigné pour gérer les affaires courantes mais qui voit son magistère prolongé au-delà de l'intérim présidentiel légal, est impuissant, sinon occupé exclusivement au chantier qui prépare la présidentielle.

R. N./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.