Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    Recul de plus de 12% des importations durant les 7 premiers mois de 2019    Boukadoum dirigera la délégation algérienne à la 74ème session ordinaire de l'AG de l'ONU    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Série A: La Juventus évite le piège de l'Hellas    Blessé au mollet, Slimani forfait contre Reims    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    PORT D'ALGER : Saisie de plus de 1800 comprimés de psychotropes    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    DISPARITION DE 34 MILLIARDS DES CAISSES DE L'UGTA : Abdelmadjid Sidi-Saïd dans le collimateur    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    L'étrange décision du ministère de l'Enseignement supérieur    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    Chérif El-Ouazzani prend deux matches    Al-Badri nouveau sélectionneur    2 000 logements seront réceptionnés à Jijel d'ici décembre    Grande mobilisation à Aïn Témouchent    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    Il sauve 2 vies et perd la sienne    Le P/APC de Mekla suspendu par le RCD    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    Réfléchir sur le temps long pour comprendre les enjeux du présent    Elle est comment la liberté ?    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    Quel Président pour les Algériens ?    En bref…    47 harraga secourus au large d'Oran    Plus de 3.000 logements sociaux en attente d'attribution: L'affichage des listes des bénéficiaires avant la fin de l'année    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Skikda: Protesta des travailleurs d'ALTRO    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'administration dans le collimateur de la justice
Lutte contre la corruption
Publié dans Liberté le 19 - 08 - 2019

"Les administrations et les services publics ne sont pas épargnés par ce phénomène qui a terni leur réputation et celle de leurs fonctionnaires", a affirmé le ministre de la Justice.
Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, veut mener un véritable combat contre la corruption. C'est du moins ce qui ressort de ses différentes déclarations. La dernière en date est celle qu'il a faite hier lors l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat. "La justice est aujourd'hui à la croisée des chemins.
Attendue par tous, pouvoir et peuple, elle doit restaurer l'autorité de l'Etat et consacrer les droits des citoyens", a soutenu le garde des Sceaux. Mettant en avant l'ampleur de la corruption dans le pays, le ministre de la Justice a précisé que le fléau de la corruption en Algérie "ne se limite pas au détournement des deniers publics et à l'enrichissement illicite, mais s'étend au détournement des biens publics par des décisions émanant de
l'administration".
Les administrations et les services publics "ne sont pas épargnés par ce phénomène qui a terni leur réputation et celle de leurs fonctionnaires", a affirmé Belkacem Zeghmati, mettant en exergue le rôle de la justice administrative, le Conseil d'Etat en tête, pour lutter contre ce fléau. Un rôle "tout aussi important que celui dévolu aux juridictions ordinaires", a-t-il ajouté. Selon lui, "la conjoncture difficile que traverse notre pays fait reposer sur le Conseil d'Etat une énorme responsabilité pour contribuer efficacement à la lutte contre ce phénomène et contre les détournements de biens publics par des procédés frauduleux et des décisions illicites qui en résultent". À ce titre, il a appelé cette institution à trancher ces dossiers "conformément à la loi et en toute neutralité, objectivité et indépendance" en vue de récupérer les biens
détournés. Le ministre a, par ailleurs, exhorté l'administration à saisir la justice pour faire annuler les décisions illicites et ainsi mettre un terme aux situations et statuts illégaux qu'elles ont créés. Il faut dire que, depuis son installation à la tête du ministère de la Justice, Belkacem Zeghmati ne cesse de déclarer que le gouvernement est déterminé à combattre la corruption. Jeudi dernier, il avait encore assuré que la justice est aujourd'hui déterminée à lutter contre la corruption par l'application rigoureuse de la loi "en toute transparence, indépendance et neutralité et dans le strict respect des règles d'un procès équitable". Il avait même placé très haut la barre en indiquant que "la lutte contre la corruption n'atteindra ses objectifs qu'après la récupération des avoirs criminels que représentent les fonds détournés et qui constituent une pierre angulaire aux niveaux national et international".
À en croire le ministre, la justice est décidée à s'attaquer à tous les corrompus et la lutte anticorruption n'épargnera personne. Reste à savoir si ce discours de fermeté ressassé par le ministre pourra convaincre. Pour réussir son challenge, le ministre est appelé à se débarrasser de certains boulets qui lestent sa démarche.
En interne, ses dernières décisions de limogeage du procureur de la République près le tribunal de Tlemcen et la suspension de deux magistrats ont provoqué une levée de boucliers du Syndicat national des magistrats (SNM) qui considère "illégales" les sanctions prononcées par le garde des Sceaux. En externe, la question des détenus d'opinion dont la libération, une revendication centrale du hirak, entache sérieusement la crédibilité de l'institution judiciaire.

Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.