Covid-19: 532 nouveaux cas, 474 guérisons et 9 décès    Le général Gouasmia nouveau commandant de la Gendarmerie    La défense de Khalida Toumi évoque une détention ‘'illégale''    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : 4 ans de prison requis contre le journaliste Khaled Drarni    Effondrement d'un tunnel minier à Ain Azal: Tebboune présente ses condoléances    INCENDIE A LA FORET DE CANASTEL (ORAN) : Deux hectares de pins d'Alep partis en fumée    CONSTANTINE : Saisie de 90 000 comprimés de psychotropes    Réouverture prochaine des mosquées: appel au respect des mesures préventives    JO-2020: "les athlètes d'élite ont besoin d'un suivi physique et mental individualisé"    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"
Saïd Debladji, artiste-peintre, à Liberté
Publié dans Liberté le 21 - 08 - 2019

Le plasticien et enseignant à l'université de Mostaganem a animé, les 16 et 17 août derniers, à la galerie Ifru.design, deux ateliers d'acrylique destinés au grand public. Dans cet entretien, il revient sur cette expérience, sur l'enseignement de l'art et sur ses futurs projets artistiques.
Liberté : Vous avez dirigé, les 16 et 17 août derniers, à la galerie Ifru.design, deux stages techniques de peinture acrylique à l'adresse du grand public. Pouvez-vous nous en parlez plus en détail ?
Saïd Debladji : Je tiens à préciser en premier lieu que j'avais dû reporter le premier rendez-vous de juillet à cause du décès d'un ami artiste qui s'appelle Djebbar Fethi, il était enseignant à l'Ecole les beaux-arts de Mostaganem. Cet atelier est venu à la demande de certains ami(e)s qui fréquentent la galerie Ifru.design.
La peinture acrylique est diluable à l'eau, donc facile à utiliser. De plus, elle peut avoir les qualités de l'aquarelle et de la peinture à l'huile quand elle est utilisée comme texture. Pendant l'atelier, il y a eu un récital poétique animé par Louisa Adjaouati invitée par Amel Bara-Kasmi, propriétaire et gérante de l'espace. L'artiste a pour rôle d'expliquer les différentes techniques et parler de son expérience avec ce médium, on a travaillé sur toile, sur le papier et sur de l'isorel.
Vous enseignez aussi l'histoire de l'art à l'université Abdelhamid-Ben-Badis de Mostaganem, et avant cela à l'Ecole des beaux-arts de la même ville. Est-ce la même chose d'enseigner l'art à des initiés et à des débutants ?
L'échange dans le cadre d'un atelier est enrichissant autant pour l'artiste que pour les participants. Pour l'enseignement de l'art à l'université c'est bien. En tant qu'artiste ça me permet de rester à jour. Bien sûr, à l'Ecole des beaux-arts c'est mieux, mais il faut que les méthodes et les programmes changent, et soient mieux adaptés à notre époque.
L'enseignement des arts en général a besoin d'un nouveau souffle. Nous devons changer nos méthodes. Nos programmes font de l'art une chose inaccessible alors que c'est tout le contraire ! À cela s'ajoutent le manque de vision et d'objectifs à long terme. En définitive, on forme uniquement pour former…
En tant que plasticien, vous privilégiez dans vos travaux les techniques mixtes ; acrylique, peinture à l'huile, une manière de préserver cette liberté de "ton" qui vous est chère ?
En effet, je privilégie les techniques mixtes et j'aime revisiter plusieurs styles, changer, brouiller les traces, j'aime que ma peinture suscite des questionnements. Les mythes et légendes urbaines, algériennes et maghrébines en général, sont au centre de votre œuvre picturale…
La symbolique des mythes et légendes je la transpose dans les temps actuels, parce que j'aime être actuel. Une peinture doit susciter des questionnements, au-delà de son côté esthétique. L'identité est omniprésente aussi dans mes travaux, je représente et me ressource d'une culture millénaire, la nôtre.
Enfin, un prochain projet artistique ou une exposition pour les mois à venir ?
J'ai exposé en Espagne à Alicante avec des artistes espagnols. L'exposition est toujours accrochée et elle fera l'objet d'une expo itinérante jusqu'à 2020. Par ailleurs, je prépare une autre exhibition sur le thème des mythes et légendes de la Méditerranée en Espagne, intitulée "Mare nostrum" (notre mer). Elle comprendra plusieurs supports et médiums en plus de la peinture.

Y. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.