Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"
Saïd Debladji, artiste-peintre, à Liberté
Publié dans Liberté le 21 - 08 - 2019

Le plasticien et enseignant à l'université de Mostaganem a animé, les 16 et 17 août derniers, à la galerie Ifru.design, deux ateliers d'acrylique destinés au grand public. Dans cet entretien, il revient sur cette expérience, sur l'enseignement de l'art et sur ses futurs projets artistiques.
Liberté : Vous avez dirigé, les 16 et 17 août derniers, à la galerie Ifru.design, deux stages techniques de peinture acrylique à l'adresse du grand public. Pouvez-vous nous en parlez plus en détail ?
Saïd Debladji : Je tiens à préciser en premier lieu que j'avais dû reporter le premier rendez-vous de juillet à cause du décès d'un ami artiste qui s'appelle Djebbar Fethi, il était enseignant à l'Ecole les beaux-arts de Mostaganem. Cet atelier est venu à la demande de certains ami(e)s qui fréquentent la galerie Ifru.design.
La peinture acrylique est diluable à l'eau, donc facile à utiliser. De plus, elle peut avoir les qualités de l'aquarelle et de la peinture à l'huile quand elle est utilisée comme texture. Pendant l'atelier, il y a eu un récital poétique animé par Louisa Adjaouati invitée par Amel Bara-Kasmi, propriétaire et gérante de l'espace. L'artiste a pour rôle d'expliquer les différentes techniques et parler de son expérience avec ce médium, on a travaillé sur toile, sur le papier et sur de l'isorel.
Vous enseignez aussi l'histoire de l'art à l'université Abdelhamid-Ben-Badis de Mostaganem, et avant cela à l'Ecole des beaux-arts de la même ville. Est-ce la même chose d'enseigner l'art à des initiés et à des débutants ?
L'échange dans le cadre d'un atelier est enrichissant autant pour l'artiste que pour les participants. Pour l'enseignement de l'art à l'université c'est bien. En tant qu'artiste ça me permet de rester à jour. Bien sûr, à l'Ecole des beaux-arts c'est mieux, mais il faut que les méthodes et les programmes changent, et soient mieux adaptés à notre époque.
L'enseignement des arts en général a besoin d'un nouveau souffle. Nous devons changer nos méthodes. Nos programmes font de l'art une chose inaccessible alors que c'est tout le contraire ! À cela s'ajoutent le manque de vision et d'objectifs à long terme. En définitive, on forme uniquement pour former…
En tant que plasticien, vous privilégiez dans vos travaux les techniques mixtes ; acrylique, peinture à l'huile, une manière de préserver cette liberté de "ton" qui vous est chère ?
En effet, je privilégie les techniques mixtes et j'aime revisiter plusieurs styles, changer, brouiller les traces, j'aime que ma peinture suscite des questionnements. Les mythes et légendes urbaines, algériennes et maghrébines en général, sont au centre de votre œuvre picturale…
La symbolique des mythes et légendes je la transpose dans les temps actuels, parce que j'aime être actuel. Une peinture doit susciter des questionnements, au-delà de son côté esthétique. L'identité est omniprésente aussi dans mes travaux, je représente et me ressource d'une culture millénaire, la nôtre.
Enfin, un prochain projet artistique ou une exposition pour les mois à venir ?
J'ai exposé en Espagne à Alicante avec des artistes espagnols. L'exposition est toujours accrochée et elle fera l'objet d'une expo itinérante jusqu'à 2020. Par ailleurs, je prépare une autre exhibition sur le thème des mythes et légendes de la Méditerranée en Espagne, intitulée "Mare nostrum" (notre mer). Elle comprendra plusieurs supports et médiums en plus de la peinture.

Y. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.