Les réactions divergent entre optimisme et hésitation    «La qualité des candidatures définira le taux de participation»    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Lamiri appelle à soutenir le pouvoir d'achat du citoyen    Redonner confiance et rapprocher l'Etat du citoyen, par une réelle décentralisation    Nouveaux horaires des trains de banlieue algéroise    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Le MC Alger revient avec une précieuse victoire d'Oran    Ultime dérogation pour Cherif El Ouezzani, le CA au box des accusés    «La JSK réalise une nouvelle progression»    Slimani en tête du classement des meilleurs joueurs de la L1    Un artisan au service de l'éducation    L'Etat a construit des milliers de logements mais la crise perdure :    Les jeunes d'une agglomération secondaire réclament une aire de jeu    Pour les passionnés de fantastique    Une chaîne exclusivement dédiée aux pays du Maghreb    Un festival pour la promotion des traditions méditerranéennes    Algérie-Grande Bretagne: Le Royaume-Uni pour l'élargissement des relations économiques avec l'Algérie    Production de pétrole, attaques de drones en Arabie: le Brent atteint un niveau sans précédent depuis 30 ans    Stabilité et épanouissement de la nation    JM Oran-2021: Le logo officiel de la 19e édition sera présenté ce mardi    Election présidentielle: Discours du chef de l'Etat à la Nation (Texte intégral)    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Mohamed Djemai se retire du FLN    Enquêtes dans les écoles    On se trompe de dépouilles !    Un déficit de 4,41 mds de dollars    Psychotropes : en finir avec l'anarchie    3 prévenus placés en détention provisoire    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Faible taux de participation et indécision totale    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ombre du passé
54e partie
Publié dans Liberté le 24 - 08 - 2019

Résumé : Mounira ne vit plus. Elle se culpabilisait de n'avoir rien vu venir, de ne pas avoir été là au moment crucial de sa vie. Elle refusait de se faire avorter. Elle avait arrêté de vivre. Assia demande de l'aide à son ex-mari. Ce dernier tente de raisonner sa fille…
-Tu le crois vraiment ?
-Oui Mounira ! Et n'oublie pas mon invitation ! Viens ! Je me ferais moins de soucis, si tu es près de moi !
La jeune femme finit par céder à l'invitation de son père. Quelques jours après, elle s'envolait pour Londres. Assia était soulagée. Ce voyage lui fera du bien. Le fait de la savoir auprès de son père lui permet d'espérer un changement positif. Larbi ne la laissait pas se morfondre à la maison. Il prit quelques jours de congé et s'arrange pour qu'elle sorte souvent avec lui. Il ne la laisse jamais seule.
Suivant les conseils d'Assia, il lui prit rendez-vous chez une gynécologue. Celle-ci lui fit une échographie qui révéla qu'elle était à sa quatorzième semaine de grossesse. Elle lui prescrit quelques examens biologiques. Une fois les résultats en mains, Mounira retourne la voir. Elle ne les avait même pas lus. La gynécologue lui prend sa tension et la trouve très élevée. Elle rédige une lettre d'orientation, pour les urgences.
-Vous devez être hospitalisée et gardée en observation pendant quelques jours, le temps d'établir un traitement qui vous convienne ! Vous avez tous les signes d'une pré-éclampsie ! Je ne veux prendre aucun risque ! Pour vous, pour le bébé !
Mounira secoua la tête, semblant se réveiller.
-Ce n'est pas vrai ! Donc, je ne pourrais pas retourner au pays !
-Absolument ! Vous ne pouvez pas voyager dans cet état ! Vous allez être prise en charge à la maternité où ils trouveront le traitement approprié ! Ne mettez pas vos vies en danger ! Allez directement à l'hôpital, lui dit-elle en lui remettant la lettre. J'espère que votre état s'améliorera !
-Merci…
Larbi attendait dans la salle d'attente. Il s'inquiéte en la voyant. Elle se mord les lèvres, prête à pleurer. La gynécologue qui la raccompagnait, lui confie l'urgence de son cas.
-Ne perdez pas de temps ! Je ne veux pas les perdre !
Larbi l'emmenne sur le champ à l'hôpital. Aux urgences, ils la prennent en charge rapidement. Mounira est hospitalisée le jour même. Il appelle Assia, pour l'informer de son état.
-Elle doit rester quelques jours, à l'hôpital, le temps qu'ils lui trouvent le bon traitement et le bon dosage, dit-il. Si malgré ça, sa tension continue à faire des siennes, ils la garderont jusqu'à la fin…
-S'il y a d'autres complications, ils seront obligés de déclencher l'accouchement ! Là, ils vont essayer de gagner du temps, pour les garder tous les deux mais si ça se complique, ils sacrifieront le bébé ! Je risque de te paraître sans cœur mais j'espère que cela arrivera !
Ce serait une chance si elle le perdait ! Elle pourra recommencer sa vie. Ce sera une épreuve de plus mais avec le temps, les choses rentreront dans l'ordre ! Sa vie reprendra un cours normal ! Je ne veux pas que sa vie soit un enfer !
Larbi ne partageait pas son point de vue.
-Laissons la vivre sa vie ! Elle est adulte et consciente des difficultés qu'elle rencontrera, dit-il. Si elle trouve son bonheur, avec ce bébé, moi, je l'assisterais ! Je serais toujours à ces côtés, pour l'aider !

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.