Les réactions divergent entre optimisme et hésitation    «La qualité des candidatures définira le taux de participation»    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Lamiri appelle à soutenir le pouvoir d'achat du citoyen    Redonner confiance et rapprocher l'Etat du citoyen, par une réelle décentralisation    Nouveaux horaires des trains de banlieue algéroise    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Le MC Alger revient avec une précieuse victoire d'Oran    Ultime dérogation pour Cherif El Ouezzani, le CA au box des accusés    «La JSK réalise une nouvelle progression»    Slimani en tête du classement des meilleurs joueurs de la L1    Un artisan au service de l'éducation    L'Etat a construit des milliers de logements mais la crise perdure :    Les jeunes d'une agglomération secondaire réclament une aire de jeu    Pour les passionnés de fantastique    Une chaîne exclusivement dédiée aux pays du Maghreb    Un festival pour la promotion des traditions méditerranéennes    Algérie-Grande Bretagne: Le Royaume-Uni pour l'élargissement des relations économiques avec l'Algérie    Production de pétrole, attaques de drones en Arabie: le Brent atteint un niveau sans précédent depuis 30 ans    Stabilité et épanouissement de la nation    JM Oran-2021: Le logo officiel de la 19e édition sera présenté ce mardi    Election présidentielle: Discours du chef de l'Etat à la Nation (Texte intégral)    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Mohamed Djemai se retire du FLN    Enquêtes dans les écoles    On se trompe de dépouilles !    Un déficit de 4,41 mds de dollars    Psychotropes : en finir avec l'anarchie    3 prévenus placés en détention provisoire    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Faible taux de participation et indécision totale    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les employés de l'EPMC investissent la rue
IN SALAH (TAMANRASSET)
Publié dans Liberté le 24 - 08 - 2019

Ils ont battu le pavé, avant-hier jeudi, pour dénoncer la décision de justice portant saisie du matériel de l'unité, au profit d'un entrepreneur engagé par l'entreprise-mère.
La marche s'est ébranlée du siège de l'unité jusqu'au bureau local de l'UGTA où près d'une centaine de travailleurs ont observé un sit-in en arborant des banderoles où l'on pouvait lire "Les employés de l'unité d'In Salah demandent l'intervention du Groupe Divindus", "Les employés exigent l'autonomie financière de l'unité" et "Les employés refusent la saisie du matériel de leur unité."
Selon le représentant de la section syndicale de l'entreprise, Mohammed Sidi Ali Abdeddaïm, le matériel, estimé à plus de 200 milliards de centimes, est destiné à la vente aux enchères afin de payer les factures cumulées auprès d'un entrepreneur sous-traitant qui n'a jamais travaillé pour le compte de l'unité d'In Salah. Le plus grave dans cette affaire qui, selon notre interlocuteur, n'a pas révélé tous ses secrets, c'est que l'estimation du matériel a été faite sans faire appel à un expert ou un liquidateur judiciaire, eu égard aux montants annoncés qui restent très loin des prix d'achat et des valeurs réelles du matériel en question.
"Exemple : un concasseur de plus de 17 milliards de centimes est estimé à seulement 2 milliards de centimes. Ce n'est pas normal ! On veut casser l'entreprise et la liquider à tout prix", se lamente-t-il en rappelant que des actions similaires ont été organisées récemment par les employés de l'entreprise à Tamanrasset, lesquelles ont abouti au gel de la saisie du matériel prévue en juin dernier. Ce n'est pas le cas de l'unité d'In Salah qui vient d'être notifiée par voie d'un huissier de justice pour la saisie de l'ensemble de son matériel, affirme M Abdeddaïm.
Les protestataires interpellent ainsi les plus hauts responsables de cette entreprise pour engager une enquête approfondie en mesure de faire toute la lumière sur certains dossiers qui souffrent de beaucoup d'ambiguïté, à l'exemple, dénonce-t-on, de ceux relatifs à "la vente illégale des matériaux destinés aux autres chantiers de l'entreprise, dont le ciment, le fer et le carrelage, et aux conventions conclues avec des sous-traitants pour la location des engins de l'entreprise et qui ne sont récupérés qu'une fois réformés, à l'exemple du concasseur, de la centrale à béton et du matériel loué à Tiririne au profit d'un entrepreneur qui s'est arrogé le droit de les louer encore à son propre compte".
De son côté, le P-DG de la filiale, Farid Benyeken a, dans une déclaration à Liberté, démenti formellement ces allégations. Pour ce qui est de la saisie du matériel, il a tenu à expliquer qu'il s'agit "d'une décision de justice et personne ne peut la remettre en cause.
On a essayé de convaincre les employés que nous sommes en train de faire les procédures nécessaires pour aboutir à une solution qui évitera à l'entreprise la vente de son matériel et permettra de payer les salaires des travailleurs".
Les syndicalistes de l'entreprise affirment que ce dossier a été remis en juillet dernier sur la table de toutes les autorités concernées, dont le ministre de l'Industrie et des Mines et le P-DG du groupe Divindus dont relève la filiale EPMC. Cependant, aucune mesure n'a été prise jusque-là, regrette-t-on.

RABAH KARECHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.