Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les employés de l'EPMC investissent la rue
IN SALAH (TAMANRASSET)
Publié dans Liberté le 24 - 08 - 2019

Ils ont battu le pavé, avant-hier jeudi, pour dénoncer la décision de justice portant saisie du matériel de l'unité, au profit d'un entrepreneur engagé par l'entreprise-mère.
La marche s'est ébranlée du siège de l'unité jusqu'au bureau local de l'UGTA où près d'une centaine de travailleurs ont observé un sit-in en arborant des banderoles où l'on pouvait lire "Les employés de l'unité d'In Salah demandent l'intervention du Groupe Divindus", "Les employés exigent l'autonomie financière de l'unité" et "Les employés refusent la saisie du matériel de leur unité."
Selon le représentant de la section syndicale de l'entreprise, Mohammed Sidi Ali Abdeddaïm, le matériel, estimé à plus de 200 milliards de centimes, est destiné à la vente aux enchères afin de payer les factures cumulées auprès d'un entrepreneur sous-traitant qui n'a jamais travaillé pour le compte de l'unité d'In Salah. Le plus grave dans cette affaire qui, selon notre interlocuteur, n'a pas révélé tous ses secrets, c'est que l'estimation du matériel a été faite sans faire appel à un expert ou un liquidateur judiciaire, eu égard aux montants annoncés qui restent très loin des prix d'achat et des valeurs réelles du matériel en question.
"Exemple : un concasseur de plus de 17 milliards de centimes est estimé à seulement 2 milliards de centimes. Ce n'est pas normal ! On veut casser l'entreprise et la liquider à tout prix", se lamente-t-il en rappelant que des actions similaires ont été organisées récemment par les employés de l'entreprise à Tamanrasset, lesquelles ont abouti au gel de la saisie du matériel prévue en juin dernier. Ce n'est pas le cas de l'unité d'In Salah qui vient d'être notifiée par voie d'un huissier de justice pour la saisie de l'ensemble de son matériel, affirme M Abdeddaïm.
Les protestataires interpellent ainsi les plus hauts responsables de cette entreprise pour engager une enquête approfondie en mesure de faire toute la lumière sur certains dossiers qui souffrent de beaucoup d'ambiguïté, à l'exemple, dénonce-t-on, de ceux relatifs à "la vente illégale des matériaux destinés aux autres chantiers de l'entreprise, dont le ciment, le fer et le carrelage, et aux conventions conclues avec des sous-traitants pour la location des engins de l'entreprise et qui ne sont récupérés qu'une fois réformés, à l'exemple du concasseur, de la centrale à béton et du matériel loué à Tiririne au profit d'un entrepreneur qui s'est arrogé le droit de les louer encore à son propre compte".
De son côté, le P-DG de la filiale, Farid Benyeken a, dans une déclaration à Liberté, démenti formellement ces allégations. Pour ce qui est de la saisie du matériel, il a tenu à expliquer qu'il s'agit "d'une décision de justice et personne ne peut la remettre en cause.
On a essayé de convaincre les employés que nous sommes en train de faire les procédures nécessaires pour aboutir à une solution qui évitera à l'entreprise la vente de son matériel et permettra de payer les salaires des travailleurs".
Les syndicalistes de l'entreprise affirment que ce dossier a été remis en juillet dernier sur la table de toutes les autorités concernées, dont le ministre de l'Industrie et des Mines et le P-DG du groupe Divindus dont relève la filiale EPMC. Cependant, aucune mesure n'a été prise jusque-là, regrette-t-on.

RABAH KARECHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.