Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Audition dans le fond pour trois détenus d'opinion à Alger
Les avocats souhaitaient une ordonnance de non-lieu
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2019

L'audition dans le fond des détenus pour port de l'emblème amazigh se poursuit. Hier, ils étaient trois à comparaître devant le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed à Alger. Il s'agit d'Acherfouche Amar, de Bouallouche Kamel et de Khabène Abdelbasset. Ces trois détenus ont été incarcérés au mois de juin, pour avoir brandi le drapeau amazigh. Selon Me Fetta Sadat, un des membres du collectif des avocats qui assure la défense des détenus, il est attendu que "le juge d'instruction prenne ses dispositions".
Elle a expliqué que le juge d'instruction peut, selon la loi, "rendre une ordonnance de non-lieu s'il considère que les faits imputés aux prévenus ne sont pas établis". Comme il peut, explique encore l'avocate, "rendre une ordonnance de renvoi au tribunal correctionnel", s'il considère, à juste titre, que "les faits reprochés aux prévenus sont établis". Dans ce cas de figure, les détenus seront jugés au cours d'un procès.
Me Sadat a souligné, par ailleurs, que le collectif d'avocats ainsi que leurs familles s'attendent à une libération des détenus, vu la difficulté d'établir réellement l'accusation portée contre ces manifestants, à savoir l'atteinte à l'unité nationale pour avoir brandi le drapeau amazigh. Il faut rappeler que plusieurs autres détenus d'opinion ont été auditionnés dans le fond par le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed d'Alger et aucune ordonnance de non-lieu n'a été décidée en faveur de ces prévenus, pourtant, d'autres manifestants arrêtés et accusés des mêmes griefs ont été libérés, comme c'est le cas à Annaba, à Chlef ou à Jijel.
Pour le collectif d'avocats qui a assuré la défense des détenus, "les procureurs et les juges abusent dans la mise en détention préventive des manifestants". Il faut rappeler, dans ce sillage, que tous les détenus auditionnés dans le fond par les magistrats ont été renvoyés en prison et aucune ordonnance de non-lieu n'a été prononcée en leur faveur. Ces détenus, incarcérés, en majorité, depuis le mois de juin, sont accusés d'atteinte à l'unité nationale et du port de l'emblème autre que celui national.
Ces arrestations ont eu lieu suite au discours du chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah qui avait estimé, dans un discours prononcé en juin dernier qu'exhiber un drapeau autre que le drapeau algérien était "une grave atteinte à l'unité nationale". C'est alors que les arrestations ont ciblé les manifestants qui marchaient avec l'emblème amazigh. Ils sont, ainsi, plusieurs dizaines à avoir été arrêtés et mis sous mandat de dépôt à la prison d'El-Harrach. À souligner qu'un sit-in a été organisé hier matin devant le tribunal de Sidi M'hamed en solidarité avec les détenus qui ont comparu. Ce sit-in a été initié par le Comité national pour la libération des détenus.

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.