7 symptômes qui démontrent que votre cœur ne travaille pas comme il le devrait    Le Barça officialise le départ de Suarez pour l'Atlético Madrid    Pourquoi et comment faire participer le citoyen résidant à la gestion de la ville ?    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    Tribunal de Sidi M'hamed: Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison    Commerce: L'Algérie évalue ses accords avec les partenaires étrangers    Arabie saoudite: La omra reprendra à partir du 4 octobre    En l'espace de trois jours: Près de 450 harraga débarquent sur les côtes espagnoles    Ces conducteurs « manchots » qui passent « inaperçus »    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste abattu et 4 éléments de soutien arrêtés    TIPASA : Livraison de 1600 logements AADL    TRANSPORT DE VOYAGEURS : Une aide de 30 000 DA au profit des transporteurs    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les frères Kouninef condamnés de 12 à 20 ans de réclusion    REOUVERTURE DES FRONTIERES : Le professeur Fourar exclut la France    La justice va confisquer aux Hamel 10000 milliards de cts    Report à fin octobre ou début novembre ?    Un terroriste abattu à Jijel    La très lente décrue se poursuit    3 ans de prison requis contre Mohamed Djemai    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    La distribution de dizaines de milliers de logements programmée    Le ministère de la Communication dépose une plainte contre M6    Révision de la Constitution : 58.628 inscrits à distance sur les listes électorales    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Neghiz face à la presse    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    AFN: le projet d'amendement de la Constitution "permettra d'aller vers des lois au service du citoyen"    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Dans mes œuvres, j'exprime les affres vécues par les réfugiés"
L'artiste palestinien Sulaiman Shaheen à propos de son exposition à Alger
Publié dans Liberté le 23 - 10 - 2019

Etudiant à l'Ecole des beaux-arts d'Alger, cet artiste peintre est présent à la galerie Ifru.design jusqu'à la fin du mois en cours, avec l'exposition "Ouachouwachat Dikra" (Mémoire confuse).
L'artiste peintre Sulaiman Shaheen a élu domicile à la galerie d'art Ifru.design pour faire une "intifada". Culturelle celle-là, puisque, au lieu de la "guerre des pierres", l'artiste use de ce qu'il sait faire le mieux : les arts plastiques en l'occurrence. D'où la similitude qu'il y a entre ce révolté de Gaza la martyre et le poète Mahmoud Darwich (1941-2008) auquel il a dédié, devant un auditoire ébahi, une œuvre qu'il a exécutée séance tenante, soit en quelques mouvements et deux pinceaux en rouge et noir au soir du vernissage de son exposition intitulée "Ouachouwachat Dikra" (Mémoire confuse).
"J'ai suivi durant une année une formation en décoration intérieure à Gaza avant de venir en Algérie, où je suis à ma deuxième année dans la spécialité sculpture à l'Ecole des beaux-arts d'Alger", nous a confié l'artiste. "Dans mes œuvres, j'exprime l'enfance et son corollaire, l'innocence, ainsi que les affres vécus par les réfugiés dont je fais partie. Néanmoins, mon rêve est d'aller vers un cursus doctorant", a déclaré Sulaiman Shaheen, qui fait don d'un vol de colombes blanches au-dessus du Rhummel de Constantine.
Et au-delà du rouge qui évoque le sang, il y a aussi l'espoir qui s'oppose ainsi à la voilette noire du deuil de la "faucheuse" et qui s'immortalise dans l'esprit d'Henri Beyle dit Stendhal (1783-1842). "L'alliance du rouge sanglant avec le noir de la désolation et du funèbre incarnent le bien et le mal qui n'ont pas empêché cependant l'éclosion du beau dans l'enfer de Gaza", a indiqué l'artiste peintre Karim Sergoua. Tenace, cet élève de l'Ecole supérieure des beaux-arts d'Alger y va ainsi sur l'itinéraire de son aîné et l'enfant de Galilée, le poète Mahmoud Darwich qui faisait sa "guerre des mots" avec l'ode de sa Mère la Palestine qu'il portait en bandoulière telle une arme redoutable.
"J'ai la nostalgie du pain de ma mère, du café de ma mère, des caresses de ma mère… Et l'enfance grandit en moi…" (1966). "C'est au professeur de l'Ecole des beaux-arts Karim Sergoua que l'on doit le choix de l'artiste peintre Sulaiman Shaheen, eu égard à son potentiel artistique qu'il illustre à l'aide d'un éventail de vingt-trois toiles", a-t-on su de la galeriste Amel Bara Kasmi.
À ce propos, Karim Sergoua, le précurseur de "Je Palestine", a ajouté au sujet de cette pépite qu'il a découverte : "Sulaiman Shaheen est un élève issu d'une Palestine meurtrie et porteur d'un dossier artistique élogieux, en dépit qu'il a été spolié de ses toiles en Egypte alors qu'il franchissait la frontière pour venir chez nous. Studieux, Sulaiman Shaheen témoigne de ses émotions dans l'expressif et le réalisme. De ce fait, j'exhorte ce Gazaoui à puiser le talent inné qu'il a dans ses veines, eu égard à sa main de maître et au vœu patriotique de peindre la détresse des siens qui souffrent des affres du blocus de la bande de Gaza."
À ce propos, l'exposition de Sulaiman Shaheen est aussi ce lieu d'apprentissage où l'écolier se familiarise à l'abécédaire artistique, notamment l'usage à bon escient du crayon, de l'aquarelle et de la gouache pour qu'au final l'enfant s'accoutume aux effets de hachures et les couleurs des textures, a suggéré l'artiste peintre Madjid Guemroud. Afin de s'imprégner de la beauté de la galerie de portraits de cet artiste à peine sorti de l'adolescence, le mieux est d'aller à l'espace Ifru.design où Sulaiman Shaheen vous attend jusqu'à la fin du mois en cours.

Nourreddine Louhal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.