Que se passe-t-il si vous mangez 4 amandes par jour ?    Un Boulaya des grands soirs et un Oukidja déterminant permettent à Metz de s'imposer face à Lyon    OL : Pour ses débuts, Slimani n'a pas caché sa déception    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Troubles nocturnes, pillage et arrestations: Nuit chaotique en Tunisie    Chanegriha: Mettre en échec tous les «desseins hostiles»    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    Covid-19: Des dispositions trop lourdes pourraient entraver l'opération de vaccination    Indemnisation de l'expérience professionnelle des enseignants: Vers un nouveau bras de fer entre le Snapest et l'Académie    Un homme retrouvé pendu à un olivier    Est-ce la bonne statue?    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    La colère de la classe démunie    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    Ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    Trois morts et une blessée dans un accident    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    La Lamborghini des bourdes !    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Relance des travaux    Le lait en sachet, une denrée rare    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Le schiste américain remonte la pente    300 millions de centimes dérobés    Les avocats plaident l'innocence    Situation politique et questions régionales au menu    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    LOURDE CHARGE    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Dans mes œuvres, j'exprime les affres vécues par les réfugiés"
L'artiste palestinien Sulaiman Shaheen à propos de son exposition à Alger
Publié dans Liberté le 23 - 10 - 2019

Etudiant à l'Ecole des beaux-arts d'Alger, cet artiste peintre est présent à la galerie Ifru.design jusqu'à la fin du mois en cours, avec l'exposition "Ouachouwachat Dikra" (Mémoire confuse).
L'artiste peintre Sulaiman Shaheen a élu domicile à la galerie d'art Ifru.design pour faire une "intifada". Culturelle celle-là, puisque, au lieu de la "guerre des pierres", l'artiste use de ce qu'il sait faire le mieux : les arts plastiques en l'occurrence. D'où la similitude qu'il y a entre ce révolté de Gaza la martyre et le poète Mahmoud Darwich (1941-2008) auquel il a dédié, devant un auditoire ébahi, une œuvre qu'il a exécutée séance tenante, soit en quelques mouvements et deux pinceaux en rouge et noir au soir du vernissage de son exposition intitulée "Ouachouwachat Dikra" (Mémoire confuse).
"J'ai suivi durant une année une formation en décoration intérieure à Gaza avant de venir en Algérie, où je suis à ma deuxième année dans la spécialité sculpture à l'Ecole des beaux-arts d'Alger", nous a confié l'artiste. "Dans mes œuvres, j'exprime l'enfance et son corollaire, l'innocence, ainsi que les affres vécus par les réfugiés dont je fais partie. Néanmoins, mon rêve est d'aller vers un cursus doctorant", a déclaré Sulaiman Shaheen, qui fait don d'un vol de colombes blanches au-dessus du Rhummel de Constantine.
Et au-delà du rouge qui évoque le sang, il y a aussi l'espoir qui s'oppose ainsi à la voilette noire du deuil de la "faucheuse" et qui s'immortalise dans l'esprit d'Henri Beyle dit Stendhal (1783-1842). "L'alliance du rouge sanglant avec le noir de la désolation et du funèbre incarnent le bien et le mal qui n'ont pas empêché cependant l'éclosion du beau dans l'enfer de Gaza", a indiqué l'artiste peintre Karim Sergoua. Tenace, cet élève de l'Ecole supérieure des beaux-arts d'Alger y va ainsi sur l'itinéraire de son aîné et l'enfant de Galilée, le poète Mahmoud Darwich qui faisait sa "guerre des mots" avec l'ode de sa Mère la Palestine qu'il portait en bandoulière telle une arme redoutable.
"J'ai la nostalgie du pain de ma mère, du café de ma mère, des caresses de ma mère… Et l'enfance grandit en moi…" (1966). "C'est au professeur de l'Ecole des beaux-arts Karim Sergoua que l'on doit le choix de l'artiste peintre Sulaiman Shaheen, eu égard à son potentiel artistique qu'il illustre à l'aide d'un éventail de vingt-trois toiles", a-t-on su de la galeriste Amel Bara Kasmi.
À ce propos, Karim Sergoua, le précurseur de "Je Palestine", a ajouté au sujet de cette pépite qu'il a découverte : "Sulaiman Shaheen est un élève issu d'une Palestine meurtrie et porteur d'un dossier artistique élogieux, en dépit qu'il a été spolié de ses toiles en Egypte alors qu'il franchissait la frontière pour venir chez nous. Studieux, Sulaiman Shaheen témoigne de ses émotions dans l'expressif et le réalisme. De ce fait, j'exhorte ce Gazaoui à puiser le talent inné qu'il a dans ses veines, eu égard à sa main de maître et au vœu patriotique de peindre la détresse des siens qui souffrent des affres du blocus de la bande de Gaza."
À ce propos, l'exposition de Sulaiman Shaheen est aussi ce lieu d'apprentissage où l'écolier se familiarise à l'abécédaire artistique, notamment l'usage à bon escient du crayon, de l'aquarelle et de la gouache pour qu'au final l'enfant s'accoutume aux effets de hachures et les couleurs des textures, a suggéré l'artiste peintre Madjid Guemroud. Afin de s'imprégner de la beauté de la galerie de portraits de cet artiste à peine sorti de l'adolescence, le mieux est d'aller à l'espace Ifru.design où Sulaiman Shaheen vous attend jusqu'à la fin du mois en cours.

Nourreddine Louhal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.