L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'ESS, le MCA et l'OM, «voyageurs de luxe» !    Belahouel et Tabti out face au RCR    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    La pression est la force appliquée à la surface pressée    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    LFP : Les sanctions tombent    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    MC Alger : La convention CSA/SSPA entre en vigueur    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    Handball - Mondial 2021 : Algérie-France, aujourd'hui à 18h00: Les Verts pour un sursaut d'orgueil    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Iraniens manifestent dans plusieurs villes du pays
En réaction à la hausse d'au moins 50% du prix de l'essence
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2019

Plusieurs observateurs ont critiqué le moment choisi par le gouvernement pour faire passer une telle réforme impopulaire, à quelques mois des élections législatives, prévues en février.

Les Iraniens sont à nouveau descendus pour le deuxième jour dans la rue de plusieurs villes du pays exprimant leur colère et leurindignation contre la hausse d'au moins 50% du prix de l'essence, annoncée la veille par le gouvernement. Vendredi soir, un civil a été tué lors d'une manifestation spontanée à Sirjan, dans le centre du pays, selon les médias locaux. "Une personne a été tuée et plusieurs civils ont été blessés", a confirmé hier matin Mohammad Mahmoudabadi, gouverneur par intérim de Sirjan, cité par l'agence de presse Irna, sans être en mesure de préciser la cause de sa mort. Selon lui, les "forces de sécurité n'avaient pas reçu l'autorisation de tirer (sur les manifestants), elles avaient seulement été autorisées à tirer (en l'air) en signe d'avertissement (...) ce qu'elles ont fait". La réforme du gouvernement concernant les prix de l'essence a été présentée comme une mesure dont les bénéfices seront redistribués aux ménages en difficulté, dans un pays pétrolier dont l'économie – asphyxiée par les sanctions américaines – devrait se contracter de 9% en 2019, selon le Fonds monétaire international (FMI). L'argument du gouvernement ne semble toutefois pas convaincre les manifestants qui se disent déterminés à étendre leurs actions de rue. Plusieurs observateurs ont critiqué le moment choisi pour passer une telle réforme impopulaire, à quelques mois d'élections législatives prévues en février. Quelques heures après l'annonce de la hausse des prix, vendredi, les Iraniens sont descendus dans les rues d'une dizaine de villes, l'agence officielle Irna évoquant des rassemblements "d'ampleur limitée", sauf à Sirjan, dans le Centre, où les manifestations ont été importantes. Hier, selon toujours l'agence Irna, les protestations se sont étendues à de nouvelles villes. "Certains conducteurs ont éteint le moteur de leur voiture au milieu de la route, provoquant des embouteillages en plusieurs endroits", ont rapporté des médias. Pour rappel, le président Hassan Rohani avait déjà tenté en décembre 2018 d'augmenter les prix de l'essence, mais la mesure avait été bloquée au Parlement, alors que le pays était secoué par des manifestations inédites provoquées par la mise en place de mesures d'austérité. Pour les conducteurs détenteurs d'une carte pour faire le plein, le prix sera désormais de 15 000 rials (onze centimes d'euros) pour un maximum de 60 litres par mois et chaque litre supplémentaire coûtera 30 000 rials (22 centimes d'euros). L'Iran est l'un des pays où l'essence est la plus subventionnée. Les bénéfices de la hausse du prix de l'essence doivent être redistribués aux Iraniens qui sont "sous pression (économique)", soit près de 75% de la population, selon Hassan Rohani. La mesure devrait rapporter environ 2,3 milliards d'euros par an, selon le responsable de la Planification et du Budget, Mohammad Bagher Nobakht.

K. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.