LF 2020: l'importance des dispositions encourageant de l'investissement mise en exergue    Collision de deux bus à El Oued : Etat de santé ''stable'' des blessés    M.Beldjoud depuis El-Oued: 96% des accidents sont dus au facteur humain    Foot/Mercato d'hiver : le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Hand/CAN-2020: l'Algérie bat le Maroc 33-30 et termine en tête du Gr D    La Conférence internationale sur la crise libyenne débute à Berlin    Irak : nouvelles manifestations réclamant une refonte du système politique    Examens de promotion aux grades d'enseignant principal et enseignant formateur: les résultats lundi    Investissement: mettre en place un système juridique stable et en finir avec l'influence des lobbies    OUVERTURE DE REPRESENTATIONS CONSULAIRES A LAAYOUNE : L'Algérie recadre sévèrement la Guinée et le Gabon    REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    Interdiction du téléphone et des rassemblements dans les hôpitaux    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Le Real fixe une condition pour le départ de James Rodriguez    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Non, le Hirak n'a pas échoué !    «Tous les détenus politiques doivent être libérés»    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Cinq civils tués dans un présumé raid aérien russe    Les banques ciblées par les protestataires    Tebboune revoit le protocole officiel    Le PAD appelle à une adhésion massive    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    Maya    La Cnas de Relizane passe à l'offensive    Une mosquée, et le tour est joué !    Les producteurs de pomme de terre ferment la RN5 et l'autoroute    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    15 militants devant le juge ce matin    Le saviez-vous… ?    ACTUCULT    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Vibrant hommage à Didouche Mourad    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    Alger-Paris en continuel aller-retour    Sept Algériens visent les minimas des JO-2020 et des championnats d'Afrique    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    Biens waqfs mis au profit de la science    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    L'entraîneur Yaïche tire la sonnette d'alarme    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Iraniens manifestent dans plusieurs villes du pays
En réaction à la hausse d'au moins 50% du prix de l'essence
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2019

Plusieurs observateurs ont critiqué le moment choisi par le gouvernement pour faire passer une telle réforme impopulaire, à quelques mois des élections législatives, prévues en février.

Les Iraniens sont à nouveau descendus pour le deuxième jour dans la rue de plusieurs villes du pays exprimant leur colère et leurindignation contre la hausse d'au moins 50% du prix de l'essence, annoncée la veille par le gouvernement. Vendredi soir, un civil a été tué lors d'une manifestation spontanée à Sirjan, dans le centre du pays, selon les médias locaux. "Une personne a été tuée et plusieurs civils ont été blessés", a confirmé hier matin Mohammad Mahmoudabadi, gouverneur par intérim de Sirjan, cité par l'agence de presse Irna, sans être en mesure de préciser la cause de sa mort. Selon lui, les "forces de sécurité n'avaient pas reçu l'autorisation de tirer (sur les manifestants), elles avaient seulement été autorisées à tirer (en l'air) en signe d'avertissement (...) ce qu'elles ont fait". La réforme du gouvernement concernant les prix de l'essence a été présentée comme une mesure dont les bénéfices seront redistribués aux ménages en difficulté, dans un pays pétrolier dont l'économie – asphyxiée par les sanctions américaines – devrait se contracter de 9% en 2019, selon le Fonds monétaire international (FMI). L'argument du gouvernement ne semble toutefois pas convaincre les manifestants qui se disent déterminés à étendre leurs actions de rue. Plusieurs observateurs ont critiqué le moment choisi pour passer une telle réforme impopulaire, à quelques mois d'élections législatives prévues en février. Quelques heures après l'annonce de la hausse des prix, vendredi, les Iraniens sont descendus dans les rues d'une dizaine de villes, l'agence officielle Irna évoquant des rassemblements "d'ampleur limitée", sauf à Sirjan, dans le Centre, où les manifestations ont été importantes. Hier, selon toujours l'agence Irna, les protestations se sont étendues à de nouvelles villes. "Certains conducteurs ont éteint le moteur de leur voiture au milieu de la route, provoquant des embouteillages en plusieurs endroits", ont rapporté des médias. Pour rappel, le président Hassan Rohani avait déjà tenté en décembre 2018 d'augmenter les prix de l'essence, mais la mesure avait été bloquée au Parlement, alors que le pays était secoué par des manifestations inédites provoquées par la mise en place de mesures d'austérité. Pour les conducteurs détenteurs d'une carte pour faire le plein, le prix sera désormais de 15 000 rials (onze centimes d'euros) pour un maximum de 60 litres par mois et chaque litre supplémentaire coûtera 30 000 rials (22 centimes d'euros). L'Iran est l'un des pays où l'essence est la plus subventionnée. Les bénéfices de la hausse du prix de l'essence doivent être redistribués aux Iraniens qui sont "sous pression (économique)", soit près de 75% de la population, selon Hassan Rohani. La mesure devrait rapporter environ 2,3 milliards d'euros par an, selon le responsable de la Planification et du Budget, Mohammad Bagher Nobakht.

K. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.