Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Blida: Course après les aliments et non-respect du confinement    Cours à distance en période de confinement: Un plus selon les syndicats mais...    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    RENAISSANCE HUMAINE    Le gouvernement fixe les types de commerce autorisés à ouvrir    Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre états    Report de la réunion de l'Opep+ au 8 ou 9 avril    L'infrangible lien…    Jijel : fausse pénurie d'huile et de sucre    Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    Le marché d'El-Graba à Relizane démantelé    Du carburant gratuit pour les ambulances à Médéa    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les résidents dénoncent des malfaçons
Cité 160-logements RHP à Draâ El-Mizan (Tizi Ouzou)
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2019

C'est le cas dans les toitures des derniers étages des neuf blocs, que les dernières chutes de pluie ont mises à nu.
Une année seulement s'est écoulée depuis leur relogement dans la cité dite "160 logements RHP" de Boufhima, à quatre kilomètres à la sortie ouest de Draâ El-Mizan, la déception gagne déjà les familles qui ont eu à constater d'innombrables malfaçons dans leur quartier. Les premières pluies viennent, en effet, à peine d'être enregistrées que de nombreuses malfaçons sont apparues au grand jour, comme c'est le cas dans les toitures des derniers étages des neuf blocs de la cité. "Toutes les gouttières sont bouchées et n'ont évacué aucune goutte d'eau et, par conséquence, ce sont nos logements qui sont inondés. Certains d'entre nous ont même quitté leurs appartements. Pourtant, nous avions signalé ce problème à l'OPGI depuis notre arrivée dans ce quartier", a dénoncé un habitant. "L'entrée principale a été entièrement inondée. Il a fallu nous mobiliser pour déboucher les avaloirs entièrement obstrués par la boue charriée par les eaux pluviales de tous les côtés, alors que le deuxième accès menant vers les immeubles en contre-bas est devenu impraticable, d'autant plus qu'il n'est pas bitumé", a encore déploré un membre de l'association de ce quartier, expliquant que ce sont surtout les résidents des derniers étages qui souffrent le plus en raison des infiltrations des eaux de pluie. Les membres de l'association disent avoir saisi à plusieurs reprises les autorités locales qui leur ont promis de prendre en charge leurs doléances, en vain. Nos interlocuteurs se plaignent également de l'absence d'aménagement de la cour des immeubles. "Nous avons insisté sur le bitumage de la cour située au contrebas et on nous a répondu que ce n'était pas inclus dans le projet. Le deuxième accès qui mène vers ces bâtiments, revêtu uniquement avec du gravier, n'est également pas réalisé. Où est le bitume et où est l'argent de sa prise en charge ?", s'interroge un de nos interlocuteurs, expliquant que l'éclairage public n'est également pas opérationnel. "On craint pour nos enfants qui doivent se rendre à l'école le matin avant l'apparition de la lumière du jour, alors qu'il y a plein de chiens errants dans les parages", dit-il. Les résidents de cette cité ont relevé d'autres manques, tels que le mur de soutènement qui ne répond à aucune norme. "Ce mur doit être élevé au niveau des accotements de la route nationale en raison des quantités énormes de terre et d'eau pluviales qui sont à chaque fois charriées vers l'accès principal du quartier", signale un autre habitant. Pis encore, les résidents disent avoir interpellé les autorités au sujet d'une conduite de gaz apparente sur le talus, qui constitue un véritable danger, mais rien n'est encore fait.

O. Ghilès


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.