Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme    Benflis répond au procureur de la République    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Election présidentielle du 12 décembre Le scrutin constitue l'étape pour l'édification de l'Etat de Droit    Taleb Ibrahimi, Benbitour, Rahabi et autres personnalités appellent à ne pas empêcher les Algériens de voter    Tout est fin prêt    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    La dette fiscale dépassait les 3.600 milliards DA à la fin 2016    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Agriculture: Installation de six unités de recherche scientifique à l'INVA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Etats-Unis : Après les tueries, Donald Trump face aux critiques des démocrates    Poutine, Merkel et Zelensky à Paris: Qu'est-ce qu'un sommet au format "Normandie" ?    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Prix du sport africain 2019 : L'EN algérienne sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    MC Alger: Confiance renouvelée à l'entraîneur Casoni    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    EN : Belmadi aurait aimé jouer un match à Marseille    D'anciens ministres et hommes d'affaires condamnés à verser 20 milliards DA au Trésor public    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Adoption à la majorité de plusieurs projets de lois    Un sursis accordé jusqu'à la phase aller    Quatre à cinq mois d'absence pour Youcef Atal    Report de toutes les compétitions jusqu'au 15 décembre    Création à Tokyo d'une «Association des députés japonais pour le Sahara occidental»    Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Un motocycliste renversé mortellement par une voiture    Au moins 44 Palestiniens tués par les forces d'occupation en novembre 2019    Pour un débat serein sur la loi des hydrocarbures devant s'insérer dans le cadre d'une loi organique de la transition énergétique en Algérie    GREVE DES CONTROLEURS AERIENS FRANÇAIS : Air Algérie annonce des perturbations    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les résidents dénoncent des malfaçons
Cité 160-logements RHP à Draâ El-Mizan (Tizi Ouzou)
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2019

C'est le cas dans les toitures des derniers étages des neuf blocs, que les dernières chutes de pluie ont mises à nu.
Une année seulement s'est écoulée depuis leur relogement dans la cité dite "160 logements RHP" de Boufhima, à quatre kilomètres à la sortie ouest de Draâ El-Mizan, la déception gagne déjà les familles qui ont eu à constater d'innombrables malfaçons dans leur quartier. Les premières pluies viennent, en effet, à peine d'être enregistrées que de nombreuses malfaçons sont apparues au grand jour, comme c'est le cas dans les toitures des derniers étages des neuf blocs de la cité. "Toutes les gouttières sont bouchées et n'ont évacué aucune goutte d'eau et, par conséquence, ce sont nos logements qui sont inondés. Certains d'entre nous ont même quitté leurs appartements. Pourtant, nous avions signalé ce problème à l'OPGI depuis notre arrivée dans ce quartier", a dénoncé un habitant. "L'entrée principale a été entièrement inondée. Il a fallu nous mobiliser pour déboucher les avaloirs entièrement obstrués par la boue charriée par les eaux pluviales de tous les côtés, alors que le deuxième accès menant vers les immeubles en contre-bas est devenu impraticable, d'autant plus qu'il n'est pas bitumé", a encore déploré un membre de l'association de ce quartier, expliquant que ce sont surtout les résidents des derniers étages qui souffrent le plus en raison des infiltrations des eaux de pluie. Les membres de l'association disent avoir saisi à plusieurs reprises les autorités locales qui leur ont promis de prendre en charge leurs doléances, en vain. Nos interlocuteurs se plaignent également de l'absence d'aménagement de la cour des immeubles. "Nous avons insisté sur le bitumage de la cour située au contrebas et on nous a répondu que ce n'était pas inclus dans le projet. Le deuxième accès qui mène vers ces bâtiments, revêtu uniquement avec du gravier, n'est également pas réalisé. Où est le bitume et où est l'argent de sa prise en charge ?", s'interroge un de nos interlocuteurs, expliquant que l'éclairage public n'est également pas opérationnel. "On craint pour nos enfants qui doivent se rendre à l'école le matin avant l'apparition de la lumière du jour, alors qu'il y a plein de chiens errants dans les parages", dit-il. Les résidents de cette cité ont relevé d'autres manques, tels que le mur de soutènement qui ne répond à aucune norme. "Ce mur doit être élevé au niveau des accotements de la route nationale en raison des quantités énormes de terre et d'eau pluviales qui sont à chaque fois charriées vers l'accès principal du quartier", signale un autre habitant. Pis encore, les résidents disent avoir interpellé les autorités au sujet d'une conduite de gaz apparente sur le talus, qui constitue un véritable danger, mais rien n'est encore fait.

O. Ghilès


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.