Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran
Des morts et des dizaines d'arrestations en Iran
Publié dans Liberté le 18 - 11 - 2019

Les manifestations sociales contre la hausse des prix de l'essence ont viré vers la dénonciation du régime religieux des ayatollahs, économiquement asphyxié par les sanctions américaines.
Plusieurs manifestants ont péri dans les manifestations qui secouent l'Iran depuis vendredi soir, après la hausse de 50% des prix de l'essence, une décision soutenue hier par l'ayatollah Ali Khamenei, dont les portraits avaient été brûlés samedi soir dans la ville Islam-Chahr, dans l'ouest de la capitale Téhéran, selon les images relayées sur les réseaux sociaux. Si aucun bilan officiel n'est encore fourni, la presse iranienne évoque plusieurs morts dans des tirs à balles réelles à Téhéran et d'autres villes iraniennes.
Hier, les manifestations se sont poursuivies dans la capitale et à travers plusieurs villes du pays, où la révolte sociale s'est transformée en une dénonciation du système politique, les manifestants réclamant désormais la chute du régime, selon plusieurs sources. Alors que les autorités ont coupé internet hier, les services de sécurité, menés par les Gardiens de la révolution, ont intensifié la campagne de répression et d'arrestations contre les manifestants.
À Téhéran, la police a fait usage des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants rassemblés à la place Khomeiny. Des dizaines de manifestants ont été en effet arrêtés dans la capitale et plusieurs autres villes iraniennes, où les étudiants des universités d'Asfahan et de Tabriz ont rejoint en fin de journée d'hier la contestation, selon des médias locaux. Les autorités ont fermé le métro de Téhéran et d'Isfahan, ajoutent les mêmes sources. Des manifestants ont par ailleurs fermé la route reliant la capitale à Qarchak, une ville située à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Téhéran.
Le régime iranien a accusé des "ennemis et la contre-révolution" islamique d'être derrière l'amplification des manifestations. Pourtant, ces manifestations étaient prévisibles en raison de la situation socioéconomique que vit l'Iran ces derniers mois et qui devenaient intenables pour une majorité du peuple iranien. Le renforcement des sanctions américaines, décidé par Donald Trump, avaient déjà commencé à se faire sentir depuis quelques mois, tandis que Téhéran continuait à tenir un discours rassurant pour éviter la colère populaire.
Le rial a chuté, l'inflation a dépassé 40% et le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une baisse du PIB de 9,5% cette année avant une stagnation l'an prochain. Autrement dit, l'augmentation du prix de l'essence n'est que la goutte qui fait déborder le vase, dans un contexte régional marqué par une vague de contestations des régimes politiques en place, aussi bien en Irak qu'au Liban.
Dans ces deux pays où l'Iran tente d'asseoir son influence, les manifestations ont commencé par la dénonciation de la situation sociale et économique, avant de se transformer en un mouvement de colère contre une classe politique accusée d'incompétence et de corruption. Les Iraniens qui suivaient avec intérêt ce qui se passait dans ces deux pays n'attendaient en effet qu'une occasion vienne pour briser le mur de la peur et cette chape de plomb installée par le régime des ayatollahs depuis des décennies.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.