15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    Covid-19: des contacts en cours pour l'acquisition du vaccin dés sa disponibilité    Le documentaire "Objectif Hirak" primé en Inde    Premier League: Man City s'amuse contre Burnley    Le Maroc veut perturber une manifestation dénonçant l'agression à El Guerguerat    Football / Ligue 1 : cinq autres clubs signent la convention tripartite    Coup d'envoi d'une campagne de reboisement au niveau des structures universitaires    Zetchi donne des nouvelles de Belmadi    Energie: le gouvernement déterminé à instaurer un modèle énergétique durable    Groupe parlementaire FLN : la résolution du Parlement européen dépourvue du moindre fondement diplomatique    Lutte contre l'Islamophobie: L'Algérie réaffirme sa position "immuable"    PSG : Les mots forts de Neymar en hommage à Diego Maradona    Accidents de la route : Six décès et 253 blessés durant les dernières 48 heures    Décès de Aissa Megari : le Premier ministre présente ses condoléances    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    Le Mouloudia décidé à relever le défi !    La dernière de Trump    Des membres du COA convoqués par la justice    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Saisie de 100 grammes de kif traité    7 personnes arrêtées pour des violences dans les quartiers    L'affaire de l'automobile sera rejugée    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    L'armée s'implique dans la lutte anti-Covid    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Nul sur toute la ligne    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Budget primitif 2021 de la wilaya: Plus de 30 milliards pour la réhabilitation du réseau de voirie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran
Des morts et des dizaines d'arrestations en Iran
Publié dans Liberté le 18 - 11 - 2019

Les manifestations sociales contre la hausse des prix de l'essence ont viré vers la dénonciation du régime religieux des ayatollahs, économiquement asphyxié par les sanctions américaines.
Plusieurs manifestants ont péri dans les manifestations qui secouent l'Iran depuis vendredi soir, après la hausse de 50% des prix de l'essence, une décision soutenue hier par l'ayatollah Ali Khamenei, dont les portraits avaient été brûlés samedi soir dans la ville Islam-Chahr, dans l'ouest de la capitale Téhéran, selon les images relayées sur les réseaux sociaux. Si aucun bilan officiel n'est encore fourni, la presse iranienne évoque plusieurs morts dans des tirs à balles réelles à Téhéran et d'autres villes iraniennes.
Hier, les manifestations se sont poursuivies dans la capitale et à travers plusieurs villes du pays, où la révolte sociale s'est transformée en une dénonciation du système politique, les manifestants réclamant désormais la chute du régime, selon plusieurs sources. Alors que les autorités ont coupé internet hier, les services de sécurité, menés par les Gardiens de la révolution, ont intensifié la campagne de répression et d'arrestations contre les manifestants.
À Téhéran, la police a fait usage des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants rassemblés à la place Khomeiny. Des dizaines de manifestants ont été en effet arrêtés dans la capitale et plusieurs autres villes iraniennes, où les étudiants des universités d'Asfahan et de Tabriz ont rejoint en fin de journée d'hier la contestation, selon des médias locaux. Les autorités ont fermé le métro de Téhéran et d'Isfahan, ajoutent les mêmes sources. Des manifestants ont par ailleurs fermé la route reliant la capitale à Qarchak, une ville située à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Téhéran.
Le régime iranien a accusé des "ennemis et la contre-révolution" islamique d'être derrière l'amplification des manifestations. Pourtant, ces manifestations étaient prévisibles en raison de la situation socioéconomique que vit l'Iran ces derniers mois et qui devenaient intenables pour une majorité du peuple iranien. Le renforcement des sanctions américaines, décidé par Donald Trump, avaient déjà commencé à se faire sentir depuis quelques mois, tandis que Téhéran continuait à tenir un discours rassurant pour éviter la colère populaire.
Le rial a chuté, l'inflation a dépassé 40% et le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une baisse du PIB de 9,5% cette année avant une stagnation l'an prochain. Autrement dit, l'augmentation du prix de l'essence n'est que la goutte qui fait déborder le vase, dans un contexte régional marqué par une vague de contestations des régimes politiques en place, aussi bien en Irak qu'au Liban.
Dans ces deux pays où l'Iran tente d'asseoir son influence, les manifestations ont commencé par la dénonciation de la situation sociale et économique, avant de se transformer en un mouvement de colère contre une classe politique accusée d'incompétence et de corruption. Les Iraniens qui suivaient avec intérêt ce qui se passait dans ces deux pays n'attendaient en effet qu'une occasion vienne pour briser le mur de la peur et cette chape de plomb installée par le régime des ayatollahs depuis des décennies.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.