Haut Conseil de Sécurité : Rachad et MAK classés «organisations terroristes»    Coronavirus: 208 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    EdF: Benzema, Di Meco comprend Deschamps    Paix en Libye: Boukadoum appelle le CPS de l'UA à unir ses efforts avec l'ONU    Médiateur de la République: fin de fonction de Karim Younes, nomination de Brahim Merad    JSMB - RCA, duel entre le leader et son dauphin    MCO-WAT en vedette    "Nous ne sommes pas encore qualifiés"    Des directives pour parer à l'urgence    Le cafouillage    Algérie-Egypte: pour une coopération dans le domaine des micro-entreprises    Sous le sceau de la pandémie    La normalisation avec l'Etat d'Israël cautionne les crimes de l'occupant sioniste    L'AC Milan freinée dans sa course à la LDC    Dimanche de penalties et d'accusations    Education: La révision des statuts des travailleurs débattue    «La prévention reste le meilleur moyen», selon le Pr Yacine Kitouni    Campagne de contrôle des motocyclistes    C'est parti pour les épreuves d'éducation physique et de sport (EPS)    Sous le thème «Musée et Mémoire. Les objets racontent votre histoire»    Pierre Augier, Mouloud Mammeri, Frantz Fanon, Germaine Tillon et beaucoup d'autres    Les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Une autre nuit d'horreur à Ghaza    Un fonds spécial pour l'argent détourné    "Des labos d'analyses seront installés dans les aéroports"    Un vrai casse-tête    Découverte de la galère portugaise    Qui part, qui reste ?    L'EXAMEN DU DOSSIER DE LOUNÈS HAMZI DE NOUVEAU REPORTE    38 hirakistes condamnés de 6 à 18 mois de prison ferme    "Faire obstacle aux discours haineux"    Clôture de la 4e session de printemps de l'AP-OTAN avec la participation du CN    Les pays normalisateurs devraient avoir honte de leur position face aux crimes de l'occupant sioniste    Le parti de "Sawt Echaâb" plaide pour une solidarité mondiale avec la Palestine    Inauguration de l'exposition "expressions artistiques de terre et de feu"    Le dénuement du portemonnaie    Hydrocarbures: Sonatrach signe avec le norvégien Equinor    Une solution pour Ghaza !    Samir Hadjaoui est décédé    Une loi «spécifique et exhaustive»    La communication fait défaut    Les indépendants chez Charfi    Les mercenaires de la politique    Début des vaccinations à grande échelle en Afrique du Sud    Cinq terroristes présumés tués près de la frontière algérienne    De quoi sera fait l'après-Covid?    Frida à l'affiche    Boudjima renoue avec le Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous ne voterons pas le 12 décembre"
forte mobilisation à béjaïa
Publié dans Liberté le 20 - 11 - 2019

La communauté universitaire de la wilaya de Béjaïa a réinvesti, hier, la rue pour son 39e mardi de mobilisation contre le système et sa feuille de route. C'est vers 10h30 que le coup d'envoi de la marche a été donné au campus universitaire de Targa Ouzemour. Comme à l'accoutumée, cette manifestation hebdomadaire a été soutenue par plusieurs syndicats autonomes (Snapap-Cgata, Satef, SNTE, Cnapeste…) et les membres du Pacte de l'alternative démocratique (PAD) de la wilaya qui regroupe des partis et des organisations non gouvernementales (FFS, RCD, PT, Laddh, RAJ…).
Les manifestants, qui brandissaient l'emblème national aux côtés du drapeau amazigh, ont repris les mêmes slogans que ceux du mouvement populaire, à savoir "la libération des détenus politiques et d'opinion", "le rejet de l'élection présidentielle du 12 décembre prochain", "une justice libre et indépendante", "le rejet des projets des lois de finances 2020 et des hydrocarbures", "le départ de toutes les figures du système" et "la mise en place d'un processus constituant en tant qu'expression de la souveraineté populaire". Le froid glacial qui s'est installé ces derniers jours en Kabylie n'a pas dissuadé les marcheurs d'aller jusqu'au bout de leur itinéraire habituel, qui s'étend du quartier de Targa Ouzemour jusqu'au siège de la cour de justice, sis à la cité Tobbal.
Tout au long de ce parcours, long de quelque trois kilomètres, la procession humaine a réitéré les revendications du mouvement populaire né le 22 février dernier, notamment le rejet définitif du scrutin présidentiel du 12 décembre, imposé par "les résidus de l'îssaba" (bande mafieuse). Exigeant à nouveau l'élargissement de l'ensemble des détenus d'opinion, les manifestants ont exhibé de larges banderoles et des pancartes portant les photos de certains prisonniers du hirak, dont celles du moudjahid octogénaire Lakhdar Bouregâa, de l'élue du RCD Samira Messouci et des militants politiques Karim Tabbou et Fodil Boumala. Après avoir sillonné le centre-ville de la cité des Hammadites, la foule s'est rassemblée devant le siège de la cour de Béjaïa pour scander de nouveau les slogans mis en avant durant la manifestation d'hier. "Makanch intikhabat mâa l'îssabat" (Pas d'élection avec la bande au pouvoir), "Makanch l'vote, wallah ma n'dirou, Bedoui ou Bensalah lazem itirou, wallah mana habsine" (Pas de vote, nous ne le ferons pas, Bedoui et Bensalah doivent partir, Dieu nous est témoin, nous ne nous arrêterons pas), "Ulac l'vote ulac" (Pas de vote), "Pouvoir assassin", "Ulac smah ulac" (Pas de pardon), "Libérez les détenus", "Âadala hourra democratia" (Pour une justice libre et démocratique), ont-ils scandé lors de leur rassemblement, avant de se disperser dans le calme.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.