Le décès de Abdelhakim Meziani est une "grande perte" pour la culture algérienne    Man United : Solskjaer ne boude pas son plaisir après l'arrivée de Sancho    Bayern : Un cador européen suit Goretzka    Pegasus: Le Gouvernement sahraoui condamne un "acte criminel" contraire au droit international    Décès de l'ancien ministre de l'Industrie Mahmoud Khoudri    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Tottenham : C'est officiel pour Heung-min Son    Coronavirus: 1350 nouveaux cas, 812 guérisons et 18 décès    Foot / Représentants algériens en compétitions interclubs : le Bureau fédéral tranchera le 29 juillet    "L'oeuvre de Dieu, la part du diable"    USTO-MB: 3.500 places pédagogiques pour les nouveaux bacheliers    Décès du journaliste Mohamed Alouane à l'âge de 79 ans    Espionnage marocain contre des responsables algériens: l'Algérie exprime sa profonde préoccupation    Canicule: des températures de 44 degrés sur des wilayas de l'Ouest et du Centre du pays    Crise en Libye : Lamamra s'entretient avec Jan Kubis des derniers développements du processus politique    Décès à 72 ans du journaliste et homme de culture Abdelhakim Meziani    L'homme de théâtre Abdelmalek Boussahel n'est plus    BAC 2021: un taux de réussite national de 61,17 %, une moyenne d'admission à 9,5/20    Aïd El-Adha : la permanence des commerçants respectée à 100%    Une tradition ressuscitée dans les villages d'Aïn Zaouïa    L'Epwgcet en appelle au civisme des citoyens    KAMEL BOUGDAL TIRE SA REVERENCE    UNE FOULE NOMBREUSE SALUE UN MILITANT POLITIQUE ENGAGE    Sonatrach se dote d'un code d'éthique D. R.    Le ministre de la Santé limogé en plein rebond épidémique    «Intelligence et lutte contre la cybercriminalité»    Le variant Delta menace la demande    L'Algérie appelée à consolider ses capacités de production    Maroc, la grande kechfa !    Un calendrier pour concrétiser les accords stratégiques    Enfin un plan B ?    La rentrée scolaire se prépare déjà    La LFP attend un «signe»...    La LFP interpellée sur les dates des matchs en retard    Nourredine Saâdi n'est plus    Sortie de Money le nouveau single d'Ayoub Medjahed    Allô Alger    Mali : Ouverture d'une enquête après la tentative d'assassinat du président    El Hawma au théâtre : Un spectacle qui veut bousculer les vieilles habitudes    Une commission pour plancher sur le cadre juridique    L'eau pour tout le monde    Le Conseil constitutionnel s'indigne    Une nouvelle dynamique à l'export    Des drones pour reboiser les forêts ?    Le programme LPL relancé dans 15 wilayas    Un monument de la presse sportive s'en va    L'actrice Pilar Bardem est décédée à 82 ans    «L'Algérien n'est pas mis en cause...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Saïd Bouteflika refuse de s'expliquer
Interrogé hier à Sidi M'hamed sur le financement de la campagne pour le 5e mandat
Publié dans Liberté le 08 - 12 - 2019

"Saïd Bouteflika m'a appelé le 6 mars pour me demander d'envoyer quelqu'un récupérer une somme d'argent qui se trouvait au siège de campagne à Hydra. Par précaution, m'a-t-il expliqué, car les gens disent qu'il y aurait entre 700 et 800 milliards de centimes", a affirmé Ali Haddad.
Le grand absent du procès des ex-Premiers ministres, des ministres et des concessionnaires automobiles impliqués dans les affaires de corruption a finalement été convoqué, hier, au tribunal de Sidi M'hamed. En effet, le frère cadet et ancien conseiller du président déchu, Saïd Bouteflika, dont le nom a été cité par les accusés, notamment par le président du Groupe ETRHB et ancien président du Forum des chefs d'entreprise (FCE), Ali Haddad, dans le volet financement de la campagne électorale du candidat Abdelaziz Bouteflika pour le 5e mandat avorté, a été convoqué par le juge en tant que témoin.
C'est sur demande du procureur que le juge a décidé de suspendre la séance en début d'après-midi et demandé la présence de Saïd Bouteflika à la barre. Ce dernier, incarcéré à la prison militaire de Blida après sa condamnation à 15 ans de réclusion criminelle, s'est présenté devant le juge, mais a refusé de répondre aux questions qui lui ont été posées.
Vêtu d'une tenue marron, Saïd Bouteflika a indiqué, après avoir décliné son identité, dans sa réplique au juge qu'il ne va répondre à aucune question. "Je ne vais pas répondre à vos questions", a-t-il dit. Même réponse au procureur qui a tenté de lui soutirer quelques informations, d'autant plus que son nom a été cité par, notamment, Ali Haddad.
Les autres accusés parlaient de "directives venues d'en haut", sans jamais identifier clairement cette "haute autorité", alors que tout le monde a compris qu'il s'agissait en fait de Saïd Bouteflika. Ali Haddad, accusé, selon l'article 39 de la loi sur la corruption dans son volet financement occulte de partis politiques et de blanchiment d'argent puni par les articles 389 bis et 389 bis2 du code pénal, a indiqué au juge que Saïd Bouteflika l'avait contacté le 25 janvier 2019 pour, affirme-t-il, lui demander de "l'aider dans la campagne électorale".
Ali Haddad a souligné au juge que Saïd Bouteflika l'avait rappelé le 6 février 2019 pour lui demander de lever des fonds pour la campagne du 5e mandat. "Il m'a informé qu'Abdelmalek Sellal a été désigné directeur de campagne, Amara Benyounès à la communication et Chaïd aux finances", a-t-il indiqué. Interrogé sur la nature de l'argent qu'il a reçu pour la campagne, Ali Haddad a souligné que "Saïd Bouteflika m'a appelé le 6 mars pour me demander d'envoyer quelqu'un récupérer une somme d'argent qui se trouvait au siège de campagne à Hydra.
Par précaution, m'a-t-il expliqué, car les gens disent qu'il y aurait entre 700 et 800 milliards de centimes". Ali Haddad aurait, selon sa déclaration, retiré 19 milliards sur un montant annoncé initialement de 75 milliards de centimes. Il a annoncé qu'il avait financé la location de trois sièges, acheté du mobilier et du matériel de bureau et aurait payé des factures.
Le patron de l'ETRHB a ajouté qu'il a déboursé 6,5 milliards. Chaïd, le chargé des finances de la campagne, a souligné qu'il y avait eu 75 milliards de centimes. Le juge a ensuite souligné que les Metidji, Benhammadi, Ahmed Mazouz et bien d'autres personnes ont remis des chèques pour la campagne de Bouteflika. Les comptes étaient aux noms d'Abdelmalek Sellal, puis d'Abdelghani Zaâlane.
Parmi les parties civiles, le Trésor public s'est fait représenter par un avocat. Dans sa plaidoirie, l'avocat désigné par le Trésor public a évoqué un préjudice financier de 128 milliards de dinars. L'avocat a aussi évoqué les terrains détournés pour y installer les usines de montage qu'un expert a évalués à quelque 24 milliards de centimes. Pour le préjudice moral, l'avocat du Trésor public a réclamé 10 000 milliards de centimes de dommages et intérêts avec la confiscation des biens des accusés.
À noter que le procès se poursuivra aujourd'hui. Les plaidoiries des avocats de la défense sont prévues aujourd'hui. Le réquisitoire est également attendu pour aujourd'hui. Le verdict pourrait être rendu le lendemain, soit lundi, selon des avocats. À signaler aussi que les avocats de la défense ont décidé de maintenir le boycott des plaidoiries. Hier, le collectif d'avocats s'est réuni pour réitérer cette position qu'il devait sanctionner par une déclaration.

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.