Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Algérie-Arabie Saoudite: des perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    Oran : 2 mois de prison requis contre Affif Abderrahmane    Dans le désordre    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Conférence sur le développement des routes et des transports en Afrique    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    Les Canaris préparent le Chabab à Tigzirt    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    COA: les membres du Comité exécutif rejettent une démission "verbale" de Berraf    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie, première destination du blé français
Importation de céréales
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2020

L'Algérie est restée la première destination des exportations de blé français en décembre avec, au tableau, des volumes atteignant 477 000 tonnes contre 563 000 tonnes l'an dernier. Ainsi, notre pays continue de sauver la campagne céréalière française grâce aux volumes acheminés chaque année depuis l'Hexagone. L'Algérie a importé pas moins de 4,6 millions de tonnes de blé depuis les ports français à la fin avril dernier. Un niveau record d'importation en hausse de 34% par rapport à la campagne 2017-2018 et représentant trois fois le niveau d'importation enregistré durant l'exercice 2016-2017. La France continue d'être le premier fournisseur de l'Algérie en blé tendre avec 55% de ses approvisionnements. Cette tendance est-elle durable ? Ce n'est pas gagné compte tenu de la concurrence qui caractérise le marché mondial ; un atout qu'exploite d'ailleurs l'Algérie. D'où l'insertion de la Russie dans l'agenda des programmes d'approvisionnements algériens. Les statistiques des douanes indiquent que les importations algériennes de céréales ont dépassé 2,11 milliards de dollars durant les neuf premiers mois de 2019, contre plus de 2,40 milliards dollars au cours de la même période en 2018, en baisse de plus de 12%. De janvier à septembre 2019, les importations des céréales, qui ont représenté 34,15% de la facture globale des importations, ont enregistré ainsi une baisse de 290,34 millions de dollars, soit 12,06%. La poursuite de cette tendance baissière des importations est tributaire de la hausse de la production nationale, dont les niveaux étaient en hausse pour l'orge et le blé dur durant la campagne 2018-2019. Ce recul dans les importations serait également lié, selon lui, aux mesures prises par le gouvernement, afin de rationaliser les importations de blé tendre notamment. Ces mesures ont permis, du moins, de cerner les véritables besoins du marché national en blé tendre, fixés à 4 millions de tonnes au lieu de 6,2 millions de tonnes qui étaient importées chaque année. Il faut dire que la filière n'arrive pas à se développer, malgré les différentes stratégies mises en œuvre par les divers ministres qui se sont succédé à ce département. Les experts affirment que l'Algérie importe plus de 70% de ses besoins en blés (dur et tendre). Une situation qui pèse lourdement sur la facture d'importation des céréales qui ne cesse d'augmenter quelle que soit la production réalisée. La production des céréales en Algérie est toujours faible. Sur les cinq dernières années, la moyenne n'a pas excédé les 42 millions de quintaux et reste insuffisante, car elle ne couvre que 30% de la demande nationale.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.