PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les groupes armés ont multiplié les attaques contre les civils au Mali
Selon un rapport de Human Rights Watch
Publié dans Liberté le 11 - 02 - 2020

Les attaques commises par les groupes armés contre les civils se sont multipliées au Mali, selon le dernier rapport de l'ONG Human Rights Watch, rendu public hier. Intitulé "Combien de sang doit encore couler ? : atrocités commises contre des civils dans le centre du Mali, 2019", le document de 9 pages détaille les atrocités commises par ces groupes, parfois sous le couvert de la lutte contre le terrorisme, notamment dans le centre du Mali, qui cristallise depuis plus de deux ans toutes ces violences contre des civils isolés.
"À travers la région centrale du Mali, des groupes armés tuent, mutilent et terrorisent des communautés, apparemment sans craindre de devoir rendre des comptes", dénonce Corinne Dufka, directrice de Human Rights Watch pour l'Afrique de l'Ouest et autrice du rapport, qui fait état d'au moins 456 civils tués et de centaines d'autres blessés en 2019. "Le bilan humain en vies détruites s'alourdit à mesure que se répètent les cycles mortels de violence et de vengeance", ajoute-t-elle.
"Au Mali, des groupes armés ont intensifié leurs attaques contre des civils, massacrant des habitants dans leurs villages et exécutant des hommes après les avoir forcés à descendre des véhicules de transport public dans lesquels ils se déplaçaient, en raison de leur appartenance ethnique", explique en fait l'ONG, soulignant que "de nombreux villageois ont été brûlés vifs, tandis que d'autres ont été tués par des engins explosifs".
Outre les groupes terroristes majoritairement liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), il y a aussi les groupes d'autodéfense qui se sont rendus coupables de nombreux massacres, attisant les tensions intercommunautaires opposant souvent l'ethnie Dogon aux Peuls. Depuis quelques mois, il y a aussi la multiplication des attaques revendiquées par la nouvelle nébuleuse terroriste qui se fait appeler l'Etat islamique dans le Grand Sahara.
"Les attaques documentées ont eu lieu dans plus de 50 hameaux et villages situés pour la plupart à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, et ont entraîné des déplacements de grande ampleur et des épisodes de famine", affirme HRW, précisant que "le recrutement, par les islamistes armés, de membres des communautés pastorales peules (ou foulanis) a attisé les tensions avec les communautés agraires, et celles-ci, face aux mesures de sécurité inadéquates du gouvernement, ont constitué des groupes d'autodéfense".
Et de noter que "l'accès aisé à des armes militaires et l'impunité ont contribué au caractère létal des attaques". Selon toujours ce rapport, "depuis 2015, Human Rights Watch a documenté les meurtres, par des milices ethniques et par des islamistes armés, de près de 800 civils dans le centre du Mali. Seuls deux procès pour meurtre ont eu lieu".

L. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.