Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Première AGE du Conseil supérieur de la jeunesse    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Zefizef «corrige» Lekjaâ    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    Antony Blinken au Rwanda    On s'organise comme on peut    Un fleuron pour l'excellence technologique    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Quand la BD rencontre le sport...    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le procureur de la République requiert le durcissement des peines
Procès en appel de 18 hirakistes à Mostaganem
Publié dans Liberté le 11 - 02 - 2020

La cour d'appel de Mostaganem a examiné, hier après-midi, une affaire dans laquelle 18 personnes avaient été condamnées en première instance à des peines allant de quatre mois à une année de prison ferme, sans mandat de dépôt, pour attroupement non armé, incitation à attroupement et outrage à fonctionnaires.
Verdict contre lequel les 18 condamnés avaient fait appel. Dans son réquisitoire, le procureur de la République — il avait interjeté appel contre la condamnation de cinq hirakistes à six mois et à une année de prison ferme — a requis l'aggravation des peines contre les cinq accusés et le maintien des peines contre le reste des prévenus qui comparaissaient libres.
Les 18 accusés, dont Taïfour Oussama, déjà condamné à quatre mois de prison dans le cadre du procès Brahim Daouadji, avaient été interpellés à la fin de la journée du 23 novembre 2019 à l'issue d'une marche anti-vote que des hirakistes avaient organisée au centre-ville. Selon l'accusation, ces personnes avaient semé la pagaille, perturbé la circulation automobile et s'étaient montrés grossiers à l'égard de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie). Ce que les accusés ont nié à la barre.
Les hirakistes ont affirmé avoir organisé une marche pacifique contre l'organisation de l'élection présidentielle en occupant le trottoir et une partie de la chaussée. D'autres accusés ont soutenu avoir été interpellés, sans avoir pris part à la marche.
"Lorsque la police est venue nous disperser, nous sommes partis chacun de son côté, et c'est à ce moment-là, que les interpellations ont été opérées. Nous étions près de 180, ils ont arrêté ceux qu'ils considéraient comme étant des meneurs", a expliqué un des manifestants en assumant son appartenance au hirak "qui est un droit et un devoir national" et en assurant son intention de continuer à manifester au risque d'être emprisonné. D'autres ont déclaré avoir été interpellés alors qu'ils sortaient de la mosquée ou pendant qu'ils filmaient la marche.
En tout cas, tous ont confirmé avoir été embarqués aux abords du siège de la wilaya, et non de la délégation locale de l'Anie, laquelle se trouve dans un autre quartier. Dans leurs plaidoiries, les avocats de la défense ont insisté sur l'absence de preuves soutenant les accusations retenues par le parquet, à la fois pour attroupement non armé et incitation à attroupement que l'accusation n'a pas réussi à démontrer "alors que des images et des vidéos existent", a relevé un avocat, soulignant qu'en ce qui concerne l'outrage à l'Anie, celle-ci n'a pas porté plainte et les accusés ont été interpellés loin de son siège. "On ne peut juger une intention", a-t-il encore affirmé. Tous les autres avocats sont allés dans le même sens en plaidant la relaxe de leurs mandants "sortis lutter pour une Algérie meilleure, dans cette silmiya qui a suscité l'admiration du monde entier", conclura l'un d'eux. Le verdict a été mis en délibéré et sera prononcé le 17 février prochain.
À noter que des citoyens et des hirakistes, parmi lesquels Brahim Daouadji, ont organisé un sit-in de soutien en face du Palais de justice en scandant, notamment, des slogans hostiles au ministre de la Justice et en appelant à l'instauration d'un Etat de droit fondé sur l'indépendance de la justice.

Samir Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.