Décès de Kheddad: un combattant infatigable pour les droits du peuple sahraoui    Kheddad a joué un rôle fondamental dans la bataille juridique du Polisario    Biologie médicale: nécessité de création d'un réseau national de laboratoires accrédités    Benbouzid réitère "la gratitude" de l'Algérie à la Chine pour son aide face au Covid-19    Oran: fin de confinement au complexe des "Adalouses"    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    Real : Modric a pris sa décision    Coronavirus : facilitations exceptionnelles à l'importation des matières premières nécessaires    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Vers une plus forte chute de la demande    Abdelhafid Benchebla. Boxeur algérien (91 kg) : «Mon rêve : décrocher une médaille aux JO et passer en professionnel»    Condoléances    La suspension prolongée jusqu'au 19 avril    "La reprise du Calcio ? Il est trop tôt pour prédire quoi que ce soit"    CSC : Les blessés se remettent sur pied    JS Kabylie : Solidarité avec le personnel médical    Les stations d'essence prises d'assaut à Alger    Vers un nouvel ordre mondial    Covid-19 : 14 décès et 131 nouveaux cas enregistrés    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    Tébessa: Les panneaux publicitaires dans l'anarchie    Les f et les e 5, la theorie du 100e singe    LA FORCE DES LOBBYS    Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    El Kala: Un mandataire de poissons se fait subtiliser 32 millions de cts    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    Prolongation de la suspension des vols jusqu'à nouvel ordre    L'ambassade de Chine en Algérie réagit    "Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"    Le Conseil de sécurité prévoit un briefing sur le Sahara occidental en avril    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À tout jamais…
123e partie
Publié dans Liberté le 17 - 02 - 2020

Résumé : Les parents d'Idir insistent sur le fait que même s'ils décident de reprendre, leur mariage ne résistera pas. Tewfik leur avait laissé de mauvais souvenirs. Kamélia ne répond à aucun appel. Elle se rend au commissariat et fait sa déposition. Dans le couloir, elle tombe sur Dalia. Celle-ci lui apprend que Tewfik est son mari. Elle espère qu'il ne sortira plus de prison…
Kamélia est peinée pour Dalia. Elle et ses enfants ne méritaient pas ce qui leur arrivait. Tewfik avait gâché de nombreuses vies. Plus rien ne serait comme avant, pour chacun d'entre eux.
La jeune femme ne lui pardonnera jamais de s'en être pris à eux et d'avoir réveillé ses vieilles peurs. Sans somnifère, elle ne parvenait plus à trouver le sommeil. Le matin, elle se levait avec des migraines. Fathma s'occupait d'Adem, qui commençait à réclamer beaucoup plus d'attention. Il bougeait beaucoup et il lui suffisait d'avoir le dos tourné, quelques secondes, pour le voir filer à quatre pattes.
- Adem, où vas-tu encore ?
Le bébé, tout heureux, se tourne en entendant son prénom. Mais il prend ça pour un jeu et reprend sa course. Fathma lui barre le chemin puis le prend. Adem se met à gigoter dans tous les sens.
- À ce rythme-là, je ne tiendrai pas longtemps, plaisante-t-elle. Même si chaque seconde en ta compagnie est un pur bonheur, je dois avouer que je suis vraiment fatiguée. Kamélia, qu'est-ce que tu feras quand je ne serai plus là ?
- Ne dis pas ces choses, yemma !
- Mais viendra le jour où je mourrai, que tu le veuilles ou pas. Qu'on en parle ou pas, insiste Fathma. Je partirai le cœur soucieux. C'est vrai que financièrement vous serez, toute votre vie, à l'abri du besoin, mais si tu continues à traîner comme une âme en peine. Ton bébé grandira avec un manque d'affection et d'attention. Déjà qu'il n'a pas de père.
- Si, il en a un.
- Mais non. Il est absent dans la vie d'Adem, c'est comme s'il n'en avait pas, dit Fathma, désolée. Rien ne l'excuse. Quand le petit grandira, il voudra le voir et savoir pourquoi vous n'êtes pas ensemble. Sa famille ne le lâche pas. Ils ont réussi à vous séparer définitivement.
Kamélia lui demande de s'asseoir.
- Yemma, en fait, Idir m'envoie souvent des messages, lui apprend-elle. Il insiste pour qu'on reforme une famille. Mais j'avoue que j'hésite…
- Tu ne l'aimes plus ?
- Je ne sais pas, je ne sais plus, avoue Kamélia. En fait, il a toujours été un mari bienveillant. Il m'aimait, il s'était installé au village pour ne pas me séparer de vous. Il nous aime sincèrement, c'est pourquoi il insiste pour revenir.
- Alors, qu'attends-tu pour accepter ? Si vous vous aimez encore, réunissez-vous, la conseille sa mère. Pour votre bien, à tous les trois. Même moi, je serai plus tranquille. Même si je venais à mourir, je quitterais ce monde le cœur en paix.
- S'il te plaît, je ne veux plus t'entendre parler de ça, la prie Kamélia. Si cela peut te faire plaisir, je lui dirai de revenir.
Fathma est soulagée de la voir prendre la bonne décision. Elle lui demande de l'appeler sur-le-champ. Kamélia s'exécute. Elle saisit son portable et tente de le joindre plusieurs fois, mais il ne décroche pas.
- Il te rappellera plus tard.
Des coups à la porte d'entrée les interrompent. Kamélia va ouvrir et reste bouche bée en découvrant Idir. Il a le visage fermé. Elle devine qu'il est porteur de mauvaises nouvelles…



(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.