LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Accompagnement des entreprises    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers une plus forte chute de la demande
Marché pétrolier
Publié dans Liberté le 02 - 04 - 2020

La demande pétrolière devrait probablement chuter au-delà de ce qui a été anticipé jusqu'à présent, prévoit l'IFP Energies nouvelles dans son "tableau de bord pétrolier", publié lundi dernier. L'institut de recherche français rappelle que la crise de 2008 a entraîné une récession en 2009 au niveau mondial (-0,1%) avec pour effet des baisses de 0,5 million de barils par jour et 1 million de barils par jour de la demande de pétrole sur ces deux années, suivies d'une reprise en 2010 (+3 millions de barils par jour).
"Sur la base d'une contraction de 3 à 4% de l'économie mondiale, les modèles fondés sur les évolutions passées montrent que la baisse de la demande pétrolière pourrait se situer autour de 2 à 3 millions de barils par jour en moyenne annuelle", indique l'IFP Energies nouvelles.
Ces modélisations, nuance l'institut de recherche, ne sont néanmoins pas adaptées à un monde dont la moitié de la population est confinée et où les revenus du secteur aérien pourraient reculer de 40% en 2020. "En ordre de grandeur, une baisse de 40% de la demande du secteur des transports terrestres (28% de la demande totale) et du secteur aérien (8%) représente 14 millions de barils par jour en moins.
Il convient également de tenir compte des ajustements inévitables pour le fret (15%), l'industrie (18%) ou le secteur maritime (5%)", souligne l'Institut français du pétrole. "Si cette situation devait durer 2 à 3 mois, hypothèse incertaine, la consommation pétrolière serait en retrait de 3 à 5 millions de barils par jour sur l'année", estime-t-il.
L'IFP Energies nouvelles évoque aussi la dégradation de l'économie mondiale. Le FMI a indiqué le 23 mars dernier que la croissance mondiale serait négative en 2020, sans donner de chiffres précis, tout en espérant une reprise en 2021. "La forte baisse des indicateurs de l'activité économique (Indice PMI de IHS Markit) en février et en mars accrédite cette prévision", a constaté l'institut de recherche français.
"Les indicateurs mensuels de l'activité globale, inférieurs pour la plupart à 50, signe d'un ralentissement économique, s'effondrent, se situant à 27,5 en Chine, à 46,1 au niveau mondial (en février), à 31,4 pour la zone Euro, à 35,8 au Japon et à 40,5 pour les Etats-Unis (en mars)", a-t-il ajouté. Une étude, citée par l'IFP Energies nouvelles, estime le recul du PIB mondial, sous les effets du coronavirus, à 3,1% en 2020, recul qui pourrait toutefois être suivi d'un rebond massif en 2021.
"Une simulation simple, faite sur la base d'une baisse d'activité de l'ordre de 30% sur trois mois, aboutit à une contraction de 3,6% de l'économie mondiale", soutient le centre de recherche français, relevant que les échanges se poursuivent entre les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite pour tenter de limiter la crise du secteur pétrolier.
Selon l'IFP Energies nouvelles, la stratégie actuelle de l'Arabie Saoudite et de la Russie en particulier (hausse de la production) conduira par nécessité, avec la baisse de la demande, à réduire drastiquement l'offre d'autres pays. Cela pourra aussi aboutir à de nouveaux reculs des prix du Brent si les capacités de stockage sont saturées, à l'image de ce qui se passe déjà aux Etats-Unis.
"Une coordination plus large des pays producteurs, au-delà de l'Opep+, permettrait de mieux partager le fardeau et d'éviter ainsi des impacts économiques et sociaux très négatifs pour certains pays", estime l'Institut français du pétrole. Ce dernier relève, par ailleurs, que la plupart des compagnies pétrolières ont annoncé des baisses drastiques des dépenses portant sur les investissements et les coûts opératoires.
En ce qui concerne les investissements, les ajustements se situent autour de 20% pour les majors et atteignent 30% et plus pour certaines compagnies impliquées dans les "shale oil". Ces réductions auront, selon l'IFP Energies nouvelles, des conséquences relativement rapides dans ce secteur, avec des baisses conséquentes de la production dès l'année prochaine.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.