OL: Aouar exclu du groupe    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 1ère journée    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Images d'ailleurs, regards d'ici    Entre avancées et entraves    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le décès de Maradona secoue le monde du football    L'Algérie sera présente    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
29e partie
Publié dans Liberté le 04 - 04 - 2020

Résumé : Samira passe son portable à Houari pour qu'il puisse lire le message. Il s'emporte. Mais, à ses yeux, l'avis des autres importe peu. Il tient à elle et jure qu'ils ne se quitteront jamais. Il insiste pour qu'elle reprenne son travail à l'hôpital. Il veut la garder près de lui. Il propose d'aller voir sa famille et de se réconcilier avec elle. Il voudrait qu'ils se marient en leur présence…
Houari accompagne Samira à la direction. La secrétaire les annonce au directeur, qui les fait patienter un peu. Samira devient nerveuse.
- Je crois qu'on est là pour rien, dit-elle. Je pense qu'il a accepté ma démission.
- Même si c'est le cas, il pourra toujours la déchirer et la jeter à la corbeille. C'est encore rattrapable, dit Houari. Mais ne recommence plus ! Désormais, tu ne feras plus rien sans me consulter.
- Oui, promet-elle, alors que la secrétaire reçoit un appel du directeur.
Elle quitte son bureau et les précède, les invitant à la suivre. Elle les introduit et se retire après avoir récupéré des documents de la main de son responsable. Ce dernier échange une poignée de mains avec Houari. Il salue Samira d'un hochement de tête, avant de les inviter à s'asseoir. Ils échangent brièvement des banalités avant d'entrer dans le vif du sujet.
- Dr Houari, quel bon vent vous amène ? Que puis-je faire pour vous ?
- Ma fiancée a déposé une lettre de démission sur un coup de colère.
Le responsable fronce les sourcils.
- Je n'étais pas au courant de votre alliance.
- C'est tout récent.
- Félicitations, alors !
Houari et Samira le remercient. Houari s'éclaircit la voix.
- Avez-vous accepté sa démission ?
- Oui. Que vouliez-vous que je fasse ? Que je refuse ?
- Monsieur le Directeur, je ne veux pas que ma fiancée quitte l'hôpital. Elle l'a écrite sur un coup de colère.
- Anissa ? Vous voulez revenir ? Franchement, je ne comprends pas ce qui est arrivé. Pourquoi étiez-vous en colère ? Quel problème insurmontable aviez-vous au point de vouloir démissionner ?
- Je rencontre des problèmes avec les familles des malades. Ils s'en prennent à moi beaucoup trop souvent ! Dès que je leur dis qu'il n'y a pas de médicaments et qu'ils doivent prendre l'ordonnance pour les acheter à la pharmacie, ils s'emportent contre moi. Je n'y suis pour rien s'il y a pénurie de certains médicaments. J'ai alerté plusieurs fois la responsable du service, mais…
- C'est bon. J'ai compris la situation. Hélas, nous sommes dépassés ! Je vais trouver une solution. C'est bien parce que j'ai beaucoup d'estime pour vous, Docteur.
- C'est réciproque, dit Houari, avant de lui faire une proposition. L'idéal serait qu'elle travaille dans le même service que moi. Dans quelques jours, nous allons nous marier.
- C'est une bonne nouvelle. Ne vous inquiétez pas, promet le directeur. Je vais régler ce problème. J'aurais juste besoin d'une demande. Je vais m'arranger pour que vous puissiez travailler ensemble. Mais ne prenez plus de décision sur un coup de tête, recommande-t-il à Samira, qui soupire de soulagement.
- Je vais suivre votre conseil, promet-elle, tout en se levant, alors qu'il déchire sa demande. Je vous remercie.
- Vous n'entendrez plus parler de nous, ajoute Houari, alors qu'ils s'échangent une poignée de mains. Bonne journée !
Lorsqu'ils sortent du bureau, il ne peut s'empêcher de prendre son bras.
- Tu vois, Samira, les problèmes commencent à se régler. C'est de bon augure.
La jeune femme le reconnaît. Si seulement tous ses problèmes pouvaient se résoudre aussi facilement.
(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.