Le procès de «Mme Maya» reporté    Par où commencer ?    La décision annoncée hier: Air Algérie reprendra ses vols domestiques dimanche    SNTF: Pas de date de reprise de la circulation des trains    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    Ligue des champions d'Europe: Atlético - Bayern en tête d'affiche    ES Sétif: Une Entente taille patron    O. Médéa: Déjà une flopée de problèmes    Education: Des écoles peuvent se passer de l'enseignement les samedis    Un autre cadavre repêché au large de Madagh    Des cas de Covid-19 au lycée Imam El Houari: Les enseignants en grève depuis jeudi dernier    DROITURE ET BONNE FOI    5 ans de prison fermecontreOuyahiaet Sellal    Djerad met en place deux "task force"    Les principales mesures    L'Algérie repasse sous la barredes 1.000 casen 24 heures    L'Opep examine son accord de limitationde production    Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Place au numérique    Repli historique du dinar face à l'euro    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
28e partie
Publié dans Liberté le 01 - 04 - 2020

Résumé : Samira est choquée. Jamais cela ne lui était arrivé d'être renvoyée de la sorte. Elle écrit un message à Rahima, mais celle-ci ne répond pas. Houari l'appelle et s'inquiète en l'entendant pleurer. Il vient la chercher. Elle prend place près de lui et évite son regard. Il tente d'en savoir plus mais elle-même ignore pourquoi le mari de Rahima a été aussi grossier. Finalement, son amie lui envoie un message lui expliquant tout et lui demande d'être compréhensive. Elles ne doivent plus se voir…
- C'est Rahima, n'est-ce pas ? Qu'est-ce qu'elle te dit ?
Samira lui donne son portable pour qu'il puisse lire de ses propres yeux. Houari s'emporte.
- Qu'il aille au diable !
- Au diable ou ailleurs, il croit que je suis une femme facile. Dans le fond, je le savais. Il suffit de connaître mon histoire pour que les gens me prennent pour ce que je ne suis pas. Notre société n'a aucune pitié pour les femmes qui ont fait des erreurs. On ne nous pardonnera pas, quoi que l'on dise.
- L'avis et le jugement des autres importent peu, dit-il. Moi, je ne suis pas de leur avis. Mes intentions sont toujours honorables, insiste-t-il, en lui essuyant une larme qui venait de couler. Je tiens à ce qu'on se marie et on formera une famille, en adoptant Radia.
- Houari, je crois que je ne supporterais pas d'être en conflit avec ta famille. Ils ne me feront pas de cadeaux. Je peux supporter les coups de la vie, ceux qui s'abattent sans prévenir, mais aller volontairement affronter le rejet des autres, ce ne sera pas possible. Il faut que tu me comprennes.
- On ne se séparera pas. On se mariera sans la présence de ma famille.
- Non, je préfère que nous restions amis. Je ne peux pas fonder une famille et en briser une. Tu as la chance d'avoir une famille ; ne laisse rien ni personne t'en séparer. Même pas pour moi. Car un jour tu le regretteras. Je suis seule. Je voudrais avoir ma famille près de moi. Mes regrets me ramènent à la période où j'étais amoureuse et naïve. Si je n'avais pas cédé et m'étais retrouvée enceinte, ma vie aurait été différente.
- Samira, on ne peut pas changer le passé et vivre avec les regrets. Mais l'avenir est entre nos mains. Moi, j'insiste, je voudrais faire ma vie avec toi. Quoi qu'il se passe, quoi qu'ils puissent dire, je ne renoncerai pas à toi. Sauf si tu cherches des prétextes pour qu'on se sépare.
La jeune femme secoue la tête.
- Mais non ! Tu sais combien tu comptes pour moi.
- Alors arrête de dire des bêtises. On fera notre vie ensemble. Les erreurs de ton passé ne doivent pas t'empêcher d'être heureuse. Si tu es d'accord, je t'emmène voir ta famille. Je pense qu'après toutes ces années la colère de ton père a dû tomber et que tu dois lui manquer.
- J'ai souvent pensé à partir les voir, mais j'ai peur de leur réaction, confie-t-elle. Cela fait des années que je suis partie. Franchement, je préfère éviter cela. N'en parlons plus.
Houari refuse de changer de sujet. Même si elle insistait pour qu'il ne se froisse pas avec sa famille, il est décidé à tout faire pour qu'elle se réconcilie avec la sienne.
- Tu sais quoi ? On va aller récupérer ta lettre de démission. Je vais parler au directeur si elle a déjà atterri sur son bureau. Je lui expliquerai que tu es stressée et que tu devrais changer de service. Tu vas reprendre ton poste. On travaillera dans le même hôpital. Je te veux près de moi, sous mes yeux. Tu comprends ? Il est hors de question que tu t'éloignes de moi.
Samira sourit à travers ses larmes.
- Je suis sûre qu'un jour tu le
regretteras et tu voudras qu'on se sépare.
- Le temps te prouvera le contraire, affirme-t-il avec assurance, tout en démarrant. Tu sais, ce week-end inchallah, on ira dans ton village rendre visite à ta famille.
- Tu es fou, ma parole !
- Appelle cela comme tu veux. On va tout tenter pour que tu te réconcilies avec eux. Si Allah le permet, nous aurons nos deux familles à notre mariage et aux prochaines fêtes religieuses et Radia sera sous notre tutelle. Elle les passera avec nous.

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.