Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Quatre personnes interpellées à Laghouat et Tiaret pour trafic de drogue et contrebande    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Niger: 1,6 millions d'enfants vulnérables touchées par des crises humanitaires    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Déconfinement à multiples risques    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Il n'a pas d'arc-en-ciel la nuit    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le Care critique les choix du gouvernement    Le pompage de l'eau prévu pour la fin du mois    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    Les travaux s'éternisent    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Trafic de drogue, 2 arrestations    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plusieurs pépites disponibles en un clic !
Des réalisateurs algériens allègent le confinement des cinéphiles
Publié dans Liberté le 06 - 04 - 2020

Des films comme "Les Jours d'avant", "Yemma" ou encore "Vote Off" sont disponibles en accès libre sur Youtube et le site Vimeo.
Ces dernières années, les cinéphiles algériens sont privés des œuvres cinématographiques produites par de talentueux réalisateurs. Considérés comme la nouvelle vague du 7e art DZ, ces cinéastes ont vu leurs œuvres projetées dans les quatre coins de la planète et ce, dans de prestigieux festivals, sauf dans leur pays. Pour des raisons connues de tous, ces films sont
restés dans les tiroirs pour faute de distribution et absence de salles de cinéma, sans occulter certaines productions ayant été interdites de projection. Mais, en cette période de confinement, plusieurs réalisateurs et producteurs ont eu l'ingénieuse idée de diffuser en accès libre des courts et longs-métrages de qualité. Parmi les films disponibles, on peut citer les documentaires Vote Off de Fayçal Hammoum et Fragments de rêves de Bahia Bencheikh El Fegoun.
Le premier, sorti en 2016, revient sur l'élection présidentielle de 2014, plus précisément sur le quatrième mandat de Bouteflika. Le deuxième, sorti en 2018, "propose un croisement d'entretiens avec des acteurs de la société civile et des images d'archives ayant circulé sur les réseaux sociaux autour des mouvements de contestation depuis 2011". Le dénominateur commun entre ces deux films : la censure. Interdits du fameux sésame, à savoir "le visa d'exploitation", pour "atteinte aux symboles de l'Etat", tous deux lèvent le voile sur une société malade, à cause d'un président qui, en vingt ans, a provoqué la déchéance d'un pays et de son peuple.
Deux œuvres à découvrir absolument pour la force de leur propos et l'intelligence des protagonistes, qui laissent entrevoir un ras-le-bol qui donnera naissance au mouvement populaire du 22 février 2019. Autres "docus" à découvrir sans hésitation : Nice very nice d'El Kheyer Zidani, El Oued el oued d'Abdenour Zahzah, Fais soin de toi de Mohamed Lakhdar Tati, ou encore Des moutons et des .hommes de Karim Sayad et Vendredi est une fête de Samir Ardjoum.
À travers ce cinéma du réel, ces cinéastes dressent le tableau d'une Algérie contemporaine, qui vibre au rythme d'une jeunesse qui oscille entre espoir, désillusion, force et courage. Concernant le côté fictionnel, une belle brochette de courts et de longs-métrages est proposée, à l'instar du bijou Les Jours d'avant de Karim Moussaoui, Khouya et Khti de Yanis Koussim, La Maison jaune d'Amor Hakkar, El Jazira d'Amin Sidi Boumedien, Kindil El Bahr de Damien Ounouri et Je te promets de Mohamed Yargui. Alors, "restez chez vous", préparez du pop-corn et profitez de ces séances cinématographiques, qui vous feront quitter vos murs et votre sofa !


H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.