Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oran : les éboueurs toujours au front
En dépit de l'épidémie de coronavirus
Publié dans Liberté le 07 - 04 - 2020

À l'instar des personnels médical, de la Protection civile, des services de la police et de la Gendarmerie nationales, les éboueurs sont fortement sollicités en cette période de pandémie.
Bien qu'ils soient souvent confrontés aux pires difficultés socioprofessionnelles, les travailleurs communaux d'Oran chargés de la collecte des ordures ménagères continuent d'accomplir leur travail non sans pousser des coups de gueule, à la fois contre leurs responsables et contre les citoyens indélicats. "Les salaires ne suffisent pas, ils nous sont versés avec de gros retards, en plus les citoyens sortent leurs sacs de détritus n'importe comment et à n'importe quelle heure !", les a-t-on souvent entendu pester.
Ces difficultés se sont compliquées depuis l'apparition du coronavirus et les risques de contracter le Covid-19 dans l'exercice d'un travail devenu à haut risque, puisqu'il met quotidiennement les éboueurs face aux foyers de microbes, au moment où les spécialistes appellent au confinement pour éviter la propagation de l'épidémie.
Si de rares communaux sont équipés de gants et de masques de protection, la grande majorité évolue le visage nu et les mains recouvertes de gants de fortune. "Il faut quand même avoir de la reconnaissance pour ces hommes qui continuent de ramasser nos ordures malgré le manque de moyens", salue un citoyen de Belgaïd (est d'Oran), en regrettant que le ramassage ne se fasse pas très régulièrement. Contrairement à d'autres zones mieux dotées, les équipes de ramassage de Belgaïd ne disposent pas des moyens matériels leur permettant de s'acquitter convenablement de leur tâche.
"Les camions sont en panne et il faut souvent que nous en louions pour parvenir à nettoyer toutes les rues", a dénoncé un des éboueurs en signalant que, souvent, seuls les points noirs de la grande avenue (bordée par les commerces) sont éradiqués : "Faute de moyens, nous ne pouvons pas pénétrer dans les quartiers résidentiels."
Résultats, les nouvelles cités de la zone est d'Oran restent parfois des jours dans l'attente de l'enlèvement de la multitude de bacs à ordures qui défigurent le paysage urbain et menacent la santé publique. Malgré tout, les éboueurs de la wilaya d'Oran font leur possible pour s'acquitter d'une tâche aussi vitale pour la cité qu'ingrate pour eux et leurs familles. "Nous avons observé des grèves, organisé des manifestations, mais rien n'y fit.
Nous sommes toujours aussi démunis, et avec cette épidémie, la tâche s'est sérieusement aggravée", a déploré un éboueur. La situation déplorable des communaux d'Oran doit beaucoup à la mauvaise gestion des pouvoirs publics et leur imprévoyance. Le constat a été fait il y a plusieurs années, à la fois par des experts algériens que des instituts spécialisés étrangers.
Avec un schéma directeur de gestion de déchets, dont il était question il y a une dizaine d'années, la conjugaison des efforts des services communaux et des e ntreprises privées (une centaine dont certaines créées grâce au dispositif Ansej), Oran aurait pu régler la problématique du ramassage des ordures et mis à la disposition des éboueurs les moyens d'accomplir leur travail, tout en se protégeant convenablement contre le coronavirus.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.