Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse
"Le réveil de la mère" de Meriem Belkelthoum
Publié dans Liberté le 09 - 04 - 2020

L'autrice est une enseignante-chercheure qui ose dans son ouvrage le thème identitaire : "Ma langue et la leur." Autant de référents anthropologiques qui balisent l'histoire de nos mouvements culturels et l'étape cruciale du joug colonial.
"Si je savais écrire, je ferais un livre comme on fait un enfant", s'est dit Fatma ! C'est le vœu au réveil d'un matin bonheur où l'envie d'écrire s'est suppléée à la dégustation d'un café. D'où le choix cornélien d'opter soit pour la plume ou pour le rituel du "harraq" au lever du jour et où l'ivresse de l'aube gît au fond de la tasse de café. "La torréfaction est plus un art qu'une science."
Un art, du fait qu'à l'instar de la baguette du chef d'orchestre le levier du grilloir donne également le tempo au ballet des grains qui frétillent sur l'incandescence du braséro. Mais pour l'une comme pour l'autre, la plume et l'inspiration de Fatma se trempent en chœur dans le noir de l'encre ou du café. Miracle ! Et à l'aurore, il y eut Le Réveil de la mère (éd. Aframed) à l'automne de la vie de Fatma.
"On peut y naître à six ans, comme à cinquante." Est-ce intime à la vie de la romancière Meriem Belkelthoum ? Ça en a tout l'air, étant donné que l'oracle "Si je savais écrire" s'est exaucé par la grâce d'une "ziara" (visite) de Fatma à la zaouïa (demeure sépulcrale) du saint Sidi M'hammed Ben Ouda, né M'hamed Ben Yahia Sidi M'hamed Benaouda (XVIe siècle), sise sur les rives de l'oued Mina (Relizane).
Non qu'il s'agit de trouble dissociatif de l'identité, mais plutôt d'un dédoublement de la personnalité comme celui de L'Etrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (1886) de Robert Louis Stevenson (1850-1894). Et depuis, le bon côté de Fatma s'est doté d'une âme lettrée, ensevelissant à jamais son mauvais côté de femme analphabète ! D'ailleurs, il n'y a pas que le goût du café qui s'est altéré ce matin, puisqu'à ce signe du ciel s'est ajouté ce branle-bas de joie qui relégua au second rang l'amour qu'elle avait pour son minet, sa "fekrouna" (dame-tortue) et sa volière de canaris.
Envolé que tout ça, puisqu'elle n'est plus l'empreinte à l'encre humide qu'elle s'exerce à calquer sur son chèque, mais bel et bien une signature, à l'image d'une chrysalide qu'elle s'applique à esquisser au stylo. "Elle n'est plus l'estampille binaire décodable qu'en laboratoire."
D'où sa première victoire sur la bureaucratie et les siens. Belle revanche sur les bureaucrates qui perdront de leur pouvoir le jour où les personnes âgées (synonyme d'illettrisme) "se mettaient à signer ou à vouloir écrire". Du reste, Fatma l'écrivaine se recueille dans le rétroviseur où elle s'apitoie sur Fatma qui était ignare et captive dans l'intérieur de son logis soi-disant douillet avec, pour gardes-chiourmes, sa progéniture et son mari.
Ecrit de l'élocution narrative, le récit de Fatma, la fille du saint Sidi Amar de Ténès (Chlef), est extrait sans doute d'un journal intime d'une femme qui est adepte d'un féminisme modéré mais réfractaire à toute forme de féodalité. Seulement, la notion d'une femme libre "ana horra" s'associe chez nous à de la légèreté féminine.
Autre délice, l'attrait de l'autrice pour le triangle de J'diouia (Chlef), Perregaux, l'actuelle Mohammadia, qu'il est loisible au lecteur de découvrir. Ecrit sous son nom de plume qui est Meriem Belkelthoum, l'autrice est une enseignante-chercheure qui ose dans son ouvrage le thème identitaire : "Ma langue et la leur, le mariage ainsi que les liens fille et mère." Autant de référents anthropologiques qui balisent l'histoire de nos mouvements culturels et l'étape cruciale du joug colonial.

LOUHAL Nourreddine
w Le Réveil de la mère,
un roman de Meriem Belkelthoum, éd. Aframed, 2019, 200 pages,
prix 500 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.