Covid 19-Soirée artistique à Oran: 5 personnes sous contrôle judiciaire    Commercialisation des masques: des facilitations pour les chefs d'ateliers de confection    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    EHS EL EULMA : 4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    140 nouveaux cas confirmés et 7 décès enregistrés en Algérie    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Coronavirus: Peurs, défis et remises en question    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    L'infrangible lien…    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition
Son assassinat, il y a 23 ans, demeure entouré de zones d'ombre
Publié dans Liberté le 09 - 04 - 2020

Il y a vingt-trois ans, jour pour jour, était assassiné à Paris, l'avocat André Ali Mecili, un des plus proches collaborateurs du défunt Hocine Aït Ahmed. Membre fondateur du FFS, Ali Mecili, né en 1940 à Koléa, de parents kabyles de la région de Djemaa N'Saharidj, était responsable des services de renseignement de l'ALN peu avant l'indépendance du pays.
Arrêté en compagnie d'Aït Ahmed après la crise de 1963, il échappe de peu à l'exécution et sera emprisonné à la prison d'Oran qu'il quitte au lendemain du coup d'Etat de Boumediène. Exilé en France, Mecili, qui embrasse alors une carrière d'avocat, se déploie à organiser l'opposition algérienne à l'étranger et à promouvoir les droits de l'Homme. Son coup d'éclat, il l'accomplit en 1985 lorsqu'il réussit à réconcilier Hocine Aït Ahmed et Ahmed Ben Bella alors responsable du MDA (Mouvement pour la démocratie en Algérie). Mais ce rapprochement ne semble pas avoir été du goût du pouvoir d'Alger de l'époque.
Deux ans plus tard, il sera assassiné au pied de son immeuble à Paris par le présumé Abdelmalek Amellou, sur ordre d'Alger, avec la collusion de Paris, selon les accusations de l'époque du défunt Hocine Aït Ahmed. "L'assassinat d'Ali Mecili obéissait à un objectif consistant à faire fléchir les forces de l'opposition qui voulaient se rassembler en vue de construire un rapport de force à même de pousser le régime à opérer une ouverture démocratique", écrit, dans une contribution au journal Libre Algérie, fondé par Mecili, Ali Laskri. "En cette journée de recueillement et d'hommage à son combat pour la liberté jusqu'au sacrifice suprême, nous continuons à dénoncer avec force ce crime politique crapuleux, en exigeant justice et vérité pour notre camarade, un grand militant de la démocratie", écrit, pour sa part, dans une déclaration publiée hier sur le site officiel du parti, le premier secrétaire du FFS, Hakim Belacel. "Aujourd'hui encore et plus que jamais, nous devons faire de cette journée de militant un grand moment d'évocation envers l'un des grands militants de la cause nationale et du combat démocratique dans le pays, le regretté Ali Mecili, mais aussi une très forte dynamique de solidarité envers le peuple algérien".
Alors qu'elle a rebondi en 2008 après l'arrestation du diplomate Hassani, soupçonné d'être l'instigateur du crime et lequel obtiendra un non-lieu en 2014, l'affaire Mecili demeure à ce jour entourée de mystère.


K. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.