Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition
Son assassinat, il y a 23 ans, demeure entouré de zones d'ombre
Publié dans Liberté le 09 - 04 - 2020

Il y a vingt-trois ans, jour pour jour, était assassiné à Paris, l'avocat André Ali Mecili, un des plus proches collaborateurs du défunt Hocine Aït Ahmed. Membre fondateur du FFS, Ali Mecili, né en 1940 à Koléa, de parents kabyles de la région de Djemaa N'Saharidj, était responsable des services de renseignement de l'ALN peu avant l'indépendance du pays.
Arrêté en compagnie d'Aït Ahmed après la crise de 1963, il échappe de peu à l'exécution et sera emprisonné à la prison d'Oran qu'il quitte au lendemain du coup d'Etat de Boumediène. Exilé en France, Mecili, qui embrasse alors une carrière d'avocat, se déploie à organiser l'opposition algérienne à l'étranger et à promouvoir les droits de l'Homme. Son coup d'éclat, il l'accomplit en 1985 lorsqu'il réussit à réconcilier Hocine Aït Ahmed et Ahmed Ben Bella alors responsable du MDA (Mouvement pour la démocratie en Algérie). Mais ce rapprochement ne semble pas avoir été du goût du pouvoir d'Alger de l'époque.
Deux ans plus tard, il sera assassiné au pied de son immeuble à Paris par le présumé Abdelmalek Amellou, sur ordre d'Alger, avec la collusion de Paris, selon les accusations de l'époque du défunt Hocine Aït Ahmed. "L'assassinat d'Ali Mecili obéissait à un objectif consistant à faire fléchir les forces de l'opposition qui voulaient se rassembler en vue de construire un rapport de force à même de pousser le régime à opérer une ouverture démocratique", écrit, dans une contribution au journal Libre Algérie, fondé par Mecili, Ali Laskri. "En cette journée de recueillement et d'hommage à son combat pour la liberté jusqu'au sacrifice suprême, nous continuons à dénoncer avec force ce crime politique crapuleux, en exigeant justice et vérité pour notre camarade, un grand militant de la démocratie", écrit, pour sa part, dans une déclaration publiée hier sur le site officiel du parti, le premier secrétaire du FFS, Hakim Belacel. "Aujourd'hui encore et plus que jamais, nous devons faire de cette journée de militant un grand moment d'évocation envers l'un des grands militants de la cause nationale et du combat démocratique dans le pays, le regretté Ali Mecili, mais aussi une très forte dynamique de solidarité envers le peuple algérien".
Alors qu'elle a rebondi en 2008 après l'arrestation du diplomate Hassani, soupçonné d'être l'instigateur du crime et lequel obtiendra un non-lieu en 2014, l'affaire Mecili demeure à ce jour entourée de mystère.


K. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.