Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Derby County: Rooney nommé manager à plein temps !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lourd impact financier pour Air Algérie
Mesures liées à la crise sanitaire
Publié dans Liberté le 09 - 04 - 2020

"Des avions au sol ont plus de risques d'être endommagés…", note le chargé de communication d'Air Algérie.
à l'instar des autres compagnies aériennes de par le monde, l'activité commerciale d'Air Algérie est à l'arrêt depuis fin mars. Tous les pays ont procédé à la fermeture du ciel suite à la propagation rapide du Covid-19. Du coup, toute la flotte de la compagnie nationale, composée de 56 avions, a été clouée au sol. L'activité cargo a été cependant maintenue pour les approvisionnements à partir de l'étranger notamment en produits essentiels, les intrants des produits pharmaceutiques, le rapatriement des dépouilles et le courrier.
L'entreprise assure également les rapatriements des Algériens. Le dernier en date est celui effectué à partir d'Istanbul en Turquie où étaient auparavant bloqués quelque 750 Algériens. La prochaine opération de rapatriement est prévue à Dubaï. Le service de maintenance est par ailleurs mobilisé, souligne Amine Andaloussi, chargé de communication à Air Algérie. "Le stockage des avions nécessite des opérations de maintenance et d'entretien conformément au protocole dicté par les constructeurs Boeing, Airbus…Car, des avions au sol ont plus de risques d'être endommagés. Les réacteurs ont été ainsi couverts par des bâches spéciales. Si cela dépasse un mois, un autre protocole de suivi sera mis en exécution", indique Amine Andaloussi.
La reprise était prévue initialement pour le 5 avril mais puisque la crise sanitaire persiste toujours, on l'a repoussée à une date ultérieure, c'est-à-dire, affirme-t-il, à la réouverture du ciel par tous les Etats. Ce qui aura un impact terrible sur le plan financier. "La crise est venue de manière brutale. Nous avons commencé à couper les liens aériens avec la Chine car le taux de remplissage était quasi-nul. Puis c'était l'Europe puis l'Afrique. Ensuite, est venue la note du gouvernement interdisant même le transport inter-wilayas. L'absence d'activité commerciale a forcément des répercussions sur les finances de la société", avoue notre interlocuteur. Toutes les agences ont été également fermées.
Et pour répondre aux doléances des clients surtout pour les remboursements, la direction s'est appuyée sur son call center. À ce propos, "nous avons rassuré nos passagers que leurs billets sont valables jusqu'au 31 décembre prochain. Le choix est toutefois laissé au client soit d'être remboursé, soit de faire un échange sans frais et sans pénalités, ou bien encore de l'utiliser durant la période de validité jusqu'à la fin de l'année", précise le même responsable. Selon l'IATA (Association internationale de l'aviation civile), les gouvernements africains doivent venir en aide aux compagnies aériennes qui traversent en ce moment une période difficile.
Car, un poste d'emploi dans l'aviation génère 24 emplois directs et indirects. D'où l'impératif d'apporter le soutien nécessaire à ces compagnies. Sinon, elles risquent de mettre carrément la clef sous le paillasson. L'année écoulée déjà, une saison ordinaire, 23 compagnies dans le monde ont cessé leur activité.


B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.