Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Covid19: 460 nouveaux cas, 308 guérisons et 10 décès en Algérie durant les dernières 24h    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Se sauver ou sombrer    Chelsea chasse Leicester du podium    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    15e but pour Benrahma    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    En attendant un autre ordre de mission    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La colère des américains ne baisse pas
Meurtre de George Floyd à Minneapolis
Publié dans Liberté le 04 - 06 - 2020

L'Etat du Minnesota, où est mort M. Floyd, le 25 mai, a annoncé l'une des premières initiatives concrètes en réponse aux demandes des manifestants, avec l'ouverture d'une enquête sur la police de Minneapolis.
Ni le ton martial du président Donald Trump menaçant de recourir à l'armée pour mettre fin à la contestation ni le contexte de crise pandémique qui frappe de plein fouet les Etats-Unis ne semblent décourager les Américains de continuer à manifester en masse pour exiger justice après la mort de George Floyd, le désormais symbole mondial de discrimination raciale. Une semaine après l'homicide de Minneapolis, le mouvement de colère contre le racisme et les brutalités policières s'est poursuivi mardi soir dans plus de 150 villes des Etats-Unis, malgré le couvre-feu instauré dans une quarantaine de villes au moins. Même la présence massive des forces de police n'a pas dissuadé les Américains à sortir en masse à Huston notamment, ville natale de George Floyd, où plus de 60 000 personnes ont manifesté pacifiquement en hommage au surnommé "le doux géant".
À New York, où plusieurs grands magasins de la 5e Avenue ont été pillés lundi soir, le couvre-feu nocturne a été avancé à 20h et prolongé jusqu'à dimanche prochain. Des centaines de manifestants, Noirs et Blancs, ont néanmoins protesté pacifiquement en scandant "George Floyd, George Floyd" ou "Black Lives Matterb !" ("la vie des Noirs compte"), cri de ralliement contre les violences policières visant les Afro-Américains. À Los Angeles, les manifestants se sont rassemblés en grand nombre, en soirée, avant que les services de la police ne viennent les disperser. Au moins 200 personnes ont été arrêtées, selon les médias américains.
À Washington, plusieurs milliers de personnes ont manifesté jusque tard dans la soirée, bravant le couvre-feu décrété par la municipalité à partir de 19h. Les abords de la Maison- Blanche ont été bloqués par des barrières de métal, empêchant toute confrontation directe avec les forces de l'ordre. À une centaine de mètres, les manifestants ont scandé des slogans hostiles à la police et exigé que cessent les discriminations raciales dont sont coupables les services de sécurité depuis plusieurs années contre les Noirs américains notamment. La veille, plus de 300 personnes ont été arrêtées suite à des affrontements violents entre manifestants et forces de l'ordre.
Ouverture d'une enquête sur fond de crise politique
Mardi soir, l'Etat du Minnesota a annoncé l'une des premières initiatives concrètes en réponse aux demandes des manifestants, avec l'ouverture d'une enquête sur la police de Minneapolis. L'enquête examinera de possibles "pratiques discriminatoires systémiques" durant les dix dernières années, a tweeté le gouverneur Tim Walz invitant la population au calme et à la retenue. Au plan politique, ces manifestations de masse devront se répercuter au sommet de l'Etat avec des conséquences lourdes à moins de cinq mois de l'élection présidentielle, prévue en novembre.
Ce n'est pas encore l'heure des bilans mais le président de la république, Donald Trump, déjà sous les feux de critiques acerbes pour à sa gestion de la crise sanitaire et ses déclarations polémiques, se voit confronté à une autre crise liée à sa gestion des manifestations. Son ton martial et ses sorties virulentes contre les manifestants pacifiques les traitant de fascistes ont choqué les Américains alors qu'une bonne partie de la classe politique s'interroge sur les visées du président appelant au soutien de l'armée pour venir à bout de la contestation.
Accusé de se faire utiliser par Donald Trump à des fins politiques, le Pentagone cherchait mardi à se distancier du président américain après des propos polémiques du ministre de la Défense Mark Esper et le déploiement de renforts militaires autour de la Maison-Blanche. Le chef du Pentagone Mark Esper a semé l'inquiétude en déclarant lundi que les forces de l'ordre devaient "dominer le champ de bataille" pour rétablir l'ordre. Joe Biden, candidat démocrate à la présidentielle du 3 novembre, a accusé mardi en soirée Donald Trump d'avoir lui-même "transformé ce pays en un champ de bataille miné par de vieilles rancunes et de nouvelles peurs". Il a promis de "guérir les blessures raciales qui meurtrissent notre pays depuis si longtemps".
K. Benamar/Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.