Installation du nouveau président de la Cour d'Alger    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Le choc !    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine
Grande marche contre le plan d'annexion israélien de la Cisjordanie
Publié dans Liberté le 02 - 07 - 2020

Rejeté par les Palestiniens, le plan de paix américain, s'il venait à être adopté, constituerait une nouvelle ère de troubles dans la région du Proche-Orient.
Des dizaines de milliers de Palestiniens ont manifesté hier dans la ville de Gaza contre le plan américain pour le Proche-Orient, qui prévoit l'annexion par le colon israélien d'au moins 30% des territoires en Cisjordanie occupée. Les Gazaouis sortis en masse ont réitéré leur rejet total du plan de paix américain dont la mise en œuvre, par le gouvernement de Benjamin Netanyahu, devait avoir lieu hier.
Dans l'enclave palestinienne située à une cinquantaine de kilomètres de la Cisjordanie occupée, les manifestants ont brandi des drapeaux palestiniens et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Non à l'annexion" et "Palestinian lives matter" (La vie des Palestiniens compte), en référence au mouvement antiraciste "Black lives matter" parti des Etats-Unis. Parallèlement à cette mobilisation en terre palestinienne, la communauté internationale continue à faire pression sur le colon israélien pour annuler ce plan d'annexion dont les conséquences, avertissent plusieurs organisations, seront désastreuses pour toute la région.
Hier, une quarantaine de femmes politiques internationales ont appelé, dans une tribune commune, à s'opposer à ce nouveau projet colonial qui menace tout simplement la Palestine d'effritement. "L'annexion ne peut rester sans réponse et un engagement international ferme est plus que jamais nécessaire, et cela passe par des mesures efficaces pour empêcher des actions unilatérales illégales et pour parvenir à une paix juste et durable", ont prévenu les signataires de ce texte dont l'ex-présidente suisse Micheline Calmy-Rey, l'ancienne ministre de la Justice française Christiane Taubira, l'avocate iranienne et lauréate du prix Nobel de la paix Shirin Ebadi ou l'ancienne ministre sud-africaine Barbara Hogan.
La mise en œuvre du controversé plan du président américain Donald Trump se trouve contestée même parmi les soutiens traditionnels d'Israël. Boris Johnson, pourtant farouche défenseur d'Israël, a estimé qu'un tel projet nuirait aux efforts de la paix entre les deux parties. Dans une tribune publiée hier dans un quotidien israélien au grand tirage, le dirigeant anglais a plaidé pour l'arrêt de ce projet d'annexion qui, selon lui, ne serait pas dans l'intérêt d'Israël. Le même jour, 14 organisations des associations britanniques travaillant dans le domaine du développement humain et des droits de l'Homme et qui soutiennent les droits du peuple palestinien, ont exprimé leur inquiétude quant à l'annexion israélienne des territoires palestiniens occupés.
Dans un communiqué publié hier, relayé par l'agence Wafa, ces organisations ont appelé le gouvernement britannique à prendre une action sérieuse contre le plan d'annexion. Le chef de l'ONU a eu, rappelle-t-on, des mots très durs quant aux conséquences d'un tel projet qui s'inscrit en totale "violation" du droit international. "Si elle était mise en œuvre, l'annexion constituerait une violation très grave du droit international, compromettrait gravement la perspective d'une solution à deux Etats et réduirait à néant les possibilités de reprise des négociations", a alerté, la semaine dernière, Antonio Guterres devant le Conseil de sécurité.


Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.