Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien...
99e partie
Publié dans Liberté le 05 - 07 - 2020

Résumé : Samira s'inquiète du silence de son mari. Elle remarque aussi que Nadia et Radia sont absentes sur les réseaux sociaux. Ce soir-là, elle ne parvient pas à fermer l'œil. Khadidja non plus. C'est la nuit de noces de Narimène. Elle s'angoisse et craint que cela ne se passe pas bien. Samira tente de la rassurer. Elle aborde d'autres sujets pour lui changer les idées quand elle reçoit un message de Houari lui demandant de rentrer à la maison, sans attendre son retour.
Il est près de 10h lorsqu'ils retournent voir Narimène. La belle-famille les accueille chaleureusement. Quelqu'un a mis de la musique dans le salon où toutes les femmes de la famille sont réunies. Dès qu'elles voient le sourire de la mariée et les yeux baissés, par pudeur, Samira et Khadidja devinent que la nuit de noces s'était bien passée. Le déjeuner se passe dans une bonne ambiance. Khadidja assiste Narimène dans le partage des cadeaux pour sa belle-famille. Il est près de 16 h lorsqu'elles décident de rentrer. Samira doit préparer leurs affaires. Ils prendront la route très tôt.
-Mais pourquoi partir si vite ? Vous me cachez quelque chose ? Qu'est-il arrivé à mon frère ?, demande Narimène.
-Je te jure qu'il va bien. On n'en sait pas plus que toi. Quand il reviendra, il nous expliquera.
-Pourquoi partir alors ? Restez encore. Je veux vous trouver à la maison lorsque je pourrais y retourner, la prie Narimène. Dans six jours exactement...
-Oui, c'est la tradition. Tu as une semaine pour t'habituer à ta nouvelle famille et ton nouveau foyer. On s'appellera et on se verra sur messenger en attendant de vous recevoir. Tu viendras pour quelques jours. Tu as encore ta chambre chez moi. Ma chérie, sois en paix. Sois heureuse.
-Vous allez me manquer.
-Ma chérie, nous allons apprendre à vivre sans toi, dit Samira. Notre réconfort on le puisera dans ton bonheur. Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu sais quoi faire.
Comme la veille, elles pleurent. Radia-Meriem ne veut pas partir. Elle veut rester avec sa tante.
-On reviendra, lui promet Samira. Papa nous attend à la maison. Tu ne voudrais pas qu'il se fâche ?
-Papa ne se fâche jamais.
-Si on ne l'écoute pas, ça risque d'arriver. Ma chérie, on part pour préparer la maison, car ils viendront nous voir. On en profitera pour les garder chez nous.
-Longtemps ?
-Oui...
Radia-Meriem consent enfin à lâcher sa tante. Ils ne tardent pas à rentrer à la maison. Samira devrait ranger la maison, puis cuisiner des petits plats qu'elle pourra congeler et sortir le jour de la visite de Narimène et de sa belle-famille. Pendant ce temps, Khadidja s'occupe de sa petite-fille et lui raconte des histoires pour l'aider à trouver le sommeil.
Mais elles sont toutes les deux tristes.
-Tu vas me manquer mamie.
-Toi aussi, mais tu reviendras passer des vacances ici.
Je te préparerai une chambre rien que pour toi.
Quand Narimène aura des enfants, tu viendras jouer avec eux. Tu seras leur grande sœur. Tu t'occuperas d'eux. Vous serez très proches.
-Comme Radia et moi... Elle est un peu comme ma grande sœur.
Dès qu'elle en a fini à la cuisine, Samira s'apprête à les rejoindre quand elle croise son beau-père en train de chercher un chargeur pour son téléphone. Il est surpris de la trouver encore debout.
-Ma fille qu'Allah réalise tous tes vœux, lui dit son beau-père. Depuis que tu es arrivée, tu n'as pas arrêté.
-Je le fais avec plaisir. Inchallah que Kamel et Lila se marieront vite. Je reviendrais vous aider.
-Inchallah ma fille. Tu devrais aller dormir un peu. Demain, on prend la route très tôt.
-J'ignore si je trouverais le sommeil, murmure-t-elle. Je vais ranger nos affaires. Bonne nuit.
Elle entre sans faire de bruit dans la chambre et surprend sa belle-mère en train de regarder son album photo, tout en interrogeant Radia-Meriem...


(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.